03/07/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Condamnation d’un journaliste et d’un opposant: protestations d’AI et RSF

LOME, 13 sept (AFP) – 19h13 – Amnesty International (AI) et Reporter Sans Frontières (RSF) ont dénoncé vendredi la condamnation par la justice togolaise à quatre mois de prison ferme du secrétaire du parti des travailleurs du Togo Claude Améganvi et du directeur de publication du journal « Nouvel Echo », Julien Ayi.
Les deux personnes, contre lesquelles le ministère public avait réclamé 54 mois de prison, ont été condamnées par un tribunal de Lomé à quatre mois d’emprisonnement ferme pour « atteinte à l’honneur » du président Gnassingbé Eyadéma et à une amende de 100.000 francs CFA (152 euros) chacun.

Dans un communiqué, RSF a demandé au président Eyadéma de « tout mettre en oeuvre afin que ce journaliste soit libéré dans les plus brefs délais ».

Rappelant l’adoption récente par le parlement togolais d’un nouveau code de la presse qui alourdit les peines en cas d’atteinte aux institutions de la république, en particulier d' »offense au président de la République », RSF estime que ce durcissement et la condamnation de Julien Ayi sont des développements « très inquiétants pour la liberté de la presse au Togo ».

De son côté, Amnesty International « déplore » dans un communiqué la condamnation de Claude Améganvi et « réitère son appel la libération immédiate et inconditionnelle » de l’opposant « condamné seulement pour avoir exercé pacifiquement son droit à la liberté d’expression ».

Amnesty considère Améganvi comme un « prisonnier d’opinion ».

Claude Améganvi et Julien Ayi avaient incarcérés quelques jours après la publication, début août, par deux journaux privés, Agoo na mi et le Nouvel Echo, d’articles sur la « fortune » présumée du chef de l’Etat togolais et de sa famille.

Les deux journaux avaient prétendu citer le magazine américain Forbes, qui classe les grandes fortunes mondiales, et qui, selon eux, « vient d’évaluer la fortune du président Eyadéma à 4,5 milliards de dollars ».

Or, le nom du président Eyadéma ne figure pas dans la liste des 500 plus grandes fortunes mondiales publiée sur le site internet du magazine Forbes.