Mercredi 18 Juillet 2018

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

ANC TOGO - 19/02/2018 Imprimer | Envoyer | Réagir

Togo : Message à la nation de Jean-Pierre FABRE


A l’occasion de l’ouverture du dialogue inter-Togolais 2018


Togolaises, Togolais,

Mes chers Compatriotes

Mes collègues de la coalition des 14 partis politiques et moi-même, nous prenons part au dialogue politique qui s’ouvre ce lundi 19 février 2018, en notre qualité de représentants de l’immense majorité de nos compatriotes togolais qui se mobilisent massivement sur toute l’étendue du territoire national et à l’étranger, dans la diaspora, pour manifester leur rejet absolu du régime de dictature qui régente le Togo et exiger le retour à la Constitution originelle de 1992, le vote de la diaspora, l’alternance et le changement, avec le départ immédiat du Chef de l’Etat actuel, Faure Gnassingbé.

C’est donc au nom de l’ensemble de ces populations que nous voudrions exprimer nos très vifs remerciements aux Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO et de l’Union Africaine qui ont accepté de consacrer leur temps à se pencher sur le grand malade de longue durée qu’est notre pays, le Togo.

Nos remerciements vont tout spécialement au Président Alpha Condé, Président de la République de Guinée et au Président Nana Akufo-Addo, Président de la République du Ghana. Leurs efforts, leur patience et surtout leur acceptation d’apporter leurs précieuses contributions dans ce nouveau dialogue togolais de la dernière chance, méritent notre reconnaissance pleine et entière.

Nos remercions particulièrement le Président Nana Akufo-Addo du Ghana, qui a tenu à faire le déplacement de Lomé, pour ouvrir personnellement nos travaux.

Nos remerciements vont également à Messieurs les Ambassadeurs au Togo, des Etats-Unis d’Amérique, de l’Union Européenne, de la France, de l’Allemagne et de l’ONU qui, discrètement mais assurément, ont favorisé par leurs diverses actions diplomatiques, la tenue de ces assises qui réunissent les principaux acteurs politiques de notre pays.

Le projet de règlement intérieur qui va encadrer nos travaux fait ce constat amer : « La République du TOGO fait face à une grave crise politique née d’importantes divergences de vues sur des questions d’importance nationale ».

Nous sommes donc à ce dialogue tant souhaité par tous et dont l’un des objectifs affiché est d’arriver à un accord global sur les questions qui alimentent la crise actuelle.

Pour extirper définitivement le mal dont souffre notre pays, il faut en connaître la cause avant de lui administrer le remède à même de garantir sa guérison, fut-il un remède de cheval.


LES CAUSES HISTORIQUES DU MAL TOGOLAIS

Winston Churchill, ancien Premier Ministre britannique, disait « Plus loin on regarde vers le passé, plus loin on voit vers l’avenir ».

Souvenons nous donc, comme nous l’a rappelé le 27 Avril 1960, au cours de son discours de proclamation d’indépendance, feu Sylvanus Olympio, Premier et seule Président démocratiquement élu du TOGO, je cite : « Notre pays le TOGO qui, depuis 1884, a été successivement protectorat allemand, condominium franco-britannique, territoire sous tutelle de la France, a retrouvé sa liberté d’action le 27 Avril 1960 » fin de citation ; et d’ajouter, je cite encore : « de ce moment et à jamais, affranchi de toute sujétion, de toute entrave, maître de ton destin, te voilà libre enfin » fin de citation.

Les pères de l’indépendance et de la nation togolaise, ont convié alors à travers l’hymne national du Togo, Terre de nos Aïeux, chaque togolaise et chaque togolais à s’unir pour bâtir ensemble la cité, en chérissant notre Togo, l’or de l’humanité.

Trois (03) ans après son accession à la souveraineté internationale, le Togo va connaître un drame dont le peuple, dans sa grande majorité, ne s’est jamais remis jusqu’à ce jour. Le peuple togolais a rappelé avec une amertume retenue dans un paragraphe du préambule de la Constitution originelle de 1992, adoptée à 98% par référendum, ce drame en ces termes : “Conscient que depuis son accession à la souveraineté Internationale le 27 avril 1960, le TOGO, notre pays, a connu une évolution politique tourmentée qui a conduit à la réunion des forces vives en une Conférence Nationale Souveraine, tenue du 08 Juillet au 28 Août 1991.”

Mes chers Compatriotes,

Ayons le courage politique et historique de relever que la crise, pour la résolution de laquelle nous sommes à ce dialogue, remonte au matin du 13 janvier 1963, lorsque le premier président démocratiquement élu par les Togolais est assassiné par un groupuscule de soldats démobilisés de l’armée coloniale, qui ne figuraient même pas dans les effectifs de l’armée togolaise.

En effet, l’arrêté portant intégration dans l’armée nationale d’Etienne Eyadéma Gnassingbé et ses compagnons, date du 31 janvier 1963, soit quelques jours après ce crime, et est publié au Journal Officiel de la République Togolaise du 16 février 1963.

