28/06/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Adresse à la nation à l’occasion du deuxième anniversaire de la renaissance de OBUTS

ADRESSE A LA NATION A L’OCCASION DE LA COMMEMORATION DU DEUXIEME ANNIVERSAIRE DE LA RENAISSANCE DE OBUTS
Togolaises, Togolais,
Mes Chers Concitoyens,

15 octobre 2010- 15 octobre 2012, il y a deux ans jour pour jour renaissait par la grâce de Dieu et conformément à son dessein pour le Togo, OBUTS à la suite d’une longue procédure politico judiciaire.
En ce jour de mémoire et de vive émotion, comment ne pas se souvenir des nombreuses tentatives de mise sous éteignoir de notre formation politique par la Nomenklatura au pouvoir ? Dans son désir ardent de servir la noble cause du Souverain Peuple togolais, OBUTS a dû fermement batailler pour se faire reconnaître par les pouvoirs publics nonobstant la clarté des dispositions de la Charte des partis politiques au Togo. Trois différentes dates de reconnaissance officielle pour un parti politique, ce n’est pas surprenant pour une pseudo démocratie décadente !

Le score réel réalisé par OBUTS lors de notre participation à la dernière élection présidentielle, suivi du lancement de la Résistance citoyenne la nuit du 04 mars 2010 et de la création le 19 mars 2010 du Collectif pour la Vérité des Urnes (CVU), de même que notre refus motivé d’avaliser l’imposture et l’escroquerie politique de Faure GNASSINGBE que constituait le Gouvernement de large ouverture et de grande compétence (GLOC) ont suffi pour déclencher une action en justice en vue de la dissolution de notre formation politique, avec une action en référé contre elle initiée le 4 juin 2010. Ainsi le 25 juin 2010, a été prononcé le jugement n°1639 portant dissolution de OBUTS, et la dévolution de son patrimoine placé sous séquestre, à une organisation humanitaire. Sur injonction de l’autorité judicaire saisie, fut prohibé l’usage par quiconque dans le domaine public du vocable OBUTS, sous peine d’une sanction financière de 50 Millions de Francs Cfa, à chaque infraction constatée à la charge de son Président.

Il s’est agi en l’espèce, d’un véritable déni de justice qui restera dans les annales judiciaires comme une forfaiture qui n’honore ni la justice ni notre pays !
Ce déploiement discrétionnaire de mesures vexatoires et arbitraires n’a pas vaincu la détermination des militants et des militantes de OBUTS et de l’ensemble des forces de l’alternance et de progrès mobilisées pour que triomphe la justice.

Après d’ âpres batailles judiciaires, qui durèrent près de quatre mois, et qui n’ont guère entamé la détermination et la mobilisation des militants et militantes de OBUTS et de l’ensemble des forces de l’alternance et de progrès, nous avons arraché au Ministère de l’Administration territoriale le 15 octobre 2010 le récépissé de reconnaissance officielle à OBUTS. Le rétablissement de OBUTS demeure aujourd’hui un modèle de victoire dans la Dignité pour le Peuple togolais, et prouve à suffisance que toute résistance est toujours payante !

Togolaises, Togolais,
Mes Chers Concitoyens,

En ce jour du souvenir, nous nous remémorons d’autres violences et événements douloureux à l’instar de ceux survenus le 15 septembre 2012 survenus à Adewui, et qui ont fait resurgir le spectre de la violence militaro-civile au cœur de la Résistance citoyenne, après ceux de Kara du 04 août 2012 où la délégation du Collectif Sauvons le Togo fut outrageusement empêchée de tenir son meeting de sensibilisation par des miliciens armés d’armes blanches. C’est ici le lieu de rappeler le combat pacifique et ardu que mènent sans cesse aussi bien les membres de OBUTS que le reste des forces de l’alternance et de progrès, ainsi que tous les hommes de bonne volonté, pour que triomphe le droit sur le déni de droit.

S’il est une certitude, c’est que seul compte finalement ce que l’on est dans sa vérité et ce que l’on a su donner aux autres. C’est pourquoi du fond du cœur, nous réitérons notre profonde gratitude au Souverain Peuple togolais ainsi qu’à tous les combattants de la liberté et des droits humains, pour l’incessante lutte qu’ils mènent afin qu’advienne véritablement au Togo, un État de droit qui dans le prolongement des dispositions prévues dans notre Constitution, consacre dans les faits, une justice pour tous et la prospérité partagée pour tous.

Togolaises, Togolais
Mes Chers Concitoyens

Comment faire silence de la vive émotion de la via dolorosa qui est la nôtre et celle du Peuple togolais ? Nous, Souverain Peuple togolais, aspirons à bon droit, à plus de justice, d’éthique et de vérité au cœur de l’action politique !
Serions-nous spectateurs quand gît la République en lambeaux et que disparaissent de l’horizon la joie et l’espoir de vivre ensemble ?

