26/06/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Au secours!!! Un volcan couve sous le Togo

L’éruption est pour bientôt.

Il y’a a peu près un an, nous avons commémoré un triste anniversaire; celui de l’horrible génocide du Rwanda. Sans parler des atrocités innommables qui se sont produites dans ce pays, la plus choquante remarque c’est l’indifférence totale avec laquelle les puissances occidentales ont observé le carnage qui se produisait. Ce n’est pas faute d’ignorance, leurs services de renseignements qui ont des oreilles et des yeux partout étaient au parfum de ce qui se tramait depuis et lorsque les bourreaux ont entamé leur oeuvre macabre, plusieurs organisations, journalistes et même officiers de la force onusienne du maintien de la paix ont bruyamment sonné l’alarme. Je n’entends pas faire le procès de ces puissances occidentales puisqu’au banc des accusés il faudra faire de la place pour tous les pays africains de la CEDEAO ainsi que tous les pays frontaliers du Rwanda. La liste des co-inculpés n’est pas reluisante non plus: France, Belgique, tous les membres permanents du conseil de sécurité de l’ONU et la liste n’est pas exhaustive. Le chef d’inculpation serait non-assistance à un peuple en danger.

Le concept “Un Etat n’a pas d’amis, il n’a que des intérêts” n’est qu’une justification de l’impérialisme d’abord, puis du néocolonialisme dont les exemples les plus récents sont l’invasion de l’Irak et la guerre en Côte d’Ivoire respectivement par les Etats-Unis et la France. Sous prétexte de libérer des peuples assoiffés de liberté ou celui de protéger leurs ressortissants en terre étrangère, on s’arroge le droit d’envahir un état souverain, de détruire son armée et de remplacer les dirigeants qui dérangent ou qui ne protégent pas assez les intérêts de ces puissances. Dans le cas irakien par exemple le consensus général c’est que le people irakien est mieux sans Saddam et son régime brutal. C’est une autre histoire en Côte d’Ivoire au Laurent Gbagbo président démocratiquement élu a le soutien indéfectible du people ivoirien contre les aspirations néo-colonialistes françaises.
Ces deux situations sont différentes bien sur et je ne me prétends nullement donner des leçons de géopolitique, tout ce que je veux c’est attirer l’attention du monde sur ce petit pays de l’Afrique de l’ouest appelé Togo qui me tient tant a cœur.

A l’instar de la côte d’Ivoire, le Togo est la victime à corps défendant d’une France qui refuse de lâcher et qui fut pendant des décennies une source de revenue qu’elle a cru inépuisable. Posez la question suivante à n’importe quel togolais : “qui contribue le plus au financement des campagnes politiques de la gauche et aussi de la droite française?”
On vous répondra sûrement Gnassingbé Eyadema tyran togolais récemment décédé, qui a accédé au pouvoir il y a trente-huit ans avec la bénédiction de la France et qui a été maintenu et imposé à plusieurs reprises a un people togolais qui en avait assez.
Au lendemain de l’annonce de la mort de ce sinistre personnage et au moment où les togolais poussaient un ouf de soulagement aussi bref fut-il, Chirac déclare à qui veut l’entendre que le dictateur qui a trépassé était son ami personnel et que sa disparition était une grande perte. N’oublions pas Chirac portait le dictateur dans son coeur ou plus précisément son chéquier près de son coeur. Sentant que le contrôle du Togo allait lui échapper, la France conclut donc un pacte avec les valets d’Eyadema et désignent en la personne de Faure Gnassingbé, un valable intendant des intérêts français au Togo. Le seul hic à cette succession si mal préparée, c’est le rejet catégorique des togolais de la “monarchie dynastique des Gnassingbé” mais également l’indignation de la communauté internationale face à ce nouveau coup d’état.