Voilà l’origine du pouvoir de la dynastie des Gnassingbé, qui régente notre pays de père en fils depuis 55 ans. Un pouvoir fait de violations massives des droits de l’homme, de fraudes électorales, de pillage des ressources, d’assassinats politiques, d’arbitraire, d’injustice et de tribalisme. Un véritable régime de violence et de terreur.

Ce meurtre fondateur, non jugé, non regretté, malgré les assises de la CVJR de 2009 à 2012, continue d’être un boulet pour ce pays.

Le retour à la Constitution originelle de 1992

Malgré ce drame dont le pays ne s’est jamais remis, le peuple souverain a voulu, à travers la Constitution originelle de 1992, jeter les bases d’une nouvelle société togolaise moderne, basée sur le pluralisme politique, les principes de démocratie et la protection des Droits de l’Homme.

Voilà pourquoi, dans le préambule de ce nouveau texte de refondation, le peuple togolais “ proclame solennellement sa ferme volonté de combattre tout régime politique fondé sur l’arbitraire, la dictature, l’injustice”.

La modification unilatérale de cette Constitution, le 31 Décembre 2002, par l’Assemblée Nationale monocolore du Rassemblement du Peuple Togolais (RPT), qui cherche à tout prix à remettre en cause les acquis de la Conférence Nationale Souveraine, est considérée par tout le peuple togolais comme une trahison, une régression, un retour vers le passé tragique que tous croyaient à jamais révolu et enterré. Même la partie du préambule citée ci-dessus est aussi gommée, comme si depuis l’indépendance, l’évolution du pays s’est déroulée comme un long fleuve tranquille.

Ce n’est donc pas un fait anodin si les récents dialogues, à commencer par l’APG de 2006, ont mis l’accent sur le rétablissement des principes fondamentaux de la Constitution de 1992, se caractérisant par la mise en place de mécanismes devant favoriser l’alternance politique au pouvoir.

Mes chers Compatriotes,

Depuis plusieurs mois, excédé par les atermoiements et les dilatoires ponctués de violences, orchestrés par les dirigeants de ce pays pour échapper à la mise en place de tels mécanismes, l’ensemble des populations togolaises se mobilise massivement, sur toute l’étendue du territoire national et à l’étranger, dans la diaspora, pour dire non à l’accaparement du pouvoir depuis 55 ans par une seule famille.

Par cette mobilisation exceptionnelle, le peuple togolais veut signifier qu’il n’est plus en phase avec ses gouvernants qui ne se soucient plus guère de ses aspirations, et qu’il entend reprendre sa souveraineté confisquée.

Si nous sommes présent à ce nouveau dialogue, après pratiquement six mois de revendications qui n’ont jamais faibli, c’est que ce peuple se reconnait dans ses nouveaux porte-paroles que sont les représentants des 14 partis politiques et les forces de la société civile qui ont structuré ses revendications et fourni des moyens pour que le peuple soit entendu sur toute l’étendue du territoire national et au-delà de nos frontières.

Il faut le dire clairement, ce dialogue ne sera pas juste un recensement de recommandations qui seront jetées aux oubliettes dès la clôture du dialogue. Si ce dialogue ne se conclut pas par des décisions exécutoires immédiatement, on aura rien fait, le dialogue n’aura pas atteint ses objectifs, nous aurions perdu notre temps et celui de nos facilitateurs. Et le mal togolais persistera.

L’histoire politique récente de ce pays est celle de dialogues avortés, sans résultats ou de décisions de discussions politiques jamais mises en œuvre. Nous ne sommes pas à ce dialogue pour faire de la figuration mais pour transformer en actes concrets les revendications plus que légitimes du peuple souverain.

Pour ceux qui ne comprendraient pas nos exigences de prise de décisions exécutoires, je voudrais rappeler les propos du Chef de l’Etat actuel Faure Gnassingbé qui, remerciant le Président Blaise Compaoré, présent à la cérémonie de signature de l’APG, ‘’pour l’œuvre immense et historique’’ qu’il venait d’accomplir pour les Togolais, a souligné que “cet accord inaugurait une nouvelle ère politique pour notre pays“.

Appréciant la profondeur du drame humain, le nombre important des Togolais morts des violences politiques, Faure Gnassingbé déclarait que l’APG était le “signe de l’intervention divine et le fruit du courage, de la patience et de la sagesse du peuple togolais“. Le Chef de l’Etat s’engageait alors en termes clairs et sans équivoque, le 20 Août 2006 : “je mettrai tout en œuvre pour que se réalise ce contrat politique“.

Douze ans après cet engagement, ce ‘’contrat politique’’, ‘’signe de l’intervention divine’’, attend toujours d’être réalisé. Douze ans après, les réformes politiques fondamentales prescrites par l’APG attendent toujours.

Lorsque les gens qui sont censés être les représentants du peuple sont en déphasage avec le peuple, ou n’arrivent plus à capter les vraies aspirations du peuple ou à les traduire en acte juridique, il est légitime que le peuple par le biais de nouveaux porte-paroles, veuille reprendre sa souveraineté confisquée et bafouée.

