Jeudi 27 Avril 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

CDPA - 27/12/2016 Imprimer | Envoyer | Réagir

Togo : La CDPA demande à la représentation nationale de voter une motion de censure


L’assemblée nationale du Togo s’apprête à voter le projet de loi portant loi de finances gestion 2017 qui, selon le communiqué du conseil des ministres, est axé sur l’atteinte des objectifs prévus dans la Stratégie de croissance accélérée et de promotion de l’emploi (Scape) 2013-2017. Ces prévisions budgétaires s’équilibrent en ressources et en charges à 1 2018,7 milliards de francs cfa et passent, enfin, la barre du 1 000 milliards de francs cfa.

La Cdpa aurait apprécié l’effort si ce projet de budget 2017 n’avait pas privilégié le remboursement de la dette (35,72% des dépenses) au détriment des salaires (15,68% des dépenses). Comment comprendre une telle orientation après les sacrifices incommensurables que ce peuple avait consenti pour bénéficier de la réduction de la dette en vue de financer le secteur social, pourtant considéré comme prioritaire par le mandat illégitime du Président de la République ?

La Cdpa aurait accepté ce projet de budget 2017, si la part des dépenses, consacrée à la Scape avait nettement dépassé la barre des 55,61%. Comment peut-on nous faire croire dans ces conditions, que la croissance accélérée et la promotion de l’emploi sont possibles ?

La Cdpa aurait applaudi l’exploit si ce projet de budget 2017 ne programmait pas le financement de la Scape (55,61% des dépenses), avec des dons projets, emprunts projets, emprunts, appuis budgétaires et emprunts obligataires (44,09% des recettes). Comment comprendre qu’un gouvernement responsable prétende développer nos secteurs à fort potentialité de croissance, renforcer nos infrastructures économiques, renforcer la gouvernance, promouvoir un développement participatif équilibré et durable et enfin développer le capital humain, la protection sociale et l’emploi avec des aides et surtout avec des prêts dont le remboursement redevient un fardeau insoutenable pour notre économie ?

La Cdpa aurait compris l’autosatisfaction des autorités, si ce projet de budget 2017 n’avait pas donné autant de poids aux dépenses communes diverses qui passent de 7,5% du budget 2016 à 8,5% du budget 2017. Comment accepter qu’une gouvernance transparente maintienne à ce niveau dans un projet de loi de finances, cette rubrique hétéroclite fourre-tout, pourtant dénoncée par les nouvelles directives relatives aux finances publiques de l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uémoa) ?

Non, la Cdpa, n’approuve pas ce projet de loi de finances scélérate, qui prétend mettre l’accent sur la croissance stratégique, alors qu’une part importante du budget est consacrée au remboursement de la dette. La Cdpa ne cautionne pas ce projet qui fait reposer notre développement sur la poche des autres, c'est-à-dire des ressources aléatoires. La Cdpa refuse ce budget dont les dépenses en investissement ne créent pas d’emplois décents de qualité permettant aux jeunes d’accéder à des revenus à la hauteur des difficultés que connaissent les ménages. La Cdpa dénonce ce budget qui n’alloue que 15,61% aux dépenses de personnel alors que la plupart des fonctionnaires du secteur de l’éducation, excédés par le dilatoire du gouvernement, sont actuellement en grève.

La Cdpa invite les députés à faire leur travail, en rejetant ce projet de budget 2017 qui se présente comme une belle architecture de finances publiques, mais se trouve en réalité être un mirage pour l’enjeu du développement durable, sans aucune portée de progrès social au Togo.

La Cdpa demande à la représentation nationale de voter une motion de censure contre ce gouvernement qui en est le responsable et d‘exiger du Président de la République, un discours sur l’état de la nation prononcé devant les députés et diffusé en directe sur les médias.
Fait à Lomé le 26 décembre 2016


Brigitte Kafui ADJAMAGBO JOHNSO

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)