28/06/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Communiqué « Quelle solution pour le Togo ? »

Le 19 Août 2002, nos camarades Djaoura Tiguena et Takana Badjessa, arbitrairement arrêtés et détenus depuis le 23 juillet 2002 à la prison de Kara, ont comparu et ont été condamnés en l’absence de leurs avocats. Ces derniers avaient pourtant demandé le report du procès, le jour fixé coïncidant, sans doute par hasard, avec l’ouverture de la Cour d’Assises à Lomé.

C’est dans ces conditions que, dans la matinée du 19 août, et alors que l’audience était programmée pour l’après-midi, le président du tribunal, prenant tout le monde de court, a condamné à la sauvette nos deux camarades à 12 mois d’emprisonnement dont dix (10) assortis de sursis. La seule « preuve », brandie pour inculper les « accusés », a été le document-programme élaboré pour le Xe anniversaire du lâche assassinat de Tavio Amorin !

Constatant ce verdict pour le moins inique, le Regroupement « Quelle solution pour le Togo ? » dénonce cette mascarade judiciaire et exige l’annulation pure et simple de la condamnation.

Le Regroupement continue d’exiger, par ailleurs, la libération immédiate et inconditionnelle des prisonniers d’opinion que sont Djaoura Tiguena, Takana Badjessa et Claude Ameganvi.

Enfin, le Regroupement « Quelle solution pour le Togo ?» rend hommage aux populations de Lomé, de Kara et de leurs environs, pour l’impressionnante mobilisation dont elles ont fait preuve en se rendant massivement, le 16 août dernier, au procès de Claude Ameganvi à Lomé et, le 19 août, au procès de Djaoura Tiguena et Takana Badjessa à Kara ; il les exhorte à maintenir intactes cette mobilisation et cette détermination en vue de répondre massivement à tous les appels qui leur seront lancés dans le cadre du combat pour la libération de ces prisonniers d’opinion et demande particulièrement au peuple de Lomé ainsi qu’à tous les partisans du changement démocratique, de se tenir prêts à remplir le Palais de Justice de la capitale lors du prochain procès de Claude Ameganvi, Porte-parole du Regroupement, que les forces de l’oppression tentent de réduire au silence.

Fait à Lomé, le 21 août 2002

Pour le Regroupement « Quelle solution pour le Togo ? »,
La Coordination