Lundi 23 Octobre 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

L'AUTEUR - 30/06/2016 Imprimer | Envoyer | Réagir

Togo : Faure Gnassingbé réprimandé par le doyen Godwin Tété


HALTE À L’OPPRESSION ET À L’EXPLOITATION DU NÈGRE PAR LE NÈGRE

Par Godwin Tété


« Le Nègre a suffisamment pâti de cette pratique tant prisée de la supériorité raciale qui lui fut infligée par d’autres, pour ne point tolérer semblable présomption de la part des siens » [Marcus Mosiah Aurelius Garvey, in "L’Afrique aux Africains", New York, 1920]


En visite officielle en Allemagne à la mi-juin 2016, M. Faure Essozimna Gnassingbé a accordé une interview qui – fondamentalement – porte sur les fameuses réformes constitutionnelles, institutionnelles et électorales que le brave Peuple togolais et la "Communauté internationale" lui réclament à cor et à cri depuis qu’il a, frauduleusement, scandaleusement, tragiquement accédé au pouvoir d’État en 2005. Le contenu de cette interview – eu égard aux cruciaux enjeux qu’il recèle – s’agissant du destin de la Terre de nos Aïeux le Togo, mérite que nous lui prêtions un tant soit peu d’attention. Et c’est ce que nous nous efforçons de faire ci-après.

1. CARACTÉRISTIQUE GÉNÉRALE ET HABITUELLE DU "DISCOURS"

Le discours en question s’avère, dès le prime abord, creux, fallacieux, léger, très léger. Comme tous les autres discours de M. Faure Essozimna Gnassingbé, celui-ci aussi n’est rien d’autre qu’un discours pro domo
Dès le premier abord, on est convaincu que notre roitelet se moque royalement des Togolaises et des Togolais. M. Faure E. Gnassingbé se dit : « De toutes les façons, ils ne sauront rien faire »


2. LA QUESTION PREMIÈRE QUI EMPÊCHE M. FAURE E. GNASSINGBÉ DE DORMIR.

« L’interrogation qui est mienne aujourd’hui, c’est de savoir si on peut appliquer la même règle dans tous les pays ». Voilà l’alpha et l’oméga de la métaphysique gnassingbéenne !
Mais, au fond, que devons-nous entendre – en l’occurrence – par le concept (ou la notion) de « règle » ? Pour ma modeste part, il me semble qu’il s’agit d’une idée basique, d’une vision universellement admise, d’un principe fondamental : d’une praxis ayant fait ses preuves d’être positive, bénéfique pour l’Humanité tout entière. À titre indicatif, mentionnons : le suffrage universel à deux tours, la limitation de la durée et du nombre des mandats présidentiels, la décentralisation et la déconcentration en matière de gouvernance authentiquement démocratique.
Si tel est le cas, assurément la même « règle » peut, voire doit s’appliquer dans tous les pays. Mais il va sans dire que cette application se doit de tenir compte des contextes concrets, tangibles, respectifs, et non imaginaires, non fantaisistes, non politiciens… [Karl Marx a écrit : « L’Humanité ne se pose que des problèmes qu’elle peut résoudre. Car, lorsque le problème surgit, les éléments de sa solution se trouvent déjà là, ou, du moins, en gestation »]. Sinon, nous sommes en face non pas d’une « règle », mais plutôt d’une rêverie (!!!), d’une affabulation (!!!). Oui ! En face d’un mensonge à soi-même.

3. VEUILLEZ NOUS RACONTER UNE SEULE HISTOIRE AFRICAINE CONCRÈTE, SI CHÈRE À VOTRE CŒUR.

En effet, que les chefs d’État africains, égocentriques, attardés, veuillent bien nous mentionner – concrètement – « une seule histoire africaine concrète » dont ils nous rabâchent les oreilles à longueur de journée ! « Histoire » qu’ils brandissent – comme un épouvantail – chaque fois que leur pouvoir leur apparaît quelque peu menacé. Oui ! À partir de cet instant-là, l’application de n’importe quelle « règle » démocratique leur semble susceptible de dérober la terre sous leurs pieds Parce que l’ « Histoire Africaine » – très chère à leurs cœurs respectifs – est violée !


