Lundi 19 Novembre 2018

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

TGODEBOUT EUROPE - 15/10/2018 Imprimer | Envoyer | Réagir

Togo : Poursuite des arrestations arbitraires et harcèlement des membres des OSC


TOGO : POURSUITE DES ARRESTATIONS ARBITRAIRES ET DU HARCELEMENT DES MEMBRES DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE

Plusieurs leaders des organisations de la société civile sont toujours en prison malgré l’accord sur les mesures d’apaisement signé par les autorités togolaises le 17 février 2018 et le point 37.a de la feuille de route de la CEDEAO demandant implicitement la libération de tous les prisonniers d’opinion. Pire, les arrestations et le harcèlement des membres des organisations de la société civile se poursuivent et risquent de s’accélérer dans le contexte du processus électoral unilatéral et frauduleux en cours.

La société civile togolaise a réussi le pari de la remobilisation populaire après une longue période d’interdiction ou de répression de toute manifestation sur la voie publique, voire de réunion dans des lieux privés. En effet, la marche et le meeting du 5 octobre 2018 ont drainé les foules et se sont déroulés sans incidents. Cependant, il y a lieu de dénoncer avec vigueur l'acte d'intimidation à l'endroit du Front Citoyen Togo Debout. En fin de matinée le 4 octobre 2018, soit la veille de la manifestation, neuf militants du mouvement faisant la publicité de la manifestation à Lomé ont été arrêtés par la force publique et détenus pendant plusieurs heures au Service de renseignement et d’investigation de la Gendarmerie Nationale (SRI), avant d'être libérés. Le motif invoqué, à savoir la vérification d'identité, dissimule mal une pratique quasi systématique d'intimidation et de harcèlement des militants et des sympathisants de la démocratie au Togo.
Pourtant, les mesures d’apaisement et de confiance adoptées le 17 février 2018, sous la facilitation de M. Alpha CONDÉ, Président de la République de Guinée recommandaient la levée des sièges militaires des villes de Mango, Bafilo et Sokodé, la libération des personnes arrêtées dans le cadre des manifestations, et proscrivaient ainsi implicitement de nouvelles arrestations arbitraires. Cette exigence de libération des détenus d’opinion qui était l’un des préalables du démarrage du dialogue inter-togolais sous la facilitation de M. Nana AKUFO-ADDO Président du Ghana est reprise au point 37.a du communiqué final de la 53ème session ordinaire de la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO.
A ce jour, force est de constater que :
− Malgré les libérations au compte goutte, une cinquantaine de personnes arrêtées arbitrairement dans le cadre des manifestations de rue qui ont ébranlé le Togo depuis août 2017 se trouvent encore en prison, alors que l’impunité est garantie aux forces de l’ordre et aux milices qui ont commis des meurtres, ou infligé des actes de torture à l’encontre des populations, dans certains cas dans des domiciles privés ;
− Quatre défenseurs des droits humains se trouvent en détention préventive à la prison civile de Lomé, tous avant jugement. Il s’agit de :
• MM. Messenth KOKODOKO et Joseph EZA, membres du mouvement citoyen NUBUEKE, arrêtés respectivement les 17 et 19 octobre 2017 et accusés de « groupement de malfaiteurs », « incitations à la violence », « appel à la haine », « brulure d’édifice public », « troubles aggravés à l’ordre public » ;
• M. Assiba JOHNSON, président du Regroupement des jeunes Africains pour la démocratie et le développement, section-Togo (REJADD-Togo), arrêté le 4 avril 2018 et inculpé de « diffusion de fausses nouvelles » et « outrage aux autorités publiques » ;
• M. Folly SATCHIVI, responsable du mouvement « En aucun cas », arrêté le 22 août 2018 alors qu’il s’apprêtait à animer une conférence de presse sur la feuille de route de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) concernant la crise politique togolaise, et accusé de « rébellion » et d’ « apologie de crimes et délits »;
− Les arrestations arbitraires se poursuivent et risquent de s’accélérer dans le contexte du processus électoral unilatéral et frauduleux en cours, en violation flagrante de la feuille de route de la CEDEAO. Ainsi, M. Allassani Fataou BAMBA, militant de la société civile a été arrêté le 8 octobre 2018 à Lomé et déféré à la prison civile de Lomé. Les charges retenues contre lui ne cessant de varier depuis lors.
Il y a lieu de déplorer que la feuille de route de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ne prévoit aucune mesure visant à garantir un respect effectif des droits fondamentaux et des libertés des citoyens togolais et, ainsi, à prévenir la commission de nouveaux méfaits, que ce soit par les éléments criminels des « forces de défense et de sécurité » ou par leurs milices supplétives. Doit-on rappeler que, depuis 1990 et en particulier en 2005, ceux-ci ont ôté la vie à plusieurs milliers de togolais innocents et sans défense, et infligé de graves dommages physiques, matériels ou moraux à des dizaines de milliers d'autres, en toute imputé au Togo ?

Le Collectif TogoDebout-Europe :

− Condamne avec fermeté le maintien en détention des prisonniers politiques et la poursuite des arrestations arbitraires,
− Réclame la libération immédiate de tous les prisonniers politiques,
− Exige l'arrêt de la militarisation à outrance du pays, la fin des violences consécutives contre la population ainsi que des garanties de la communauté internationale, en particulier de la CEDEAO afin que les exilés puissent revenir au Togo en toute sécurité,
− Demande que des poursuites judiciaires et à défaut des sanctions internationales soient prises contre les commanditaires et auteurs des violences perpétrées contre les citoyens manifestant pacifiquement.

Fait à Paris, le 14 octobre 2018

Pour le Collectif Togo Debout

Le Coordinateur Général,
Karl GABA

Contact presse :
togodebout@togodebout.info
Tél : +336 14 88 31 21

Imprimer | Envoyer par email | Réagir à cet article

Page précédente
DERNIERES DEPECHES
Togo : Jean-Pierre Fabre dit NIET à Faure Gnassingbé
Ouverture vendredi à Yaoundé d’une réunion des pays de la zone franc
Togo : 35 milliards de francs CFA de bons de trésors vont être émis sur le marché de l’UEMOA
Togo : Un nouveau Cahier des charges pour Togocel pour améliorer ses réseaux G2/G3
Espace CEDEAO: Le Togo s’oppose à la limitation des mandats présidentiels à deux !
Togo: l’OIF rend son rapport sur l’organisation de l’élection du 25 avril
Présidentielle au Togo: dix jours pour régler les derniers problèmes
Togo: Présidentielle reportée au 25 avril à cause du fichier électoral bidonné ?
Togo: les fonctionnaires en grève
L’élection au Togo s’invite en justice à Bruxelles
Les autres dépêches...



OPINIONS-DEBATS

TOGO: JE DIS BRAVO, PRINCE GNASSINGBé! NON SEULEMENT PAR IRONIE...
En refusant de signer le protocole des chefs d'État portant limitation du nombre des mandats présidentiels à deux, protocole qui a cependant recueilli l'accord de 8 chefs d'État sur 10, Gnassingbé n'a rien révélé de neuf, ni de sa personnalité, ni de ses intentions que nous, je veux dire un certain nombre de Togolais, ignorerions. Je dis bravo ! non seulement par ironie, mais aussi parce qu’il aurait pu user d’hypocrisie et de la fourberie qu’on lui connaît et signer le protocole, pour n’en jamais tenir compte, comme tant d’autres fois. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

#TOGODEBOUT : MOBILISATION MONSTRE DE LA DIASPORA DE BASTILLE à RéPUBLIQUE à PARIS

INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)