Mercredi 20 Septembre 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

PARTI DES TRAVAILLEURS - 26/08/2017 Imprimer | Envoyer | Réagir

Togo : Le parti des travailleurs dénonce et condamne la répression sanglante des marches du 19 août


COMMUNIQUE PT

Nous dénonçons et condamnons la répression sanglante des marches pacifiques du PNP des 19 et 20 août 2017

Le samedi 19 août 2017, le Parti national panafricain (PNP) avait appelé à une marche pacifique dans 5 villes du Togo : Lomé, Sokodé, Kara, Anié, Bafilo et dans les capitales de 6 pays étrangers : Berlin (Allemagne), New York (USA), Accra (Ghana), Ouagadougou (Burkina-Faso), Lagos (Nigeria) et Libreville (Gabon) sur deux mots d’ordre : 1°) le retour à la Constitution togolaise de 1992 ; 2°) le vote de la diaspora lors des consultations électorales au Togo.

Répondant à cet appel, plusieurs centaines de milliers de manifestants ont afflué aux points de rassemblement de cette manifestation dans les villes du Togo où elle devait avoir lieu, tout particulièrement à Lomé, à Sokodé et à Kara.

Pris de panique face à cette initiative, le régime RPT-UNIR de Faure Essozimna EYADEMA-GNASSINGBE, tout particulièrement par la voix de ses ministres de la Sécurité et de la protection civile, YARK Damenhane, et de l’Administration territoriale, des Collectivités locales et de la Décentralisation, PAYADOWA Boukpessi, n’a cessé de multiplier intimidations, menaces et outrances verbales contre la tenue de cette manifestation dont les organisateurs n’ont jamais cessé d’insister sur le caractère pacifique. C’est ainsi que YARK Damehane avait prévenu : « S’ils refusent ce que le ministre leur a proposé, il n’y aura pas de marche. Nous savons ce qu’ils ont derrière la tête mais ça ne se passera pas dans ce pays, selon leurs propos. (...) Nous avons donné des instructions à nos éléments (...) D’abord, aux points de regroupement on va les disperser et d’une façon conventionnelle, d’une façon propre. S’il s’avère que un de nos éléments essuie un coup de feu, les éléments vont riposter. Ils se prennent pour qui ? C’est quoi PNP ? »

Le samedi 19 août, passant de la parole aux actes le régime a fait déployer sur les lieux de rassemblement pour le départ de cette marche pacifique des forces impressionnantes de la police, de la gendarmerie et même de l’armée, toues sur le pied de guerre, pour organiser la répression sanglante de cette manifestation.
La suite est connue : plus de deux morts, plusieurs dizaines de blessés dont de nombreux par balles, plus de 400 citoyens innocents arbitrairement arrêtés, sauvagement torturés dans les locaux de la police et de la gendarmerie avant d’être déférés dans les prisons togolaises. Parmi ces derniers, le Dr SAMA Kossi, Secrétaire général du PNP, arrêté le dimanche 20 août lors de la poursuite la manifestation en protestation contre la répression sanglante de la veille.

Le Parti des travailleurs dénonce et condamne avec la plus grande vigueur cette répression sanglante contre la marche pacifique du PNP et la violation manifeste des libertés démocratiques qu’elle constitue. Il rend un hommage déférent à la mémoire des victimes qui, à nouveau, ont été lâchement assassinées par la soldatesque du régime sanguinaire de la dynastie EYADEMA-GNASSINGBE qui vient ainsi de rallonger la trop longue liste des assassinats politiques qu’il commet au Togo depuis ses 50 ans de règne. Il présente ses sincères condoléances aux familles éplorées, sa compassion aux blessés et aux citoyens arbitrairement arrêtés, sa solidarité et son soutien au PNP.

Face à la gravité de la situation qui s’est créée dans notre pays, le Parti des travailleurs exige :
 La recherche et le châtiment des éléments des forces de répression qui ont lâchement assassiné des manifestants aux mains nues, pour que fin soit mise au règne de l’impunité au Togo ;
 La démission inconditionnelle et immédiate des ministres YARK Damehane et PAYADOWA Boukpessi ;
 La libération inconditionnelle et immédiate de tous les manifestants emprisonnés ;
 Le respect des droits et libertés de manifestation et d’opinion garantis par la Constitution togolaise et les
instruments internationaux ratifiés par l’Etat togolais.
Le Parti des travailleurs qui, pour sa part, combat pour la fin des 50 ans de dynastie du clan EYADEMA- GNASSINGBE et la démission inconditionnelle et immédiate de Faure Essozimna, lance un appel solennel à toutes les organisations qui se réclament de la démocratie pour que l’unité la plus large se réalise sans délai pour défendre les droits et libertés démocratiques dont celui de manifestation, gravement menacés aujourd’hui par le régime RPT-UNIR.
Lomé, le 23 août 2017 Pour le Parti des travailleurs, Le Secrétaire chargé de la coordination,
Claude AMEGANVI

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO-RéPRESSIONS MILITAIRES : QUI A TUé ALABI NADJINOUDINE ?

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)