02/12/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Akitani et Péré en pôle position

De cette première semaine de campagne, il ne ressort que deux candidats. Akitani Bob et Dahuku Pere sont au cœur du débat et sont les plus plébiscités par la population. Ils ont fait vaciller la campagne d’Eyadéma et c’est la débandade au RPT et dans l’armée togolaise : une rumeur persistante pronostique la démission du dictateur Eyadéma.

Bob Akitani porte le témoin que lui a transmis Gilchrist Olympio avec brio. Le UFC paraît de plus en plus fort depuis l’éviction de son leader. Les Togolais s’identifient parfaitement au combat du PFC-UFC à travers le symbole du parti qui est le palmier. Quoiqu’il arrive, ils sont derrière le « detia » ( le palmier). Quel que soit le porte drapeau, il appelle à voter pour le changement. qui accompagne l’espoir des Togolais : l’Ablodé. Libération de la dictature et reconquête de la dignité. De Lomé, Vogan, Tabligbo, Anèho, Tohoun, Tado, Kpekplemé, la foule est nombreuse dans les meetings de l’PFC qui se déroulent avec ou sans ses leaders, car la stratégie est celle de la similitude : « lui c’est nous, nous c’est lui ».

Dahuku Péré, candidat des Rénovateurs, est en campagne depuis longtemps. Dans cette dernière ligne droite, il déploie de plus belle sa stratégie du murmure. Sans grands moyens, il a opté pour une campagne de proximité et de réseau. Comme un prêcheur interdit il sillonne les maisons et les consciences pour distiller sa bonne parole : dire « NON à Eyadéma ». Ses fidèles sont pourchassés, battus, emprisonnés par les milices RPT d’Eyadéma. Ses convertis sont de plus en plus nombreux à Lomé mais qu’en est-il de la forteresse de Kara ?

Agboyibo, candidat du CAR, dans son Yoto prône le vote utile. Dans cette première semaine de campagne, il a privilégié la mobilisation des électeurs dans ses fiefs régionaux. A Sendomé dans la préfecture de Yoto, Lomé, Tabligbo et Anèho, il demande à son assistance de tourner le dos au passé et de rompre avec toutes les compromissions du système Eyadéma. Bible à la main, le leader du CAR, appelle les Togolais à voter utile, donc à voter Agboyibor.

Eyadema Gnasingbé, candidat du RPT, déploie sa stratégie de la terreur. Lors de son seul meeting à Kpalimé, il n’a pas fait illusion avec des faux militants payés à coup de millions venus faire la claque. Sous la protection d’une armée prétorienne dirigée par ses fils, il feint de prôner la paix pour le Togo. Sa campagne de la terreur s’intensifie dans le pays, des miliciens RPT armés de gourdins font la chasse aux militants de l’opposition, principalement ceux d’Akitani et Péré. Absent sur le terrain, sa campagne est animée par ses sous-fifres, le Premier ministre Koffi Sama, le Président de l’Assemblée nationale Fambaré Natchaba.

Edem Kodjo, candidat de la CPP, a concentré sa campagne sur les villes et villages aux alentours de Kara (Niamtougou, Koka, Pagouda Kètao Kara, Bafilo, Bassar Tandjoaré, Kanté, Naki-est, Dapaong, Mango). Les grandes lignes de son argument de campagne s’articulent autour de la cohabitation à la togolaise, prêchent le grand pardon et la réconciliation ainsi que la protection de ceux qui ont eu à exercer des responsabilités dans ce pays.

Léopold Gnininvi, candidat de la CDPA, semble, à ses dires, être le seul déçu de la candidature unique de l’opposition. Il maintient quand même sa candidature et poursuit comme les autres candidats sa campagne électorale. A Aneho, il veut « donner un nouveau visage au Togo qui est malade. » Ses militants croient fermement qu’il «est le seul capable d’arracher une victoire pour l’opposition». Le « professeur » n’a pas su convaincre les membres de la CFD de s’unir pour se débarrasser d’Eyadéma mais veut « apprendre aux Togolais à vivre ensemble ».

Nicolas Lawson, candidat indépendant, l’illustre inconnu et ami du dictateur Eyadéma, vient de s’acheter une Bible. Cherche-t-il le chemin de la rédemption !!!!

Dans cette campagne qui bat son plein, le leitmotiv des partis de l’opposition est de dénoncer la barbarie du régime dictatorial d’Eyadéma et de rêver de lendemains meilleurs pour le Togo. Alors le dictateur Eyadéma avec la complicité de ses amis français s’active pour entériner la fraude électorale la plus flagrante qui soit.

La rédaction letogolais.com