Lundi 17 Juin 2019

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

CDPA-BT - 03/03/2015 Imprimer | Envoyer | Réagir

Togo : la CDPA-BT ne se prononce pas clairement pour le boycott des présidentielles 2015


Déclaration de la CDPA-BT sur le scrutin du 15 avril 2015

1- Le Gouvernement vient de fixer la date des élections présidentielles sur le 15 avril 2015, sur proposition de la CENI semble-t-il. Selon la presse, il l’aurait fait pour « trancher ».

La CENI avait en effet fixé d’abord la date du 21 avril. Certains des partis du courant majoritaire engagés dans le processus électoral avaient remis cette date en cause, et demandé que celle qui doit être retenue le soit par consensus. Naturellement, la confusion dans laquelle fonctionne cette CENI ne permet pas d’y voir clair.

2- La HAAC vient d’interdire à la presse de publier les résultats partiels du scrutin et ne l’autorise à diffuser que ceux sur lesquels la Cour constitutionnelle se sera prononcée. Le régime justifie cette décision par le prétexte d’éviter des « troubles électoraux ».

La décision va totalement à l’encontre des dispositions du code électoral en vigueur. Quand on sait, en plus, que la Cour constitutionnelle continue d’être un instrument du régime, et que ses décisions sont irrévocables, l’interdiction laisse le champ libre aux hommes du pouvoir, leur permettant ainsi de manipuler les résultats du scrutin à leur profit avant leur publication comme résultats définitifs.

3- Comme on pouvait s’y attendre, Faure Gnassingbe vient d’être intronisé une fois de plus par le parti du régime comme candidat à ces présidentielles de 2015, et donc pour un troisième mandat présidentiel. Cette désignation prévisible montre que le long et houleux débat sur la question de la « rétroactivité de la loi » n’avait pas d’intérêt.

Les partis du courant majoritaire de l’opposition, qui avaient bruyamment lancé ce débat, ne pouvaient atteindre l’objectif visé par « la rétroactivité de la loi » que si le rapport des forces était en faveur de l’Opposition. Or, ce n’est pas le cas.

Au demeurant, on se souvient qu’ils s’étaient rétractés en proclamant qu’ils n’entendaient pas refuser à Faure Gnassingbe de présenter sa candidature, et qu’il reviendra à la Cour constitutionnelle « de prendre ses responsabilités » ont-ils dit. Ils avaient dit cela en sachant bien que cette Cour ne peut jamais oser rejeter le dossier du candidat du régime !

4- Les réformes ne sont donc pas faites ; l’Opposition n’a pas beaucoup de marge de manœuvre dans l’organisation des élections, et finalement dans le contrôle du déroulement du processus électoral ; l’interdiction faite à la presse de publier les résultats partiels plombe définitivement le scrutin ; l’Opposition est toujours faible, et plus que jamais divisée ; les partis du courant majoritaire vont encore aux urnes avec plusieurs candidats rivaux face à Faure Gnassingbe ; les conditions de la transparence du processus ne sont pas réunies ; le régime n’arrête pas de faire de la provocation à l’endroit de l’opposition et de la population dans son ensemble…

La CDPA-BT attire l’attention de l’opinion sur ces faits. Elle observe qu’en dépit de cette situation, des voix s’élèvent du sein du courant majoritaire de l’opposition pour appeler la population à se rendre massivement aux urnes, et à voter chacun pour son candidat. Comme toujours !

Devant cette situation, la CDPA-BT déclare ce qui suit :

1- Tout laisse voir que le scrutin du 15 avril 2015 va se dérouler dans les mêmes conditions que les précédentes. Les mêmes causes, les mêmes résultats !

2- A partir du moment où les réformes essentielles devant créer les conditions d’élections normales dans le pays sont toujours mises sine die au congélateur, et que l’Opposition se retrouve toujours impuissante à les imposer, rien n’est joué d’avance, surtout si, au lieu de mobiliser la masse des opposants sur des objectifs appropriés, on appelle l’électorat à aller massivement aux urnes dans les mêmes conditions. En conséquence, les présidentielles de 2015 pourraient se passer de la même manière qu’en 2010, 2005, 2003, 1998 ou 1993.

3- Ce dont le pays a plus que jamais besoin pour réaliser le changement démocratique est une opposition forte. Elle le sera quand elle sera constituée autour d’une alliance politique solide et durable de partis d’oppositions décidés à faire de la fin du régime l’objectif prioritaire de la lutte d’opposition ; elle le sera quand les partis constitutifs de l’alliance se mettront ensemble pour mobiliser sur cet objectif commun la masse des opposants sans distinction d’appartenance partisane ou associative ; elle le sera quand ces partis réussiront à faire émerger de la masse des opposants une force politique capable d’exercer une pression organisée et durable sur le régime.

4- Par ailleurs, cette opposition sera d’autant plus forte qu’elle parviendra à impliquer réellement la masse dans le processus politique, au lieu d’en faire un simple électorat facile à manipuler. C’est sous la pression de la population insurgée (et c’est parce qu’elle a fini par s’insurger) qu’Eyadema s’était senti obligé de concéder les premières libertés démocratiques. La force de l’opposition réside dans la force organisée de la masse de la population opprimée.

5- C’est pour faire émerger une telle opposition sur la scène politique que la CDPA-BT avait lancé, depuis des années, l’idée d’un vaste mouvement, un mouvement d’envergure nationale, et invité tous les partis et organisations associatives qui ne se retrouvent pas dans la politique d’opposition conduite jusqu’à présent, à se mettre ensemble pour le construire ensemble. Que ce mouvement d’envergure nationale s’appelle le Mouvement de la Force Alternative d’Opposition (MFAO) ou d’un autre nom n’a pas d’importance.

6- Mais la CDPA-BT réaffirme que par son contenu et ses objectifs, le MFAO n’a rien de commun avec les « regroupements » hétéroclites éphémères ou ces mouvements associatifs occasionnels qui n’ont pas permis à la politique d’opposition d’atteindre jusqu’à présent l’objectif du changement démocratique.
Dans tous les cas, la situation dans laquelle l’Opposition se retrouve une fois de plus face au régime à la veille de ces présidentielles de 2015, montre bien que la construction de ce vaste mouvement par une alliance politique reste une nécessité.

7- Une fois de plus, la CDPA-BT est convaincue que la politique d’opposition conduite jusqu’à présent par les partis du courant majoritaire de l’Opposition n’est pas la seule possible. Et qu’il faut, par conséquent, en essayer une autre.

Lomé, le 2 mars 2015

Pour la CDPA-BT
Le Premier Secrétaire
E. GU-KONU

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

#TOGODEBOUT : MOBILISATION MONSTRE DE LA DIASPORA DE BASTILLE à RéPUBLIQUE à PARIS

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)