Devrions-nous nous voiler les yeux et laisser faire quand la violence et l’arbitraire fondent le rapport au prochain et à la République ?
Jusqu’à quelles limites devrions-nous tolérer la décadence morale, matérielle et spirituelle sur la Terre de nos Aïeux, sans perdre à jamais notre filiation à une histoire commune nationale ?

Osez apporter la juste réponse à ce questionnement suppose de redonner une juste place à l’Amour du prochain, pour se surpasser et pardonner toute offense quelle qu’elle soit !

Pour notre formation politique OBUTS, aller de l’avant et assurer un avenir radieux à toutes les filles et tous les fils du Togo tout entier suppose se pardonner sincèrement et mutuellement, pour mieux fédérer nos énergies.

Jusqu’où est-il possible à des victimes traumatisées de couvrir de lauriers leurs persécuteurs ? Face aux outrages et au cynisme de la dictature militaro-clanique, la seule « arme » dont nous disposons pour nous défendre et faire valoir pacifiquement nos légitimes droits, a toujours été le verbe. C’est en ces circonstances que quelques fois, il nous arrive d’être excessifs dans nos réactions face à l’insoutenable qui n’a de cesse de déshumaniser notre peuple !

À tous ceux qui se sont sentis offensés par notre action politique, je présente nos excuses et les invite en conséquence à choisir la voie du dépassement et de la grandeur pour la Terre de nos Aïeux.
Je pardonne pour ma part, à mes compatriotes qui volontairement m’ont causé des torts et occasionné des préjudices, et implore de tout cœur la grâce divine pour eux.

Oui, seul le chemin de l’Amour et du pardon conduit à une vraie et sincère réconciliation avec nos prochains, notre histoire et Dieu. Aujourd’hui plus que jamais, toute méprise de la dimension spirituelle de la déshumanisante et triple crise éthique, identitaire et managériale à laquelle est gravement confronté le Togo depuis son indépendance nominale, ne saurait qu’être fort préjudiciable au devenir commun de toutes les filles et tous les fils du Togo tout entier.

Oui, c’est par notre vive conscience et engagement au pardon, qu’individuellement et collectivement nous pouvons sortir la Terre de nos Aïeux de toutes ses entraves et de l’impasse actuelle. La voie idoine de sortie de crise heureuse et pacifique au Togo passe par une véritable main tendue et un retour à Dieu, le Souverain Maître consacré par notre Constitution !

Togolaises, Togolais,
Mes Chers Concitoyens,

J’invite donc toutes les filles et tous les fils du Togo tout entier, de quelque sensibilité politique qu’ils fussent, en ce moment de grave questionnement face à la résurgence de la violence militaro-civile au Dépassement pour que triomphent l’Amour sur le mépris et le rejet de l’autre, la Fraternité sur l’adversité stérile, l’Excellence sur la médiocrité et la bassesse, afin qu’ ensemble , nous puissions ouvrir, pour nous-mêmes ainsi que pour les générations futures, le chemin de l’espérance sur la Terre de nos Aïeux.

Dans cet esprit, j’invite solennellement Faure GNASSINGBE et son Gouvernement à faire montre pour une fois d’humilité, de responsabilité et de mesure dans la conduite des affaires de l’Etat pour que baissent dans le pays la tension et la colère de l’écrasante majorité des Togolais. Entendre raison et se rapprocher véritablement du Collectif Sauvons le Togo et de la Coalition Arc-en-ciel s’impose en vue d’ouvrir un véritable dialogue inclusif avec tous les acteurs qui portent les exaspérations de nos populations. C’est l’unique chemin de retour de la confiance dans le pays, et le cadre par excellence pour travailler ensemble et efficacement sur les mesures d’urgence susceptibles d’améliorer les conditions de vie et de travail des agents de l’État, des étudiants et des élèves, de la jeunesse, des femmes et des ménages. De vraies reformes politiques pour garantir le fonctionnement vertueux des institutions impliquées dans le processus électoral s’imposent donc avant les prochains scrutins à venir.

Tels sont les chantiers urgents pour OBUTS à ce tournant majeur de la longue et déchirante crise sociopolitique que connaît notre pays afin de faciliter l’apaisement général, et un armistice du front social pour que renaisse la Nation togolaise !

Au-delà de la Terre de nos Aïeux, ce 15 octobre 2012 nous rappelle la douloureuse perte d’un digne fils de l’Afrique, feu le Président Thomas SANKARA dont la philosophie politique nous invite tous au dépassement pour redonner à l’Afrique ses lettres de noblesse, et en faire un continent où développement rime avec Dignité et Prospérité partagée pour tous.

Puisse son combat, inspirer davantage la Résistance citoyenne pour que la victoire soit véritablement au profit du Souverain Peuple togolais !

Que l’Amour soit notre Bouclier et que triomphe la Résistance citoyenne sur l’incurie politique, l’arbitraire et la déshumanisation de notre peuple !

Vive la République, et que Dieu bénisse le Togo et chacun de ses enfants !