C’est l’occasion pour moi de remercier la CEDEAO, l’Union Africaine, l’ONU ainsi que tous les pays qui par leur pression réclament le retour de la légalité constitutionnelle au Togo. La France forte de son expérience impérialiste et soucieuse de sauvegarder ses intérêts avant tout condamne à regret le coup de force du bout des lèvres d’un coté et dans l’ombre conspire avec Faure et ses acolytes pour garder sa main mise sur le Togo. Pendant des années, les Africains en général et les togolais en particulier savaient que les grandes décisions politiques dans les anciennes colonies françaises se prenaient dans les salons parisiens. Aujourd’hui, la donne a totalement changé. Des millions de Togolais affamés, appauvris par des années de corruption et de détournement de fonds inouïs ont cru apercevoir le bout du tunnel avec la mort d’Eyadema. Imaginez la France d’avant 1789, rappelez-vous l’exemple du Mali sous Moussa Traoré et plus récemment l’exemple du people Ukrainien, tous assoiffés de démocratie et vous comprendrez l’état d’esprit des togolais. Qu’il y a t-il de plus noble qu’un people qui aspire à prendre en main sa propre destinée et à sortir de la pauvreté? Qu’il y a t-il de plus dangereux qu’un people qui n’a plus rien à perdre?

Faure et son parti le RPT avec l’appui d’une armée qui leur est totalement dévouée, terrorisent la population civile. Assassinats, tortures, menaces, musellement de la presse, viols répétitifs de la constitution, montages grossiers, manipulations médiatiques, corruption avec la bénédiction tacite de la France qui prodigue conseillers militaires, juristes et toutes sortes de mercenaires pour mater un people épris de liberté. Malgré tout cela, les togolais ne reculent pas d’un pas. Comme les vaillants nationalistes polonais qui se sont battus a mains nues contre les chars de l’armée rouge de Staline qui envahissait Varsovie, les togolais toute couche sociale confondue se battent les mains nues contre une armée censée les protéger et se défendent corps et âme contre un régime sanguinaire téléguidé depuis l’Elysée.

La pression monte et la colère aussi dans le coeur des togolais qui en ont ras le bol d’être pris pour des idiots. A l’issue d’une marche que nous avons organisée il y a quelques jours à New York pour réclamer la démission de l’usurpateur Faure et de sa clique, une dame togolaise d’un certain age a apporté des cartons de sandwiches pour les manifestants en signe de soutien. C’est à peine qu’elle pouvait marcher en s’appuyant sur sa canne mais elle a remercié tous les manifestants un à un pour leur engagement.
La mère d’un de mes amis bien connue pour son tempérament calme et son pacifisme a déclaré exaspérée : “ Assez c’est assez !!! Cette fois-ci nous lutterons jusqu’au bout et s’il faut recourir aux armes, qu’il en soit ainsi.”

Cela résume parfaitement l’état d’esprit des togolais aujourd’hui. Le volcan togolais est en voie d’ébullition. Le trop plein de frustration monte progressivement à la surface et les simagrées auxquelles se livrent Faure et sa clique ne trompent pas les togolais même si elles ont suffi à assouplir la position de la CEDEAO et de l’Union Africaine. Le coup d’état continue et ne s’est pas arrêté avec la démission de Faure. On remplace le vilain par une marionnette pendant qu’il tire les ficelles dans l’ombre et le monde se félicite du retour de la démocratie. Cela serait comique si l’enjeu n’était pas des millions de vies togolaises. C’est comme si tout le monde entier n’attendait qu’un signe de bonne volonté de la part de l’usurpateur pour pousser un ouf de soulagement. Les togolais ne sont pas dupes et ils savent que Faure et son RPT n’ont aucune intention de remettre les rennes du pouvoir à un président démocratiquement élu. Ils ont déjà activé leur machine bien huilée de fraudes massives. Et s’ils ne peuvent pas voler les élections eh bien ils accapareront le pouvoir par la force comme à l’accoutumée. Seulement cette fois-ci le people togolais refuse de se laisser faire. Assez c’est vraiment assez.

A vous tous observateurs étrangers, amis de la démocratie de tous horizons, je ne voudrais pas être l’oiseau de mauvais augure mais il est de mon devoir de citoyen togolais de sonner les trompettes de l’apocalypse. Ne soyez pas sourds aux cris de souffrance et de rage des togolais. Il est plus que temps pour l’Afrique de sortir de sa torpeur. Souvenez-vous du passé; n’oubliez pas le Rwanda, n’oubliez pas le Soudan. Ne laissez pas le Togo sombrer dans une énième lutte fratricide. Aidez-nous à organiser des élections transparentes ; pour une fois donnez au people togolais la chance de monter au créneau pour exprimer son choix souverain.

Amah Aldo J. d’Almeida
New York.