Mardi 13 Novembre 2018

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

LE MONDE - 02/03/2005 Imprimer | Envoyer | Réagir

Togo : le risque de guerre civile, la France ambiguë


par Kofi Yamgnane

Depuis la mort de M. Eyadéma, le président du Togo depuis trente-huit ans - un président contesté et détesté des Togolais -, la France n'a pas su ou pas voulu parler clairement aux putschistes, ni prononcer les paroles que pouvaient attendre les Togolais d'une grande puissance écoutée en Afrique et dont le peuple est aimé des Africains.

Au contraire, en qualifiant le dictateur défunt "d'ami personnel et ami de la France", le président de la République a pris le risque de se faire traiter de "complice" d'un homme abhorré par son peuple et de son régime, mille fois dénoncé pour ses crimes par les plus grandes organisations des droits de l'homme. Les Togolais se sont sentis "insultés" par la France. Dès lors, comment s'étonner de les voir vouloir s'en prendre aux intérêts de la France et de ses 2 500 ressortissants installés au Togo ?

Quels intérêts si puissants la France se sent-elle obligée de protéger, au point d'ouvrir un deuxième "front" en Afrique après celui déjà si peu compréhensible ouvert en Côte d'Ivoire ? Quelles complicités dans les actions et les méthodes du sergent autocrate avions-nous à couvrir ? Même les Etats-Unis avaient exigé "la démission immédiate" de - son fils et successeur - Faure Eyadéma. Quant aux membres de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao) et de l'Union africaine (UA), ils ont demandé des sanctions contre le Togo : interdiction aux tenants d'un régime illégal de voyager dans leur périmètre, embargo sur les ventes d'armes...

Notons avec satisfaction qu'un communiqué du Quai d'Orsay (20 février) indiquait que notre pays a décidé de soutenir les décisions de la Cedeao. Mais pour qu'une telle position, même très tardive, soit crédible, les Togolais attendent de la France qu'elle aille jusqu'au bout, c'est-à-dire qu'elle ferme ses frontières aux putschistes, qu'elle instaure un embargo sur les ventes d'armes françaises ou devant transiter par le territoire national. Et ce, aussi longtemps qu'il sera nécessaire pour faire plier le pouvoir illégitime installé par la force des armes à Lomé.

Désormais, la démission de M. Faure Yadéma est acquise, mais cette condition ne suffira pas à ramener la paix sociale. Le 1er mars, quatre corps ont encore été retrouvés dans la lagune de Bé. Des milices armées continuent de terroriser la population et préparent la guerre civile.

Un retour au calme implique :

- la dévolution du pouvoir intérimaire à un administrateur extérieur aux querelles intra-togolaises, nommé, comme au Kosovo ou en Irak, par la Communauté internationale : Cedeao, UA, Union européenne, ONU ; le déploiement d'une force de sécurité durant la période d'intérim, comme la Minurca en Centrafrique ; enfin une période d'intérim aussi longue que nécessaire pour :

- établir les listes et les cartes électorales ;

- organiser des élections présidentielle et législatives transparentes, démocratiques, dans le cadre de la Constitution d'octobre 1992, votée et reconnue par tous les Togolais

C'est devant cet administrateur neutre que les candidats à la présidentielle devront prendre l'engagement de proclamer, après l'investiture, une amnistie générale pour tous les protagonistes du coup d'Etat du 6 février, militaires et civils.

C'est la seule façon de ramener la paix sociale et la sérénité dans la vie politique du Togo, et il est du devoir de la France d'y contribuer.

Kofi Yamgnane, ancien ministre, est vice-président (PS) du conseil général du Finistère.

• ARTICLE PARU DANS L'EDITION DU 03.03.05


LIRE EGALEMENT:
Kofi Yamgnane: " Rétablir la légalité pour sortir de l'isolement par le haut"
Kofi Yamgnane: " Soldat Togolais...ne tirez pas sur vos parents"
Togo: lettre de Kofi Yamgnane aux responsables des partis poltiques français

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

#TOGODEBOUT : MOBILISATION MONSTRE DE LA DIASPORA DE BASTILLE à RéPUBLIQUE à PARIS

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)