4. À LA VÉRITÉ, C’EST LE VOLEUR QUI CRIE AU VOLEUR !

Ici, le "leitmotiv" est que, si d’aventure l’on appliquait, à tout prix, la même « règle » partout, « il y aurait des problèmes ». À vrai dire, c’est précisément la non application des règles démocratiques fondamentales, de nos jours universellement exigées partout, qui crée des problèmes. Ainsi donc, en avril 2005, ce fut bel et bien la façon rocambolesque dont Faure E. Gnassingbé parvint au pouvoir qui occasionna la perte d’au moins 500 (cinq cents) vies humaines [selon les Nations Unies]. En avril 2015, ce fut, assurément, le refus de l’exécution des réformes en vue qui faillit provoquer d’hallucinants dégâts humains, matériels et financiers, n’eût été la vigilance de tout instant, exercée par les partis politiques de l’opposition togolaise véritable… Nous pourrions multiplier ici, à loisir, les exemples, au simple risque de simplement, inutilement traumatiser davantage le lecteur. Passons donc à un autre registre.

5. « INTELLECTUELS » VERSUS « POLITIQUES » ?!

Répondant à ses interlocuteurs allemands, Faure E. Gnassingbé a visiblement semblé préférer les « intellectuels » aux « politiques », s’agissant de la résolution définitive de "la question togolaise" vieille maintenant de plus de 53 (cinquante-trois) ans ! Mais, avant toute chose, parlons un peu de la notion d’ « intellectuel ».
Un « intellectuel », contrairement à ce que nous avons tendance à croire en Afrique, n’est nullement quelqu’un(e) qui exhibe des diplômes plus ou moins véridiquement conquis de haute lutte (ou plus ou moins extorqués par tricherie). Un intellectuel est un véritable humaniste qui, ayant fait don de sa personne à l’Humanité, utilise son intellect pour aider l’Humanité à améliorer la Condition humaine… (André Malraux). Ainsi donc, un intellectuel, c’est Antigone, c’est Socrate, c’est Platon, c’est l’Abbé Henri Grégoire, c’est Victor Schœlcher, c’est François Marie Arouet Voltaire, c’est Jean-Jacques Rousseau, c’est Émile Zola, c’est Jean Jaurès, c’est Jean-Paul Sartre, c’est William E. B. Du Bois, c’est Marcus Mosiah Aurelius Garvey, c’est Kwame (Francis) Nkrumah, c’est Nelson Mandela, c’est Patrice Émery Lumumba, c’est Thomas Sankara, etc., etc.

Et puis, est-ce le fait que la Terre allemande a produit une kyrielle de puissants cerveaux – tels que Martin Luther, Johann Wolfgang von Goethe, Georg Wilhelm Friedrich von Hegel, Karl Marx, Albert Einstein, etc., etc. – qui aurait inspiré à Faure sa subite préférence des « intellectuels » par rapport aux « politiques » ?! Toujours est-il que nous avons, à l’endroit de Faure Essozimna Gnassingbé, les interrogations qui suivent.

a) La Conférence Nationale Souveraine (CNS) : 08 juillet/28 août 1991, qui aura écrit une admirable, glorieuse et mémorable page de l’Histoire de la Terre de nos Aïeux, a-t-elle réuni des analphabètes ?! Non ! Elle a rassemblé la crème (!!!) de la matière grise de notre Patrie.
b) La Commission Robert Anyron Dosseh, mise sur pied par Faure lui-même au lendemain de son accession au pouvoir, pour, disait-il, « revoir » l’Histoire de notre pays, a-t-elle été constituée d’enfants de la maternelle ?! Mais l’Évêque Robert Anyron Dosseh était, à lui seul, le summum (!) de l’ « intellectualisme ».
c) L’APG (Accord Politique Global) du 20 août 2006 : le véritable acte d’accréditation définitive de Faure Gnassingbé, fut-il conclu par des gens tarés ?! Bien sûr que non !!! Il est le fruit de cadres à la fois éminemment lettrés et politiques !
d) Et quid de la CVJR (Commission Vérité-Justice Réconciliation) installée par Faure lui-même et pilotée par l’Évêque Nicodème Barrigah-Bénissan ? À ce jour, nul n’a encore mis en cause sa compétence sur le plan purement académique.
e) Enfin, que dire de la retentissante "Lettre pastorale" en date du 27 Avril 2016, des Évêques du Togo ! Est-elle l’œuvre de plaisantins ?! Évidemment non ! Elle est l’émanation du faîte lui-même de la culture de l’Esprit humain…


