Mercredi 21 Novembre 2018

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

ASSOCIATION DE DEFENSE DES DROITS DE L'HOMME - 14/08/2010 Imprimer | Envoyer | Réagir

Déclaration des association des droits de l'homme suite aux menaces d'un officier français sur un jo


DECLARATION DES ORGANISATIONS DE DEFENSE DES DROITS DE L’HOMME SUITE AUX MENACES D’UN OFFICIER FRANÇAIS SUR UN JOURNALISTE TOGOLAIS

Le 10 Août 2010, en marge des manifestations de protestation organisées par les membres et sympathisants de la branche de l’Union des Forces du Changement favorable à M. Jean-Pierre Fabre aux alentours de l’Eglise évangélique presbytérienne de Nyékonakpoé, a eu lieu une altercation entre le journaliste Didier Ledoux du quotidien privé Liberté et un coopérant militaire français.
Il ressort des informations diffusées par les médias et de la vidéo disponible sur Internet que le journaliste, qui avait pris des photos montrant l’officier français en action aux côtés des forces de l’ordre togolaises, aurait été bousculé et fait l’objet de menaces. Cet officier français qui avait intimé au journaliste, l’ordre de supprimer les photos prises, aurait fait face au refus d’obtempérer de ce dernier. Ce refus a alors suscité, de la part de l’officier, une vive réaction qui l’a amené à tenir des propos pour le moins indigne d’un officier de son rang en ces termes : « Je m’en fous que tu sois de la presse. Tu enlèves ta photo sinon c’est moi qui le prends… Tu veux qu’on te donne un coup sur l’appareil ? Moi on ne me prend pas en photo comme ça. Tu sais qui je suis ? Je suis le conseiller du chef d'état-major de l'armée de terre. Tu veux que j'appelle le RCGP [Régiment des commandos de la garde présidentielle] pour foutre un peu d'ordre là-dedans? Alors, je demande d'enlever les photos. Est-ce que c'est compliqué ? ». Devant la résistance du journaliste, l’officier aurait ordonné à un des gendarmes togolais : « tu le mets en taule».

Suite à ces évènements, l’ambassade de France au Togo a publié un communiqué dans lequel elle a expliqué que «le véhicule de l’officier qui se trouvait fortuitement près du rassemblement a été pris par des jets de pierre et l’officier ne voulait pas qu’un photographe fasse une prise de vue». En outre, le ministère français de la défense a déploré cette attitude en relevant que « ce n’est pas un vocabulaire et une attitude compatible avec ce que l’on attend de notre personnel et des cadres de la défense en particulier. Ca ne correspond ni de près ni de loin à ce que sont nos valeurs et à notre conception de notre relation aux médias et de la liberté de presse».

Cette affaire préoccupe les organisations de défense des droits de l’homme signataires de la présente déclaration. En effet, alors que les associations togolaises de défense des droits de l’homme ainsi que les ONG internationales et même les institutions des Nations Unies ont régulièrement dénoncé par le passé, les débordements des forces de l’ordre dans l’encadrement des manifestations publiques, ces propos d’un officier français censé être le formateur de la gendarmerie togolaise sont de nature à inquiéter les observateurs avisés de la vie socio politique togolaise. Ils sont d’autant plus préoccupants qu’au-delà de la virulence des propos tenus, l’officier a évoqué la possibilité de faire intervenir un régiment commando de l’armée, en l’occurrence la RCGP, alors que, par définition, celui-ci n’a aucun rôle à jouer en matière de maintien de l’ordre.

Pour les organisations togolaises de défense des droits de l’homme, si on considère l’influence de l’armée française sur son homologue du Togo, cette attitude pourrait être interprétée comme une onction donnée en faveur des exactions commises non seulement contre les médias et les défenseurs des droits de l’homme mais aussi contre l’ensemble de la population togolaise.

Au regard de tout ceci, les organisations signataires de la présente déclaration notamment Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture (ACAT-Togo), Association Togolaise des Droits de l’Homme (ATDH), Association Togolaise pour la Défense et la Promotion des Droits de l’Homme (ATDPDH), Collectif des Associations Contre l’Impunité au Togo (CACIT), la Coalition Togolaise des Défenseurs des Droits de l’Homme (CTDDH), Journalistes pour les Droits de l’Homme (JDHO) :

- Se félicitent que les autorités françaises se soient démarquées sans ambiguïté de cette attitude répréhensible de leur employé en poste auprès de l’armée togolaise ;

- Demandent à la France de veiller à ce que toutes les sanctions envisagées contre cet officier soient effectivement prises pour dissuader toute nouvelle velléité d’atteinte à la liberté et à l’intégrité des journalistes, défenseurs des droits de l’homme et des citoyens togolais ;

- Restent attentives aux comportements des forces de l’ordre togolaises lors des manifestations publiques futures pour s’assurer que leur attitude traduise les valeurs et principes de défense des droits de l’homme auxquels les autorités togolaises et françaises disent être attachées.

Fait à Lomé le 12 août 2010

Les signataires :
·ACAT-Togo : Pierre-Claver DEKPOH
·ATDH : Etchri Hihédéva CLUMSON
·ATDPDH : Mme DOGBE Ayélé Mawuéna
·CACIT : André Kangni AFANOU
·CTDDH : Carlos Komlanvi KETOHOU
·JDHO : Mme Fabbi KOUASSI

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

#TOGODEBOUT : MOBILISATION MONSTRE DE LA DIASPORA DE BASTILLE à RéPUBLIQUE à PARIS

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)