26/06/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Critique de la levée des sanctions de la CEDEAO contre le Togo

Accra, Ghana, 28/02 – Emmanuel Anning, un chercheur universitaire ghanéen a critiqué dimanche la levée par la Communauté économique des Etats d`Afrique de l`Ouest (CEDEAO), de ses sanctions contre le Togo aussitôt après que le fils du défunt président Gnassingbe Eyadéma, Faure Gnassingbe, a annoncé sa démission du pouvoir, sous la pression de la communauté internationale.

« J`estime que la précipitation de la CEDEAO à lever ses sanctions est un jour terrible pour le processus d`intégration », a critiqué M. Anning, chercheur universitaire principal à l`African Security Dialogue and Research à Accra.

« Ces sanctions ne servaient pas uniquement à dénoncer le coup d`Etat, mais aussi, le processus démocratique ».

On rappelle que le parti au pouvoir au Togo a déjà choisi Faure comme son candidat à l`élection présidentielle.

M. Anning estime que la décision de la CEDEAO pourrait vouloir dire que l`organisation sous-régionale avait un droit de regard sur ce que les autorités togolaises avaient fait jusqu`ici, mais ce qu`elles feraient jusqu`aux élections, ne l`intéressait pas.

« Je pense que dans ce cas précis, la CEDEAO a fait une terrible erreur. Elle s`est précipitée pour prendre une décision qui est malheureuse » a-t-il ajouté.

M. Anning a en outre analysé que l`organisation sous-régionale était sur le point de montrer au monde qu`elle avait « la force de caractère, la maturité, la puissance et la volonté politique » de mener une politique à bonne fin.

« Mais je pense qu`avec cette précipitation, elle a fait une erreur terrible » a-t-il insisté.

Il a aussi émis le voeu que les obsèques du président togolais décédé le 5 février, soient organisées avant l`élection présidentielle au Togo, pour empêcher que Faure n`utilise l`héritage de son père comme carte maîtresse durant ces élections