Lundi 17 Decembre 2018

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

LETOGOLAIS.COM - 04/07/2005 Imprimer | Envoyer | Réagir

Franck Fiawoo : Etoile Filante de Lomé à l’Olympique de Marseille


Ancien joueur de l’Association sportive et culturelle Etoile Filante de Lomé, Franck Fiawoo est de la génération des années soixante. Virevoltant attaquant, il a gagné des championnats et trophées sous les couleurs du Shooting Star, autre appellation de l’une des plus grandes formations togolaises. Avant d’aller en France, monnayer ses potentialités de buteur insatiable.
Fort connu et très apprécié à la Cannebière, Franck Fiawoo, n’eut pas la carrière à la taille de son immense talent. Victime d’un accident de la circulation, cet attaquant racé a trop vite perdu le chemin du stade. Remontons le parcours de ce talentueux joueur togolais.

Par Ekoué Satchivi

Sacré joueur pour le football togolais, Franck Fiawoo a vu le jour le 6 juin 1942 à Lomé. Il a fait ses débuts de footballeur au sein de Danger Star, un club de quartier à Lomé. Repéré par la suite par les dirigeants étoilistes, cet attaquant baroudeur et trapu sur ses 1m 78 pour 78kg, s’est éclaté au sein de l’Etoile Filante, en gagnant pour le grand bonheur de ses dirigeants et évidemment du public sportif, championnats et coupes. Au nom de la sélection togolaise, il a participé avec Galley Félix Tsé-Tsé, Ajavon Raymond, Julien Dovi Aguiar ,Kouassi Arisco, Alexandre Adékambi ; des joueurs de sa génération à la 1ere édition des Jeux africains, qui eurent lieu en 1965 à Brazzaville au Congo. Après avoir tout prouvé dans son pays, il est allé tenter sa chance en Hexagone.

Recruté par l’Olympique de Marseille, son premier match en 2e division disputé le 10 octobre 1965 contre la formation de Besançon fut soldé par un score nul de 2 buts partout. Au sein de cette division, l’ancien attaquant étoiliste a en tout livré une soixantaine de rencontres et marqué 30 buts. Artisan de la montée de cette formation en division supérieure, Franck Fiawoo y totalise 45 rencontres pour une quinzaine de buts signés. Avec en souvenir, le duel Sochaux- Marseille du 3 septembre 1966, gagné par le club phocéen sur le score d’un but à zéro.

Une carrière sportive entravée par un accident de la route

Surnommé Franckie, ce canonnier de légende avait en une saison sportive, conquis le cœur du public phocéen. Dans la seconde partie des années 60, Franck Fiawoo formait avec le Camerounais Yegba- Maya « Joseph », un duo d’attaque causant le malheur des équipes adverses. Pour Faouzi Mahjoub, le célèbre chroniqueur sportif africain ; Franck et Joseph, sont « deux attaquants de pointe, robustes, mobiles et opportunistes qui frappent fort et n’oublient pas l’intérêt du club.

Un prêt d’une saison à Bastia. Après une saison bien accomplie dans les rangs du club corse, Franck Fiawoo est retourné à l’OM. Il fut de l’ossature phocéenne qui s’adjugea la Coupe de France en 1969.Mais un autre duo d’attaque composé par Josip Skoblar et Magnusson s’étant imposé, le joueur togolais est oublié sur les bancs de touche.

Par la suite, Franck Fiawoo évoluera pendant deux ans chez les amateurs de La Ciotat, dans l’arrondissement de Marseille. Encore jeune et débordant d’énergie, l’ancien étoiliste n’avait pas la tête sur les épaules. C’est ainsi qu’au volant de sa voiture, il manque le virage sur l’autoroute d’Avignon. Avec un avenir promoteur, le virevoltant attaquant togolais, échappe tout de même à la mort. Mais il en sort avec une fracture tibia-péroné et une phlébite. Sa carrière sportive en souffre, car plus jamais il ne foulera un stade de football. Suite à cette fin de carrière inattendue, et pour services rendus à l’OM, les dirigeants lui organisent un jubilé. Au revoir au football professionnel, Franck Fiawoo raccroche les crampons et retourne par la suite à Lomé dans les années 70.
En France, le canonnier a porté les couleurs de trois clubs à savoir Marseille (16 octobre 1965- 3 septembre 1968), Bastia ( 4 février 1968) et Avignon ( 13 août 1969)et côtoyé de célèbres footballeurs à l’image de Donnat, Jean- Pierre Tokoto, Joseph Yegba- Maya, Tassone, Hodoul, Josip Sklobar, Escale, Magnusson…

