Mardi 21 Novembre 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

TETE GODWIN - 20/07/2017 Imprimer | Envoyer | Réagir

Le Togo : pour une révolution citoyenne pacifique


« À l’instant où l’esclave décide qu’il ne sera plus esclave, ses chaînes tombent ». Mahatma Gandhi

« Ceux qui s’opposent à une révolution pacifique doivent s’attendre à une révolution violente » John Fitzgerald Kennedy.


Gnassingbé Eyadéma et sa progéniture génético-politique, soutenus par des forces extérieures souterraines…, ont fini par faire de la Terre de nos Aïeux : le Togo, une colonie patrimoniale. Ils l’ont, en fin de compte, transformée en une sordide et cynique oligarchie. Et, depuis presque cinquante ans maintenant, le Peuple togolais se débat désespérément… dans les griffes acérées de ce régime éyadémao-gnassingbéen qu’il a décrié et vomi on ne peut plus sans appel…

Voilà pourquoi, au début de ce mois de novembre qui s’achève, lors d’une émission à laquelle je participais sur les antennes de Radio AFRICA N°1, un compatriote des miens m’interpella vertement – de surprenante manière - ainsi : « Mais puisque tous les efforts que nous avons déployés à ce jour se sont avérés vains, qu’attendons – nous encore pour aller chercher des armes quelque part ?! » Il va de soi, comme l’a si bien et si énergiquement dit le Directeur de ladite émission : Francis Laloupo, une telle question sur les antennes d’AFRICA N°1 ressort, pour le moins, malencontreuse…

Pour ma part, comprenant parfaitement que cette question n’était, cependant, que l’expression verbale d’une profonde affliction, d’une intense nausée et d’un insupportable ras-le-bol partagés et longtemps, très longtemps contenus, je dis à mon interlocuteur que j’ai pris acte de son dépit … et de sa vive interpellation. En d’autres mots, je dis à mon concitoyen de misère que je comprenais et compatissais avec sa douleur qui n’est aucunement différente de la mienne propre…

Aussi le présent article se voudrait-il une sorte de réaction à la question de désespoir en considération. Il s’apparente, par ailleurs, à une suite de mon article en date du 28 septembre 2013, intitulé « Togo - De la nécessité incontournable d’une organisation et d’une formation politiques plus pointues ».
Entrons donc dans le vif de notre sujet

I. L’ÉTAT STRATÉGIQUE CONCRET ACTUEL DU TOGO

Le Togo est un tout petit pays : 56 000 km², avec cinq à six millions d’habitants. Alors donc, la perte d’une vie humaine apparaît chez nous comme une véritable catastrophe. En effet, elle correspond, toutes choses égales, à la perte de milliers de vies humaines en Inde ou en Chine.
À cela s’ajoute une armada prétorienne, en rien républicaine, de 20 000 à 25 000 hommes. Dont, fort vraisemblablement, 20%, soit 4 000 à 5 000 préparés pour tuer le plus atrocement – de la façon la plus « dissuasive »- possible ( !!!)

De surcroît, le régime oligarchique et dictatorial des Gnassingbé a semé partout des camps militaires sur toute l’étendue de notre territoire …
Par ailleurs, l’entourage géostratégique de notre pays se présente, à mes yeux, plutôt … douteux quant à la possibilité de voler, le cas échéant …, au secours du brave Peuple togolais. Pour ce qui concerne la soi-disant « communauté internationale », comme à l’accoutumée, elle ne regarde que du côté où se situent ses intérêts … du moment.

La lutte violente délibérée dans un tel pays s’avère donc, d’emblée, grosse de terrifiants aléas… Il importe ainsi, pour nous combattants togolais de la liberté, de mettre une croix là-dessus !!!

Que faire alors ?! il y a bien des lustres que je m’évertue à cerner de près la stratégie la plus appropriée que les authentiques combattants togolais de la liberté se devraient d’adopter aux fins de résoudre, une bonne fois pour toutes, la sempiternelle question togolaise née le 13 janvier 1963 : date de l’ignoble assassinat de Sylvanus Kwami Epiphanio OLYMPIO … Et, à la longue, à la réflexion approfondie, mûrie, j’en suis arrivé à la conclusion que notre meilleure : la moins coûteuse, la plus efficace stratégie devrait être celle d’une « Révolution citoyenne pacifique ». Cette proposition appelle une élucidation.

II. ÉLUCIDATION DE CETTE STRATÉGIE

D’évidence, cette proposition comporte trois notions qu’il convient de clarifier quelque peu.

1) Qu’est-ce qu’une révolution, au sens où nous l’entendons ici ? Une révolution est un renversement radical d’un statu quo politique, économique, social et culturel rétrograde, anachronique, décrié et vomi par le peuple concerné, et son remplacement par un régime plus progressiste, c’est-à-dire plus humain, plus humaniste. Une révolution n’est point nécessairement synonyme de la mise en action de la guillotine … comme en 1789 en France. Loin s’en faut ! Une révolution peut très bien se retrouver citoyenne.

2) C’est là la deuxième notion contenue dans notre stratégie proposée. Oui ! S’il est exact, ainsi que l’illustre prophète et stratège en la matière : le Mahatma Ghandhi (La Grande Âme Gandhi) le disait, que les chaînes de l’esclave tombent à l’instant où il décide de ne plus être esclave, alors la révolution citoyenne togolaise peut être définie comme la décision de l’écrasante majorité du Peuple togolais réduite en servitude … par le régime RPT/UNIR, de ne plus être esclave… La question reviendrait dès lors à cerner de près les voies et les moyens les plus idoines, susceptibles de permettre à cette quasi-totalité dudit peuple de dire NON ! Globalement, simultanément !!! Et ce, aux moindres coûts ! En somme, il s’agit ici pour le Peuple de se prendre en charge lui-même. Pacifiquement !

3) Mais que l’on m’entende bien ! Je suis nullement en train de prêcher un « pacifisme béat » quelconque ! Je suis en train seulement de prétendre que le combat politico-social étant une affaire de rapport de forces concrètes…, entre plusieurs stratégies, nous avons la responsabilité de choisir la moins onéreuse !!!

En tout état de cause, l’Histoire nous enseigne qu’un peuple qui, tout entier, se lève pour dire NON ! à la servitude, même avec les mains nues, finit toujours par avoir gain de cause ! La problématique revient alors à réaliser ce sursaut salutaire populaire global, massif, simultané, irrésistible !!!

Au demeurant, ceux qui espèrent qu’ils peuvent contenir mordicus, ad vitam aeternam, une révolution pacifique, doivent s’attendre à affronter, tôt ou tard, une révolution violente. Comme le disait le grand Président américain John Fitzgerald Kennedy.
Peuple togolais !

Authentiques combattants togolais de la liberté !
Par notre Foi, notre Courage et nos Sacrifices, la Nation togolaise Renaîtra !!!

Paris, le 27 novembre 2013
Godwin Tété

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

#TOGODEBOUT : MOBILISATION MONSTRE DE LA DIASPORA DE BASTILLE à RéPUBLIQUE à PARIS

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)