Vendredi 31 Mars 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

ASVITTO - 16/12/2014 Imprimer | Envoyer | Réagir

Procès verbal de l'AG de l'ASVITTO tenue le 13 décembre 2014


PROCES VERBAL DE L’ASSEMBLEE GENERALE EXTRAORDINAIRE DE L’ASVITTO TENUE LE 13 DECEMBRE 2014


L’an deux mil quatorze et le treize décembre, s’est tenue à Lomé, dans la salle de conférence de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH), l’Assemblée Générale extraordinaire de l’Association des Victimes de Torture au Togo (ASVITTO), sur initiative du Bureau Exécutif conformément à l’article 16.4 prévu par les statuts de l’ASVITTO. Prévue pour 10h, la rencontre qui a connu la participation de plusieurs victimes et des journalistes, a commencé à 10h35 après plus d’une demi-heure de retard et a été dirigée par certains membres du Bureau Exécutif notamment le Secrétaire Général monsieur ATCHOLI Kao, et le Conseiller monsieur AZANLEKO Narcisse. Après des propositions et un court débat sur l’ordre du jour, quatre points ont été retenus :

1- la situation du président d’ASVITTO, monsieur AMAH Poko Olivier

2- le rapport de synthèse sur les activités de l’association : actions menées pour obtenir la réparation des victimes et la lutte contre les actes de torture en cours dans notre pays

3-orientation et perspectives de l’ASVITTO : raisons d’adhésion à la Synergie des ODDH et à la Plateforme contre la vie chère au Togo

4- Divers

Après l’adoption à l’unanimité de l’ordre du jour, le premier point qui a été consacré à la situation du président a été largement développé par le Conseiller et quelques appuis du Secrétaire Général. Des inquiétudes ont animé les débats suite au départ précipité du président, mais le Bureau Exécutif, sous l’autorité des textes de l’ASVITTO, a convaincu les uns et les autres avec preuves à l’appui que les textes étaient toujours respectés et qu’aucune disposition n’avait été violée et ne sera violée, et qu’en définitive le Bureau Exécutif actuel est maintenu jusqu’à la fin de son mandat conformément aux textes.

S’agissant du second point, le rapport de synthèse sur les activités de l’association a été consacré à la question des réparations des victimes et la lutte contre les actes de torture en cours dans le pays. Ce rapport a été présenté en détails par le Secrétaire Général et le Conseiller. Sur ce point, les militants et sympathisants ont apprécié tour à tour les actions entreprises par le Bureau Exécutif aussi bien sur le plan national que sur le plan international. Le Bureau Exécutif a été mandaté également de mettre énormément de pressions sur le Ministère de l’Economie et des Finances pour obtenir les indemnisations pécuniaires de certaines victimes dans le sens de l’arrêt de juillet 2013 de la Cour de Justice CEDEAO d’une part, et d’autre part d’amener le gouvernement au respect des obligations internationales notamment la Convention contre la torture, les recommandations du Comité contre la torture de novembre 2012 sans oublier la sensibilisation des forces de l’ordre, de sécurité et de défense sur ces instruments et sur l’article 21 de la Constitution Togolaise.

L’avant dernier point, notamment l’orientation et les perspectives de l’association a été placé sous les raisons d’adhésion d’ASVITTO à la Synergie des ODDH et la Plateforme contre la vie chère au Togo. Après une brève explication du bien fondé de l’adhésion de l’ASVITTO à ces deux grandes entités, les militants et sympathisants d’ASVITTO ont encouragé le Bureau Exécutif à continuer par œuvrer aux cotés des organisations sœurs dans la lutte contre la pauvreté des populations Togolaises.

Le dernier point consacré aux divers était résumé à la situation socio-économique des victimes, sur ce point le Bureau Exécutif a été mandaté de poursuivre des actions en vue de la libération des victimes encore en détention, d’œuvrer pour la guérison des deux victimes gravement malades, de rechercher des moyens pour une assise institutionnelle d’ASVITTO, et enfin de négocier des projets de renforcement de capacité, des projets sur les activités génératrices de revenus et d’initiation à l’outil informatique pour la formation des victimes. Cependant le Bureau Exécutif n’a pas manqué d’expliquer les difficultés qu’il ne cesse de rencontrer dans les négociations des projets auprès de certaines organisations.

Tout comme à l’ouverture, une cérémonie de prière a couronné l’Assemblée Générale extraordinaire.

Fait à Lomé, le 13 Décembre 2014

Pour l’ASVITTO,
Le Secrétaire Général
ATCHOLI Kao

Le Conseiller
AZANLEKO Narcisse


Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)