Ancien employé à la retraite de l’ex- Compagnie d’énergie électrique du Togo (CEET) privatisée sous la dénomination de Togo- Electricité, Franck Fiawoo n’avait pas pour autant abandonné le football qui l’a rendu célèbre. C’est ainsi qu’il a entraîné l’Entente 2. Avec des éléments comme Agounyon Komi, Lawson Placca Handel, Lassey Akouété, Kpontufê Yao, feu Kwavédjé Komla et autres sous sa protection, il a conduit dans les années 80 cette formation de Nyékonakpoé- Kodjoviakopé aux quarts de finales en Coupe africaine des vainqueurs, éliminée de justesse par une formation kényanne.

Ayant gardé son cœur Bleu et Blanc, et suite à la libéralisation des activités sportives, Franck Fiawoo est retourné par la suite à l’Etoile Filante ressuscitée en 1991.En qualité de membre de l’encadrement technique et comme pour tromper ses ennuis de fonctionnaire à la retraite, il est régulier au terrain du cimetière, pour faire partager ses connaissances footbalistiques avec de nombreux jeunes joueurs. A le voir prodiguer ses conseils, il est souvent fou de rage si ses remarques ne sont pas méticuleusement appliquées. Preuve que les convictions diffèrent d’une génération sportive à une autre.
Très admiré pendant son expérience française, par un jeune inconnu, le Malien Jean Amadou Tigana qui fera plus tard les beaux jours de Toulon, Lyon, Bordeaux, Marseille et de l’Equipe de France ; Franck Fiawoo avait inauguré avec Lawson Christian, son ami et coéquipier à l’Etoile Filante, une école de football à Tsévié , près de Lomé. Faute de ressources, ce centre destiné à promouvoir le football togolais et offrir aux jeunes motivés, l’aubaine d’évoluer à un haut niveau, n’a malheureusement pu atteindre ses objectifs.

Elu à la tête d’un regroupement des anciens joueurs du Togo, mis sur pied en 2000 au Centre culturel français de Lomé, Franck Fiawoo était annoncé pour malade. Souffrant d’ennuis rénaux, il s’était rendu en France pour des soins appropriés. L’ancien sociétaire de l’OM et de Bastia vit depuis lors à la Marine Bleue dans le quartier Saint Gabriel. Sous dialyse trois fois par semaine, il a toujours gardé en l’état la passion qu’il voue pour le cuir rond. Supporteur du J.O. Saint Gabriel, Franck Fiawoo brûle d’envie de revoir sa chère mère de 87 ans qui vit au Togo.

Elan de solidarité pour une ancienne gloire du Vélodrome

Nostalgique, et financièrement dépourvu, Franck Fiawoo est souvent gagné par la tristesse. L’ayant remarqué, le président du club Saint Gabriel s’est décidé à organiser le voyage de l’ex-sociétaire de l’OM dans son pays natal. Pour permettre à l’ex- Marseillais de réaliser son rêve ; un projet a pris forme. Une journée de solidarité a été organisée au complexe sportif Fontainieu de Saint Gabriel. Avec le soutien de la Mairie des 13/14e arrondissements, de l’UNFP, de la LFP et du Conseil général.

Dénommée « Elan de solidarité Franck Fiawoo », la journée s’est articulée autour d’un programme couplé de rencontres de football entre anciens du J.O., un plateau de débutants et une partie entre anciens de la Riviera et anciens de la région PACA. Avec pour clou final, un apéritif dans les jardins de la Mairie. De quoi payer le voyage et assurer les dialyses pendant la durée du séjour. Un mois et demi pour l’ancienne gloire du Vélodrome.




Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

#TOGODEBOUT : MOBILISATION MONSTRE DE LA DIASPORA DE BASTILLE à RéPUBLIQUE à PARIS

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)