Mercredi 1 Avril 2015

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

CST - 11/01/2013 Imprimer | Envoyer | Réagir

Togo : CST appelle les togolais à ne pas céder à la terreur


CONFERENCE DE PRESSE DU 10 JANVIER 2013

DECLARATION LIMINAIRE


Ce 10 janvier 2013, répondant à l’appel du Collectif SAUVONS LE TOGO pour l’opération « les derniers de tours de Jéricho », plusieurs milliers de personnes ont convergé vers le carrefour du marché de Bè, point de départ de la manifestation, et dans les rues environnantes.

Les forces de l’ordre ont, à plusieurs reprises, dispersé les groupes de manifestants par des tirs de grenades lacrymogènes. Ils ont intensifié la répression par des tirs de balles en caoutchouc. Ils sont ensuite entrés dans les ruelles où ils ont bastonné tous les passants sans distinction et toutes personnes qui se trouvaient devant leurs maisons.

Vers la fin de la matinée, on dénombre plus d’une vingtaine de blessés dont une personne malade revenant de l’hôpital de Bè qui fut violemment molestée par les agents.

Le secrétaire général de l’ADDI, monsieur AlphonseKPOGO, fut interpellé et roué de coups à quelques dizaines de mètres du carrefour du marché de Bè. Plusieurs observateurs des organisations de défense des droits de l’homme et des journalistes ont été menacés et empêchés dans l’exercice de leur fonction par les agents. C’est ainsi que Marcel ADEOUSSI, TonySODJI et Noël TADEGNON correspondant de Deutsche Welle, ont subi des agressions physiques et blessés par de balles en caoutchouc et des éclats de grenades lacrymogènes. De même, un des observateurs de la LTDH a été frappé et traîné au sol.

Jusque dans l’après-midi, des éléments de l’Unité Spéciale d’Intervention de la Gendarmerie (USIG) ont continué les répressions par des tirs de grenades lacrymogènes dans certaines maisons.

A Sokodé, la marche a été sauvagement réprimée avec plusieurs personnes arrêtées. La marche de Kara n’a pas pu se tenir compte tenu du malheureux incendie du marché qui a mis en émoi la population de cette localité. Le CST présente ses compassions aux commerçants et à toute la population de Kara. Le CST exige que la lumière soit faite sur cet évènement dont les conséquences sont graves pour l’économie de la région et l’économie nationale.

Le Collectif SAUVONS LE TOGO condamne la violente répression policière de ce jour et tient à faire la mise au point ci-après :


Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Togo : le fichier électoral comporterait jusqu'à 30% d'électeurs fictifs
Togo: brouille à la Commission électorale
La contestation politique se poursuit au Togo
Togo: manifestations de masse pour limiter les mandats présidentiels
Togo: Les forces armées togolaises contre des manifestants d'opposition à Lomé
Togo: l’opposition menace d’un "scénario burkinabé"
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

QUI A DIT AUX TOGOLAIS (AUX AFRICAINS) QU’ILS SONT CONDAMNéS à SUBIR DES TRAGI-COMéDIES éLECTORALES
C’est l’adversaire ou l’ennemi qui détermine les armes avec lesquelles il doit être combattu. Ceux qui étudient ou mènent des luttes le savent. Il est grand temps de le savoir ici également. On ne demande pas des élections « libres et justes » sous une tyrannie héréditaire dans un cadre étatique colonial. Si la volonté populaire comptait pour quelque chose, il n’y aurait ni tyrannie héréditaire, encore moins d’Etat colonial. Dans notre situation, les questions suivantes qui sont autant leurs réponses se posent. Qui a dit aux africains que l'Election est une Loi divinement sacrée et inviolable, de surcroît dans des Territoires sans Etat? PAR KPOGLI Komla


PORTRAITS

TOGO : BRIGITTE AMEGANVI AFFIRME QU' "IL EST TEMPS QUE LE PEUPLE TOGOLAIS REPRENNE SA SOUVERAINETé"

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)