Lundi 19 Novembre 2018

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

L'AUTEUR - 30/06/2005 Imprimer | Envoyer | Réagir

HOMMAGE à François-Xavier Verschave, dénonciateur de la Françafrique


Par Gilles Labarthe *

François-Xavier Verschave nous a quittés, emporté par un cancer le mercredi 29 juin. Quelques médias français brossent déjà un portrait trop rapide ou déformé de ce travailleur infatigable. Peu de journalistes et de chroniqueurs prendront le temps de traduire en termes honnêtes l'héritage que nous lègue celui qui a secoué le pays en publiant en 1998 "La Françafrique. Le plus long scandale de la République". Jouant les détracteurs, certains le présentent aujourd'hui comme un "essayiste" qui n'a jamais mis le pied sur le continent noir (Radio France internationale, 30 juin). D'autres rappelleront que ses écrits lui ont valu un procès pour "offense à chefs d¹Etat" étrangers, mais "oublieront" de préciser qu'il l'a remporté, compte tenu du "sérieux des investigations effectuées". D'autres encore chercheront à relativiser la portée de sa réflexion, pourtant exceptionnelle. Nous leur répondrons ceci: plus de sept années après la parution de "La Françafrique", l'exemple récent de la crise togolaise illustre à merveille la pertinence de ses analyses. Le soutien renouvelé de Paris au clan Gnassingbé démontre une fois de plus la lucidité d'un homme qui a eu le courage de dénoncer, pendant deux décennies et preuves à l'appui, les relations incestueuses du gouvernement français avec les dictatures africaines.

Historien et économiste de formation, François-Xavier Verschave était aussi un excellent enquêteur. Il savait décrypter les chiffres, la nature (coopération militaire) et parfois la destination finale (financements de partis politique français, pots de vins) de l'Aide publique au développement (APD) française. Il y a sept ans, François-Xavier Verschave avait aussi parfaitement identifié et résumé en 18 pages le fléau qui ronge le peuple togolais. Beaucoup de prétendus "connaisseurs de l'Afrique" auraient été bien inspirés de relire ce texte (1) avant de chroniquer ou commenter le coup d'Etat militaire qui a suivi la mort du général Gnassingbé Eyadéma, décédé le 5 février 2005 après 38 ans de règne sans partage. Ils auraient compris, voire anticipé le drame qui allait se produire les semaines suivantes, faisant des centaines de morts, tombés sous les coups de la répression armée. Profitant du "silence médias", cette dernière s'est déclenchée sans tarder pour affaiblir l'opposition togolaise, assurer la continuité d'un système clanique et mafieux soutenu entre autres par les réseaux de l'Elysée. Ils auraient compris, voire anticipé la sinistre comédie des fausses élections démocratiques permettant le 24 avril 2005 un retour par les urnes de Faure Gnassingbé, après une tentative de putsch avortée.

En l'espace de trois mois seulement, l'espoir d'alternance démocratique du peuple togolais , éprouvé par 38 années de dictature, a été balayé. Rassemblant des anciens fidèles du parti unique RPT du général Eyadéma (Edem Kodjo, nommé Premier ministre) ou des membres directs de la famille du défunt dictateur (Kpatcha Gnassingbé, frère aîné et ministre de la Défense), un nouveau gouvernement a été nommé. Il est devenu le partenaire officiel des puissances étrangères investissant au Togo. Or, il risque de prolonger un régime de pillage des richesses du pays (phosphates, réserves stratégiques, bois précieuxŠ) orchestré depuis deux générations avec la complicité d'acteurs français. On le sait: au Togo, le vide démocratique permet tous les trafics (armes, diamants, drogueŠ) sans que des sanctions internationales efficaces soient appliquées. Les mécanismes, les réseaux de la Françafrique et même certaines personnalités françaises soutenant actuellement au Togo le clan Gnassingbé par leurs conseils dans les domaines juridiques, militaires ou de communication, avaient été signalés par François-Xavier Verschave en 1998. Il avait ensuite poursuivi avec patience la récolte de documents et de témoignages directs sur le "cas togolais". Lorsqu'il m'a confié en mars 2004 la rédaction de l'ouvrage "Le Togo, de l¹esclavage au libéralisme mafieux" (terminé en décembre 2004, actualisé en février et publié début avril en coédition chez Agone par Survie et Agir ici), les dossiers qu'il m'a transmis m'ont d'abord alerté.

En tant que journaliste d'investigation, les faits relatés, si tragiques et grotesques à la fois, me semblaient sortis tout droit d'un roman policier. Ils accréditaient l'étiquette d'une "théorie du complot" de la France contre l'Afrique, qui a si longtemps desservi le travail pourtant rigoureux et très documenté de François-Xavier Verschave. Il a fallu se rendre à l'évidence: procédant par recoupements, j'ai malheureusement pu vérifier que la majeure partie de ses sources étaient étayées, répertoriées, archivées. Beaucoup ont été reprises - souvent sans le citer - par d'éminents spécialistes de l'Afrique et nombre de chercheurs universitaires qui font autorité en France. D'autres informations, obtenues indépendamment et jusque-là inédites, sont venues confirmer la justesse de l'analyse. Parfois même, certains documents que j'ai pu apporter à ce dossier tendent à confirmer que la situation est plus caricaturale, généralisée (en matière de politique africaine, la France n'a pas le privilège des basses méthodes) et inquiétante encore que ce que François-Xavier Verschave a bien voulu le décrire. Je pense en particulier à des déclarations ou documents officiels émanant du Ministère des affaires étrangères à Paris, à des rapports du Conseil de sécurité des Nations unies - qui sont par ailleurs tout à fait accessibles au public. A sa manière, et au nom d'une gestion enfin publique et transparente de la politique française en Afrique, François-Xavier Verschave nous a appris à ouvrir les yeux. En démocratie, c'est un droit. C'est aussi un devoir, et le plus beau des héritages.

(1) "La Françafrique. Le plus long scandale de la République", Stock, 1998,
pages 109-126.

* Auteur de l'ouvrage : "Le Togo, de l’esclavage au libéralisme mafieux"

LIRE EGALEMENT:
Crise au Togo : le rôle de la France en question
Le Togo, de l’esclavage au libéralisme mafieux



Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

#TOGODEBOUT : MOBILISATION MONSTRE DE LA DIASPORA DE BASTILLE à RéPUBLIQUE à PARIS

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)