Lundi 23 Octobre 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

AFP - 21/02/2005 Imprimer | Envoyer | Réagir

Togo: nouvelle réforme constitutionnelle qui ne change rien au fond


LOME (AFP) - 21/02/2005 16h43 - L'Assemblée nationale togolaise a une nouvelle fois révisé la Constitution lundi, pour rétablir l'ancien texte, comme l'exigeait la communauté internationale, sans toutefois remettre en cause la présence à la tête de l'Etat de Faure Gnassingbé.

La constitution en vigueur le 5 février au moment du décès du général Gnassingbé Eyadéma, le père de l'actuel homme fort, prévoyait une vacance du pouvoir assurée par le président de l'assemblée nationale, et un scrutin présidentiel dans les 60 jours.

Sa modification le 6 février avait permis à Faure Gnassingbé, choisi par l'armée, d'être investi président.

La nouvelle révision, si elle apparaît comme un pas en arrière des autorités, ne fait cependant qu'entériner la décision de M. Gnassingbé, annoncée vendredi soir, de rester au pouvoir et d'organiser une élection présidentielle dans le délai constitutionnel de 60 jours.

Adoptée à la va-vite lors d'une session extraordinaire qui n'aura duré que quelques heures, cette modification semble en surface répondre aux condamnations internationales, sans changer le fond du problème, qui reste la présence au pouvoir de Faure Gnassingbé.

Le régime togolais n'a d'ailleurs pas encore fait connaître sa réaction aux sanctions décidées par la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO).

La CEDEAO, soutenue par la communauté internationale, exigeait ce "retour à l'ordre constitutionnel", mais avec comme chef de l'Etat par intérim Fambaré Natchaba Ouattara, le président démis de l'Assemblée nationale, actuellement réfugié au Bénin.


Manifestation de l'opposition le 19 février 2005 à Lomé

Dans les rues de Lomé, où la situation était normale lundi après les manifestations du week-end, les habitants restent perplexes devant ces annonces et arguties constitutionnelles.

"Tout ça c'est mic-mac et compagnie. Ca ne nous dit rien à nous qui n'avons rien. Tout ce qu'il faut c'est que Faure parte, c'est tout", affirme Charles, chauffeur de taxi de 31 ans.

D'autres craignent que cette crise ne débouche sur le chaos: "déjà le chef de l'Etat est mort, maintenant on veut faire partir son fils, mais alors qui va diriger le pays et sauver la paix", s'interroge Edwige, marchande de 21 ans.

Le passage dimanche en fin d'après-midi d'une caravane de jeunes militants armés du Rassemblement du peuple togolais (RPT, parti présidentiel) dans les rues de la capitale a ému la population.

De son côté, l'opposition prévoit de continuer la mobilisation contre "le coup d'Etat" de M. Gnassingbé et continue de demander son départ.

"C'est de plus en plus ridicule. Les députés ont remis les 60 jours pour la présidentielle dans la Constitution après que le président eut annoncé l'organisation du scrutin dans 60 jours", affirme Jean Pierre Fabre, secrétaire général de l'Union des forces de changement (UFC), de Gilchrist Olympio.

Selon lui, M. Gnassingbé "peut faire tout ce qu'il veut, il n'est pas à sa place. Tout ce que fait le régime, c'est pour perpétuer le système. Nous sommes très sereins, ils vont finir par fuir."

Le président du Comité d'action pour le renouveau (CAR), Yawovi Agboyibo estime que "c'est une bonne chose qu'ils aient abrogé les modifications anticonstitutionnelles, mais le problème demeure".

"Aujourd'hui le remplacement de M. Natchaba par Faure reste un problème, le coup d'Etat militaire reste une réalité, on a juste fait sauter l'habillage constitutionnel", a-t-il estimé.

M. Fabre a expliqué que son parti souhaite voir la crise "se règler en deux étapes. D'abord le rétablissement de la légalité constitutionnelle, et ensuite l'organisation d'une élection présidentielle libre, démocratique et sans exclusive aucune".

"Il faut régler le problème des exclusions discriminatoires au Togo", a-t-il ajouté. La Constitution prévoit en effet que les candidats à l'élection présidentielle aient résidé douze mois d'affilée au Togo avant le scrutin, ce qui exclut d'office M. Olympio, en exil en France.

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

#TOGODEBOUT : MOBILISATION MONSTRE DE LA DIASPORA DE BASTILLE à RéPUBLIQUE à PARIS

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)