Mes Chers compatriotes,

L’heure est grave, la situation est grave. Que surtout, personne ne soit tenté de nous opposer une pseudo légalité à la légitimité souveraine du peuple. La légitimité populaire, c’est elle qui fait mettre le peuple dans la rue et qui a mis le peuple dans la rue depuis six mois. La légalité de la représentation nationale ou de chef de l’Etat peut n’être qu’une fiction juridique fabriquée à coups d’élections truquées, de fraudes massives, de listes électorales délibérément gonflées par-ci, délibérément minorées par-là, de privation du droit de vote pour des citoyens, notamment de la diaspora, sans compter des Institutions de contrôle de la régularité des élections aux ordres.

Si la légalité actuelle était légitime, toutes les décisions prises à l’Assemblée Nationale ou à la présidence de la République seraient acceptées par le peuple et les appels à la cessation des manifestations auraient été entendus.

Aujourd’hui dans notre sous-région, le Togo notre cher pays, dont les pères de l’Indépendance ont voulu faire “l’or de l’humanité“, est moqué comme le dernier de la classe. Car il véhicule l’image ridicule d’un pays rétrograde, imperméable aux principes démocratiques.

Au-delà du fait que cette situation bafoue notre fierté de Togolais, elle est une dangereuse source de tensions susceptibles de mettre à mal la stabilité politique de notre pays et de la sous région ouest africaine.

Nous sommes d’accord avec le Président de la République Fédérale du Nigéria, son excellence Muhamadu Buhari, lorsqu’il déclarait récemment lors de la présentation des lettres de créance du nouvel ambassadeur du TOGO au Nigéria, je cite : « Les transitions politiques pacifiques ne sont plus négociables en Afrique de l’Ouest. »

Depuis le 19 août 2017, les rapports des Organisations togolaises des droits de l’homme, qui travaillent sur le terrain, nous apprennent que des dizaines de Togolais ont perdu la vie parce qu’ils ont revendiqué le retour de la Constitution originelle de 1992 que le peuple togolais s’est donnée par référendum.

Un seul mort, c’est inacceptable. Lorsque le peuple se lève et réclame le retour de sa souveraineté, rien ne peut justifier que ce peuple soit tiré au fusil d’assaut, gazé, massacré, bastonné, blessé, pourchassé jusque dans les domiciles, dans les chambres à coucher, arrêté, embastillé et torturé.

Pour toutes ces raisons, nous ne pouvons plus accepter qu’une seule goutte du sang des Togolais soit versée à partir de l’ouverture de ce dialogue.

Nous attendons de ce dialogue, une déclaration claire et nette de retour à la Constitution originelle de 1992, avec toutes ses conséquences immédiates qui sont :

- Le départ de l’actuel chef de l’Etat qui a déjà exercé plus de deux mandats et la mise en place d’une transition politique encadrée par une Charte de la Transition ayant valeur constitutionnelle ;

- La mise sur pied de structures législatives et exécutives de transition chargées de mettre en œuvre la révision du cadre électoral, y compris l’instauration du droit de vote pour les Togolais de l’étranger, le déverrouillage des Institutions de la République et l’organisation des élections législatives, locales et présidentielles totalement libres, transparentes et démocratiques.

C’est un dialogue de la dernière chance qui doit tracer définitivement pour notre pays, les chemins de la paix, de la stabilité politique, du développement durable, de la rédemption.

Je voudrais en tant que chrétien faire appel aux saintes écritures en citant ce passage de Chronique II Chapitre 7 verset 13 à 14 « Quand je fermerai le ciel et qu’il n’y aura point de pluie, quand j’ordonnerai aux sauterelles de consumer le pays, quand j’enverrai la peste parmi mon peuple, si mon peuple sur lequel mon nom est invoqué, s’humilie, prie et cherche ma face, et s’il se détourne de ses mauvaises voies, je l’exaucerai du haut des cieux, je lui pardonnerai ses péchés et je guérirai son pays ».

Mes chers compatriotes,

Ayons le courage et l’humilité de reconnaitre que depuis le 13 Janvier 1963, ni les dirigeants de notre pays ni leurs héritiers biologiques ou politiques ne se sont humiliés pour reconnaître leurs fautes ou celles de leur père en demandant un pardon sincère pour eux-mêmes, pour leur famille et pour ce pays.

Mes Chers compatriotes,

Prions donc individuellement et collectivement pour que le Tout-Puissant nous aide à nous humilier pour demander pardon, qu’il arme notre conscience d’homme d’un haut degré d’humanité, de générosité, et nous donne l’inspiration pour faire de notre pays l’or de l’humanité comme l’ont voulu les pères de l’Indépendance et de la nation togolaise.

Que l’Eternel bénisse le TOGO.
Je vous remercie.

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

#TOGODEBOUT : MOBILISATION MONSTRE DE LA DIASPORA DE BASTILLE à RéPUBLIQUE à PARIS

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)