27/09/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Agboyibo boude une rencontre concernant la commission vérité et réconciliation au Togo

TOGO – 12 juin 2008 – APANEWS
L’ancien Premier ministre togolais Yaovi Agboyibo n’a pas assisté ce mercredi à Lomé à une rencontre entre les anciens Premiers ministres et anciens Présidents du parlement togolais et l’envoyé spécial du Président burkinabé Blaise Compaoré, facilitateur du dialogue inter togolais, a constaté APA dans la capitale togolaise.

« Je crois qu’il a le souci de voir le Togo avancer », a déclaré à la presse Fabré Moumouni, l’envoyé spécial de Blaise Compaoré.

Le médiateur Burkinabé est arrivé à Lomé pour une rencontre avec les anciens Premiers ministres et anciens Présidents du parlement togolais, dans le cadre du processus de consultations, pour la mise en place d’une commission vérité et réconciliation au Togo.

Il a salué l’engouement de la population togolaise pour le processus de mise en place de cette commission, vérité et réconciliation.

« J’espère que le dernier Premier Ministre ne va pas aller à l’encontre de ce que la population veut », a-t-il ajouté.

Yaovi Agboyibo et son parti ont refusé de participer au processus de consultations devant aboutir à la création de cette commission vérité et réconciliation.

Ils dénoncent une inversion des rôles, en s’opposant à la « désignation » par le gouvernement, du bureau du Haut Commissariat des Nations Unis aux Droits de l’Homme (HCDH) pour gérer le processus de consultations.

« Notre rencontre de ce jour ne se situe pas dans le sens d’une démarche d’inquisition, où le temps de la vengeance serait venu pour les uns, et celui de l’expiation pour les autres. Elle va plutôt dans le sens de connaître la vérité de tout ce qui s’est passé depuis l’indépendance du Togo jusqu’à nos jours », a expliqué Fabré qui s’est réuni à huis clos, avec une dizaine d’anciens hauts responsables du Togo.

Ces derniers ont décidé de se concerter et de travailler en commission, pour proposer le 24 juin au bureau des nations Unies, un document sur le processus de vérité et de réconciliation.

Les consultations nationales en cours, aboutiront à la mise en place d’une commission vérité et réconciliation au Togo.

Celle-ci sera chargée de faire la lumière sur les actes de violence à caractère po1itique, commis durant la période allant de 1958 à ce jour, et d’étudier les modalités de réparations et de compensations pour les victimes.