Mercredi 20 Septembre 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

SYNERGIE TOGO - 21/08/2017 Imprimer | Envoyer | Réagir

Synergie-Togo condamne avec la plus grande fermeté la répression violente de la manifestation PNP


Communiqué relatif aux manifestations pacifiques du 19 août 2017 organisées par le Parti National Panafricain

Synergie-Togo condamne avec la plus grande fermeté la répression violente de manifestations pacifiques et exige la concrétisation des engagements pris depuis 2004 et 2006.

Synergie-Togo a suivi avec attention l’actualité politique du Togo marquée par la marche pacifique du 19 août 2017 dans plusieurs villes du Togo et à l’étranger, à l'appel du Parti National Panafricain (PNP) pour réclamer le retour à la constitution de 1992 et le vote de la diaspora.

Cette marche a été précédée dès son annonce, par des menaces de la part des ministres Damehane YARK de la sécurité et de la protection civile et Payadowa Boukpessi de l’administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locales. La gravité de ces menaces, traduit une volonté du gouvernement d'intimider et de restreindre la liberté d’expression et de manifestation au Togo. Comme à l'accoutumé, la loi N°2011-010 du 16 mai 2011 sur les manifestations publiques dite "loi Bodjona" a été instrumentalisée aux fins de violer la liberté de manifester garantie par la constitution.

Synergie-Togo a également suivi avec une grande consternation le déroulement des manifestations pacifiques à leur début mais violemment réprimées par les forces de l'ordre dans la plupart des villes, spécialement Sokodé. Ces violences ont malheureusement causé des morts, des blessés, des traumatismes psychologiques et de nombreuses arrestations. Selon les dernières informations dont nous disposons, ces violences continuent dans la ville de Sokodé où les forces de sécurité pénètrent dans les maisons, et traquent les citoyens dans les rues.

Synergie-Togo condamne avec la plus grande énergie ces violences d'une autre ère. Elle présente ses condoléances aux familles éplorées et souhaite prompte guérison aux blessés et traumatisés.

Synergie-Togo rappelle que les revendications du PNP ne sont que la conséquence du refus obstiné du pouvoir en place d’opérer les nécessaires réformes institutionnelles et constitutionnelles auxquelles lui-même s’est engagé depuis 2006. Dans ses recommandations, la Commission Vérité Justice et Réconciliation a confirmé ces réformes comme seule parade contre la non-répétition des violences politiques. Le gouvernement togolais lui-même les avait reprises dans un projet de loi déposé sur le bureau de l'Assemblée nationale en 2014, projet que l'opposition parlementaire a réintroduit comme proposition de loi en 2016 et 2017.

Ce refus d’opérer les réformes qui repose sur des « entourloupes » fait partie d’une stratégie de conservation du pouvoir qui finit par désespérer la grande majorité des Togolais, par ailleurs victimes de la mal gouvernance et qui trouvent en la mobilisation populaire la seule réponse à leurs demandes.

Synergie-Togo demande au peuple togolais de rester vigilant et mobilisé pour défendre ses droits, dans le respect de la loi.

Synergie-Togo exhorte le gouvernement à :
− cesser toute violence policière sur les Togolais dans les espaces publiques et privés ;
− prendre ses responsabilités pour assurer la sécurité de tous les togolais lors des manifestations pacifiques et cesser d’instrumentaliser les forces de sécurité, censées protéger la population, à des fins politiciennes ;
− libérer sans condition tous les manifestants arrêtés ;
− mettre un terme aux entourloupes à répétition comme celle en cours sur la tournée d'information du Haut-Commissariat à la Réconciliation et au Renforcement de l’Unité Nationale (HCRRUN) relative aux réformes institutionnelles et constitutionnelles ;
− opérer sans délai, et dans les mêmes termes qu'en 2002, le retour à la constitution que le peuple togolais s'est donné en toute liberté et par un référendum.

L'heure est grave. L'aboutissement et la concrétisation rapide des réformes sont une condition incontournable de l'évolution paisible et pérenne de la situation politique et économique du Togo.

Fait à Paris le 21 août 2017

Pour Synergie-Togo,
Le Président, Eric AMOUZOUGAH



Synergie-Togo est une organisation de la société civile créée par des membres de la diaspora togolaise dans le but de contribuer au développement économique du Togo en mobilisant les compétences des Togolais, en sensibilisant la diaspora togolaise au devoir de solidarité qui s’impose à elle, en servant de cadre de réflexion pour l’élaboration de travaux relatifs à la valorisation de la démocratie et à la promotion des droits humains.

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)