08/08/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

CDPA: A propos de la déclaration de l’UE sur le Dialogue intertogolais

Dès les événements sanglants de la période électorale de 2005, la CDPA a compris que le problème togolais est plus grave qu’on le pensait.
Nous avons pris la responsabilité de dire que les 22 engagements ne suffisaient plus pour servir de feuille de route pour le Togo.

Dans sa déclaration du 21 octobre 2005, la CDPA, s’appuyant sur la longue liste des dialogues passés, en est arrivée à la conclusion suivante : “ tout nouveau dialogue connaîtrait le même échec si au préalable un coup d’arrêt n’était mis à l’impunité”

Réagissant à une déclaration selon laquelle “les 22 engagements sont notre (UE) Bible”, la CDPA, par dépit, a dit “ Si c’est un simple cérémonial que l’UE exige de nous, nous sommes prêts à y sacrifier, quitte à ce que les Togolais se retrouvent pour régler eux-mêmes, leurs vrais problèmes”.

Avec satisfaction, la CDPA vient de prendre connaissance des récentes déclarations des services du Commissaire européen à savoir :
– Nécessité de donner suite au rapport de l’ONU sur les violences électorales de 2005
– Nécessité de tenir compte des nouvelles donnes
– Nécessité d’une transition,
– Nécessité d’un médiateur,

Ces précisions viennent heureusement remettre au centre des débats les vraies voies de sortie de crise; elles lèvent ainsi les appréhensions de la CDPA et donnent un sens à ce onzième dialogue. Nous ne pouvons que nous en féliciter.

La CDPA réaffirme sa conviction que si cet énième dialogue ne doit pas être encore un marché de dupes, il doit être abordé dans un esprit nouveau. Pour cela, il doit aller au-delà des 22 engagements, avec la volonté affirmée de sortir de cette crise qui n’a que trop duré. Cette nouvelle approche doit prendre appui sur la nécessité de restaurer la confiance auprès des Togolais et le souci d’aboutir à des résultats qui seront mis effectivement en œuvre.

C’est une telle vision qui est à la base des différentes propositions de la CDPA quant au schéma devant présider au déroulement des travaux du dialogue, à savoir :
1) formation d’un gouvernement susceptible de ramener la confiance
2) résolution des problèmes politiques notamment le retour des réfugiés, les textes fondamentaux, l’organisation et le fonctionnement de l’État
3) réconciliation
4) législatives et donc reprise du fonctionnement normal de l’État avec des institutions légitimes.

Fait à Lomé, le 23 février 2006.

Pour la CDPA
Le Secrétaire Général
Léopold M. GNININVI