D’où vient dès lors l’inspiration inopinée de Faure Essozimna Gnassingbé concernant sa préférence des « intellectuels » par rapport aux « politiques » ! À n’en pas douter, il s’agit, encore une fois, d’une pure fuite en avant, d’une ridicule diversion, d’une criminelle noyade du poisson…

6. LE SENS RÉEL (!) DU DISCOURS DE FAURE GNASSINGBÉ

D’entrée de jeu, notons que nous avons ici un "discours pro domo", c’est-à-dire un "langage de bois", une langue d’Ésope, une parole qui n’ose pas expliciter clairement sa véritable signification. Nous avons ici, en d’autres mots, un discours qui, tout en laissant croire à la bonne foi, à l’objectivité, recèle la défense d’une « cause » personnelle… inavouable.
Oui ! Ce que Faure a voulu nous dire en Allemagne à la mi-juin 2016, il nous l’a dit le jour-même où les FAT (Forces Armées Togolaises) l’ont porté aux rênes du pouvoir d’État : « Mon père m’a dit : "On ne laisse jamais tomber un pouvoir qui vous échoit !" ».

7. L’INTENTION VÉRITABLE DE FAURE ESSOZIMNA GNASSINGBÉ

Il y a un deuxième souci qui trouble le sommeil du roitelet togolais : « Est-ce parce qu’il y a limitation, le peuple doit rester muet ? » Et il va de soi que, pour Faure, la réponse à cette question ne saurait être que « NON ! ».
Ainsi donc, primo, on achètera quelques prétendus « intellectuels » – à coups d’attributions honorifiques et lucratives… On en formera une camarilla qui se battra pour maintenir son « chef » au pouvoir, en vue de conserver ses propres privilèges… Secundo, on achètera la conscience du peuple – avec quelques sacs de riz et bouteilles d’huile d’arachide, après avoir, de propos délibéré, affamé, bien affamé ledit peuple. Et, pour ce faire, le meilleur moyen est le « référendum ». Comme opéré au Burundi, au Rwanda, au Congo-Brazzaville. Comme envisagé en RDC (République Démocratique du Congo).

J’Y SUIS ! J’Y RESTE ! VOILÀ L’INTENTION VÉRITABLE DE FAURE

8. QUE FAIRE ?

Le fait est que, de nos jours, la Terre des Aïeux : le Togo s’avère en train de subir une colonisation et un colonialisme d’un autre âge, d’origine endogène, d’essence ethno-militaro-clanique. Une colonisation et un colonialisme dont pâtit douloureusement l’écrasante majorité du Peuple togolais. Une colonisation et un colonialisme dont les bénéficiaires ont pour chef de file M. Faure Essozimna Gnassingbé !
Il convient donc que nous parvenions à trouver les voies et les moyens appropriés requis et, avec eux, à Renverser la vapeur…

À BAS L’OPPRESSION ET L’EXPLOITATION DU NÈGRE PAR LE NÈGRE

Références : Godwin Tété : (i) Histoire du Togo – La longue nuit de terreur (1963-2003). Ed. A. J. Presse, Paris, 2006, en 2 volumes. (ii) Le Togo – La vraie/fausse question nord-sud. Ed. Haho, Lomé (Togo), 2007.

J’ai dit ! Que ceux qui ont encore dès oreilles entendent !!!


Paris, le 26 juin 2016
Godwin Tété

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

#TOGODEBOUT : MOBILISATION MONSTRE DE LA DIASPORA DE BASTILLE à RéPUBLIQUE à PARIS

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)