Vendredi 22 Mars 2019

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

SYNERGIE ODDH - 02/12/2014 Imprimer | Envoyer | Réagir

Togo: La mobilisation des organisations de défenses des droits de l'homme


A l’appel de quinze Organisations de Défense des Droits de l’Homme (ODDH) réunies en « Synergie des ODDH » les populations de Lomé et ses environs se sont massivement mobilisées, ce vendredi 28 novembre 2015 pour exiger la mise en œuvre consensuelle, avant toute élection au Togo, des réformes constitutionnelles et institutionnelles prévues par l’Accord Politique Global (APG) et vivement recommandée par la Commission Vérité Justice et Réconciliation (CVJR).

Partis du rond-point de la Colombe de la paix, vers 11h, les responsables des 15 ODDH ( AJAAH, ATDH, ATDPDH, CSTD, EDH, LTDH, MCEP, REJADD, Novation Internationale, SOS Journalistes en Danger, Mouvement Martin Luther King, AMIS, REICID, UJEDEB) ainsi que les leaders des 8 partis politiques de l’opposition togolaise réunis en Combat pour l’Alternance Politique en 2015 (CAP 2015) ont drainé une foule nombreuse de militants et sympathisants jusqu’à Akassimé où s’est tenu un grand meeting qui a pris fin vers 16h30. Tout au long du trajet, les manifestants ont reçu le soutien unanime des populations de Lomé.

A Akassimé, Me Célestin AGBOGAN, Vice-président de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) s’est félicité de la forte mobilisation, a souhaité la bienvenue aux manifestants et les a remerciés.

Prenant la parole, Me Raphaël KPANDE-ADZARE, Président de la LTDH, a rappelé, en ces termes, la nécessité de la mise œuvre des réformes politiques prévues par l’Accord Politique Global (APG) et recommandées par la Commission Vérité Justice et Réconciliation (CVJR) au Togo : « Après 38 ans de règne pour le père, nous Togolais n’accepterons plus que le fils fasse plus de deux mandats. Car 50 ans pour une seule famille c’est trop. Faure Gnassingbé doit comprendre que les réformes ne sont pas dirigées contre sa personne. L’exigence internationale voudrait aujourd’hui que nul ne fasse plus de deux mandats. Et d’ailleurs notre constitution votée à plus de 90% des Togolais en 1992 l’avait prévue en son article 59. »

Pour le Pasteur Edoh KOMI, Président du Mouvement Martin Luther King (MMLK), « Lorsqu’il y aura l’alternance politique, nous trouverons les solutions à certains maux qui gangrènent notre pays et hypothèquent son avenir, à savoir : l’impunité, la gabegie, la concussion, la corruption etc. »

Tour à tour, Mes Jil-Benoît AFANGBEDJI, Président de Ensemble pour les Droits de l’Homme (EDH), Sébastien AGBOGAN, Vice-Président de la LTDH et Claude AMEGAN membre du bureau de l’Association Togolaise pour les Droits de l’Homme (ATDH) ainsi que M. Koa ATCHOLE de l’Asvitto ont invité le Chef de l’Etat togolais à tirer leçon de ce qui s’est passé au Burkina et à emprunter la voie de la sagesse, pour éviter la réédition du drame qu’il avait infligé au peuple togolais en 2005 afin de confisquer le pouvoir.

En clôture de ce meeting, Me Zeus AJAVON, Coordonnateur de la Synergie des ODDH, a rappelé l’engagement des ODDH aux côtés des populations togolaises pour exiger et obtenir, avant toute élection au Togo, l’adoption et la mise en œuvre des réformes constitutionnelles et institutionnelles nécessaires à l’alternance politique au Togo. Il a par ailleurs lancé un appel à tout le Peuple Togolais, sur toute l’étendue du territoire national, pour une grande manifestation en rouge, le vendredi 12 décembre 2014, pour exiger les reformes politiques sans lesquelles aucune élection ne pourra avoir lieu au Togo. Me Zeus AJAVON a également confié que prendront part à cette grande manifestation pacifique, les ODDH, les partis politiques de l’opposition, le Balai citoyen et les Syndicats.

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

#TOGODEBOUT : MOBILISATION MONSTRE DE LA DIASPORA DE BASTILLE à RéPUBLIQUE à PARIS

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)