Lundi 19 Novembre 2018

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

FEMIT - 05/07/2013 Imprimer | Envoyer | Réagir

Togo: La fédération des églises et missions du Togo invite la CENI à suspendre le processus électora


COMMUNIQUE DE PRESSE


La Fédération des Eglises et Missions du Togo (FEMIT) soutient la Déclaration de la Conférence Episcopale du Togo et appelle à son tour tous les principaux acteurs de la classe politique à privilégier le dialogue, la concertation et le consensus pour tout aboutissement heureux et satisfaisant du processus électoral.

En effet, il n’est de secret pour personne que la crise togolaise s’enlise et perdure davantage promettant un avenir obscur et incertain aux conséquences imprévisibles. Pour cause, l’intransigeance et l’extrémisme des protagonistes de cette crise, ne sont pas de nature à favoriser la paix et la stabilité sociale au moment où les tensions prennent des proportions inquiétantes. La problématique et l’équation à plusieurs inconnues que suscitent les déficits et les carences de l’organisation des prochaines élections législatives doivent nous interpeller à des actions concertées et réfléchies pouvant nous épargner du chaos et du drame.

Il nous souvient comment par le passé que les périodes d’avant ,pendant et d’après les élections dans notre pays ,sont souvent émaillées des actes de violences et d’atrocités dont les principales victimes sont les pauvres et innocents citoyens avec des morts d’hommes et des dégâts importants . Ces vagues de haine, de règlements de compte et d’intolérance que notre pays a connus sont incompatibles avec les valeurs démocratiques qui exigent respect de la vie et de la dignité humaine. Or, le Togo ne doit pas se dérober aux principes et aux normes universelles.

Longtemps édifiés des dérives et des dérapages d’une démocratie mal comprise dont l’aspiration populaire au changement et à l’alternance est étouffée et conscients que notre pays a besoin désormais de se forger un esprit nouveau pour se conformer à l’universalité des règles , la Fédération des Eglises et Missions du Togo ( FEMIT) vient joindre sa voix à celle de la Conférence Episcopale du Togo réitérant l’appel à la compréhension et au consensus entre tous les acteurs politiques .

Car la FEMIT estime qu’il ne servirait à rien de précipiter le processus électoral si une partie prenante juge les conditions anormales ne garantissant pas l’équité, la transparence et la liberté du scrutin.

La Fédération des Eglises et Missions du Togo (FEMIT), sentant et voyant le chaos, le pire et l’irréparable venir se fondre sur le Togo si rien n’est fait, lance un appel solennel à tous les principaux acteurs de la classe politique togolaise à privilégier le dialogue et la concertation en vue d’apporter des aménagements nécessaires aux points encore litigieux pour une issue heureuse du processus électoral.

Par ailleurs, la Fédération des Eglises et Missions du Togo ( FEMIT) la demande à la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) de tenir compte des risques et des dangers qui semblent se profiler à l’horizon et l’invite à suspendre le processus électoral dans le but d’amener tous les protagonistes dans la dynamique de confiance et de la manifestation de la vérité des urnes .

La Fédération des Eglises et Missions du Togo ( FEMIT) lance un appel au peuple Togolais au calme ,à la modération et à l’acceptation de l’autre pendant ces périodes très sensibles à notre pays .
Que la Providence Divine veille sur le Togo.

Pour la FEMIT ,
Le Vice –Président,

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

#TOGODEBOUT : MOBILISATION MONSTRE DE LA DIASPORA DE BASTILLE à RéPUBLIQUE à PARIS

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)