Mardi 21 Novembre 2017

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

LEMONDE - 17/10/2017 Imprimer | Envoyer | Réagir

Togo: l’arrestation d’un imam proche de l’opposition met le feu aux poudres


L’opposition dénonce « l’enlèvement » d’Alpha Alassane, voix contestataire reconnue, alors que les manifestations reprennent pour exiger le départ du président Gnassingbé.

Le Monde.fr avec AFP Le 17.10.2017

De violents heurts ont éclaté à Sokodé après l’arrestation, lundi 16 octobre, d’un imam proche des opposants du Parti national panafricain (PNP). Selon le gouvernement togolais, qui a dénoncé mardi des « actes à visée terroriste », les violences dans la deuxième ville du pays ont fait trois morts dont « deux militaires en faction » devant le domicile du ministre de l’agriculture « lynchés et exécutés » avant que leurs armes ne soient emportées. Selon le communiqué des autorités, « un jeune a également trouvé la mort et une vingtaine de blessés [a été] enregistrée parmi les civils et les forces de sécurité. » Cette dernière victime est, selon le directeur d’Amnesty International au Togo, un apprenti tapissier qui aurait reçu de « petites balles de plomb dans le corps ».

Les violences qui se sont propagées dans la nuit dans plusieurs villes du pays ont éclaté lundi soir. « L’électricité a été coupée vers 19 heures, après la prière et cinq véhicules de la gendarmerie sont arrivés pour enlever Alpha Alassane, un imam très reconnu dans la ville », a raconté à l’AFP Ouro Akpo Tchagnaou, le coordinateur de l’Alliance nationale pour le changement, un parti d’opposition. « La population s’est sentie visée et est sortie dans les rues », a-t-il ajouté en indiquant que les échauffourées ont duré toute la nuit. Selon des sources concordantes, des domiciles de cadres du pouvoir, un bureau de banque, la poste et un bâtiment de la compagnie de téléphonie TogoCell ont été incendiés ou saccagés.

Le calme était revenu mardi matin, mais la population a menacé de ressortir dans la rue si l’imam n’était pas libéré.

Limitation du nombre de mandats présidentiels

A Agoé, le fief des partisans du PNP dans la capitale togolaise, où réside son leader Tikpi Atchadam, deux bureaux des douanes ont été incendiés et des pneus brûlés étaient encore visibles mardi matin aux abords des voies quadrillées par les forces de l’ordre. Le siège du PNP à Agoé est lui aussi parti en flammes.

Le ministre de la sécurité, le colonel Yark Damehame, a justifié sur les ondes de Radio Victoire l’arrestation de l’imam en affirmant que « dans ses prêches, il appelle ses fidèles à la violence et à la haine (…) Le comble, vendredi dernier, il a au cours de ses prêches appelé ses fidèles à tuer des militaires ».

L’imam Alassane a toujours été une voix contestataire au Togo, mais dans un contexte de tensions politiques accrues, il s’est rapproché du PNP dirigé par Tikpi Atchadam, la figure de proue de la contestation de ces derniers mois.

Le PNP s’est allié à treize autres partis de l’opposition pour demander le retour à la Constitution de 1992 qui limite à deux du nombre de mandats présidentiels, et la démission du président Faure Gnassingbé, élu en 2005 dans la violence.

Ce regain de tension intervient alors que de nouvelles marches de l’opposition sont prévues le 18 octobre sur l’Assemblée nationale et le lendemain sur le siège de la Communauté économique des états d’Afrique de l’ouest (Cédéao). Des débordements sont à craindre, le gouvernement ayant interdit les manifestations les jours de semaine.

Depuis le mois d’août, le pays est agité par une contestation qui se remobilise régulièrement, comme les 6 et 7 septembre, où plusieurs dizaines de milliers de personnes étaient descendues dans la rue dans tout le pays pour exiger la fin du règne de la dynastie Gnassingbé, au pouvoir depuis cinquante ans.


Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

#TOGODEBOUT : MOBILISATION MONSTRE DE LA DIASPORA DE BASTILLE à RéPUBLIQUE à PARIS

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)