Lundi 20 Fevrier 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

JA - 15/12/2016 Imprimer | Envoyer | Réagir

Togo: Kofi Yamgnane dénonce les 50 ans de dictature Gnassingbé


Togo : « De la poudre aux yeux ! » par Kofi Yamgnane

Depuis ma tribune parue dans le quotidien "Le Monde", j'attendais une réplique. C'est François Loncle, député socialiste français qui s'y colle . « …Ses compatriotes togolais constataient qu’il était déconnecté des réalités de leur pays… », dit-il. Or il sait que le pouvoir qu’il encense m’a interdit de me présenter aux élections ! Puisque Kofi n’est ni connu ni aimé de ses compatriotes, pourquoi ne lui permettez-vous pas de se présenter aux élections ? Qu’avez-vous à craindre d’un inconnu déconnecté ?

En fait, je connais mieux que Faure l’état de déliquescence du Togo : l’absence d’eau potable, la faim qui tue, l’insécurité sur les routes, les trafics en tous genres, l’absence criante d’écoles dignes de ce nom, les manifestations réprimées dans le sang, l’obligation pour certaines jeunes étudiantes de se prostituer pour payer leurs études, l’impossibilité pour les Togolais de se soigner, la torture, oui, la torture dans le secret par les services secrets…etc.

Dialogue avec l’opposition, parlons-en !

Le pouvoir togolais a participé à 22 « dialogues inter-togolais » depuis 20 ans : l’APG négocié à Ouaga en 2006 a été enterré; aucun des 22 engagements pris par le Togo devant l’UE n’a été respecté ; l’interpellation du Togo par l’ONU sur les 500 morts de 2005 est en souffrance sur le bureau de Faure; son propre frère, Kpatcha, est en prison depuis 2009 ; le rapport du Département d’État américain sur les droits de l’Homme au Togo fustigeant un usage excessif de la force par les forces de sécurité, la corruption et l’impunité des responsables publics ; c’est par dizaines de milliers que les jeunes Togolais traînent leur misère sur leurs « zémidjans » ou bien partent en exil… Qu’importe, Faure est un « dirigeant jeune et compétent, il se soucie de moderniser son pays, de réconcilier les Togolais et d’offrir des perspectives à une jeunesse nombreuse… ». À pleurer !

Les avancées politiques : cherchez l’erreur !

Toutes les élections sont truquées au vu et au su de tous les Togolais : depuis que l’on vote dans ce pays, jamais le RPT/UNIR n’a gagné le moindre scrutin, mais il gouverne depuis près de 50 ans. Cherchez l’erreur !

Quant à la « réforme territoriale et la décentralisation », le Togo a de nombreuses communes dont aucune n’a un maire élu, six régions dont aucune n’a une assemblée élue, 39 préfectures dont aucune n’a une assemblée territoriale élue et ce depuis… 1983 !

Pourquoi le Togo est-il l’un des rares pays d’Afrique dont la diaspora n’a pas le droit de vote ? Est-ce là une avancée politique ?

Oui, le gouvernement togolais a créé un statut de « chef de file de l’opposition » attribué à M. Fabre. Grossière manœuvre pour tenter de bipolariser le débat politique au Togo. Inadmissible ! Pourriez-vous révéler aux lecteurs de JA le nom du « chef de file de l’opposition » en France, avec un statut officiel ?
Pouvez-vous demander à votre « dirigeant jeune et compétent », pourquoi le Togo est l’un des rares pays d’Afrique dont la diaspora n’a pas le droit de vote ? Est-ce là une avancée politique ?

Une économie en marche : pour qui ?

Sur le plan économique, M. Loncle pointe « … une croissance soutenue qui s’établit, depuis cinq ans, à 5,6% en moyenne… ». Si cela était vrai, à qui a profité cette croissance ? Les femmes togolaises meurent toujours en couche ; la mortalité infantile est toujours aussi préoccupante car très loin des objectifs de l’OMD n°4 (1990/2015) ; toujours pas de possibilité de faire des opérations chirurgicales au « CHU » de Lomé par manque d’eau propre ; le chômage est désespérant ; les établissements scolaires sont en grève parce que les enseignants ne sont pas payés ; la pauvreté galope (de 56% à 61%) et le taux de vulnérabilité de 60% à 80%… Dans quelles poches est donc passé l’excédent de PIB produit par cette croissance ?

Discriminations et impunité

Les discriminations que vous admettez du bout des lèvres ne concerne pas seulement les femmes. Les discriminations ethniques sont tout aussi criantes. L’ethnie kabyè du président est présente dans toutes les administrations à hauteur de 80% en moyenne (jusqu’à 93% dans l’armée!). Ainsi de glissement en glissade, le Togo est passé de « démocrature » à « ethnocrature » avec tous les germes soigneusement entretenus de potentiels conflits ethniques meurtriers.

La communauté internationale a des indignations à géométrie variable

Quant à l’impunité, vous qui connaissez si parfaitement les réalités togolaises, pouvez-vous dire aux Togolais qui a tué les lycéens de Dapaong, Douti Sinalengue et Anselme Sinandare ? Qui a tué 9 jeunes manifestants à Mango ? Qui a ruiné les commerçants de Kara et de Lomé en incendiant les marchés de ces deux villes ? Tous ces crimes sont restés impunis : voilà une autre réalité du Togo !

Le pouvoir togolais est une parodie de démocratie

Sur le fond, personne, pas même vous, ne se fait d’illusion sur la nature du régime togolais mais, pas un pays européen, et surtout pas la France, n’est prêt à faire quoi que ce soit pour que ça change. C’est que la communauté internationale a des indignations à géométrie variable…

Pour ma part, je ne nourris aucune amertume contre qui que ce soit. Je suis simplement meurtri que mon pays en soit là. Oui, j’ai une ambition pour mon pays : c’est de le faire changer pour le transformer en terre de paix, de justice, de liberté. Et ce, afin que mes concitoyens vivent mieux dans une société nouvelle, sans violence, sans discrimination, sans crime politique et enfin, sans impunité.

Kofi Yamgnane

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS


INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)