26/06/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

CAR: réponse à la lettre circulaire du Premier Ministre du 12 mai 2004

Comité d’Action pour le Renouveau (CAR)
Courriel: yagboyibo@bibway.com
58, Avenue du 24 Janvier, Lomé Togo
BP. 06 – Tél: (228) 222-05-66 – Fax: (228) 221-62-54

COMMUNIQUE DE PRESSE EN REPONSE A LA LETTRE CIRCULAIRE DU PREMIER MINISTRE DU 12 MAI 2004

Le Comité d’Action pour le Renouveau (CAR) a reçu le 13 mai 2004, une lettre circulaire du Premier Ministre annonçant l’ouverture prochaine d’un dialogue avec les partis politiques; ce, a-t-il précisé conformément aux engagements pris par son gouvernement à Bruxelles le 14 avril 2004.

Le CAR déplore que le Chef du gouvernement n’ait même pas eu la courtoisie d’adresser des lettres personnalisées aux partis habilités à prendre part au dialogue national.

Il ressort des articles de presse qu’en dehors des formations politiques qui ont entrepris le dialogue inter togolais en 1999, d’autres partis politiques seraient également destinataires de la lettre circulaire.

Le CAR considère qu’une telle extension des participants au dialogue est incompatible avec deux passages de l’engagement du Gouvernement concernant le dialogue national.

D’abord, aux termes du communiqué sanctionnant la première réunion des consultations UE-Togo, le Gouvernement ne s’est pas engagé à initier un nouveau dialogue mais à reprendre celui amorcé en 1999.

Ensuite, il va de soi que ce sont les partis politiques ayant précédemment négocié qui doivent se retrouver pour reprendre le dialogue interrompu entre temps. C’est donc pour rester logique avec lui-même que le Gouvernement s’est engagé à reprendre les discussions avec l’opposition traditionnelle. La notion d’opposition traditionnelle telle qu’elle est insérée dans le communiqué du 14 avril 2004, désigne les partis d’opposition retenus à l’ouverture des discussions inter togolaises de juillet 1999.

Il est vrai que les partis ainsi retenus sont loin de couvrir l’ensemble des formations politiques de l’opposition. L’observation vaut tout autant pour la mouvance présidentielle qui ne se réduit pas au RPT. Pour chacune des deux parties, il s’agit d’une question interne à régler par la composition de sa délégation. Il y va pour le respect des engagements de Bruxelles.

La seule extension ressortant du communiqué du 14 avril 2004 est celle concernant la participation de la société civile au dialogue. Il revient au RPT et à l’opposition traditionnelle de s’entendre sur le contenu à donner à cette notion de société civile. Le Gouvernement ne saurait unilatéralement dresser la liste des organisations de la société civile à inviter au dialogue national.
De manière générale, c’est de concert avec l’opposition traditionnelle que le Gouvernement doit définir les modalités d’organisation du dialogue notamment l’ordre du jour, le calendrier des travaux, la composition des délégations et la façon d’assurer la transparence des discussions.

Le CAR craint que la lettre circulaire du Premier Ministre ne cache un plan de dialogue qui s’écarte de celui auquel le Gouvernement s’est engagé le 14 avril 2004 devant l’Union européenne.

Le CAR demande au Gouvernement de reconsidérer sa position en prenant attache avec l’opposition traditionnelle en vue de préparer un dialogue crédible qui sorte le pays de la crise.

Fait à Lomé, le 17 mai 2004
Pour le CAR
Le Président National,
Me Yawovi Agboyibo