26/06/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Débat sur l’avenir du Togo: Rencontre avec la coalition le 23 mars à Paris

Club Afrique – FETAF

Appel de militants et d’associations, dont Club Afrique et la FETAF, une réunion ayant pour thème :

UN MOIS AVANT LES ELECTIONS, QUEL AVENIR POUR LE TOGO ? »

Sous le parrainage du Sénateur Maire de Paris, M. Roger Madec

Mercredi 23 mars 2005 A 19 heures
Mairie du XIXème arrondissement
5 place Armand Carel – 75019 Paris
Bus : 48, 60, 75 – Métro : Laumiere (Ligne 5)

L’ensemble des partis politiques de l’opposition togolaise, soutenant la candidature commune de M. Emmanuel Akitani Bob participeront à cette manifestation.

PROGRAMME

Ouverture par : M. G-H. B. Lonsi Koko (Président de Club Afrique)

Modérateur : M. Francis Laloupo (Journaliste à Afrique Asie)

Interventions des partis politiques togolais de l’opposition

• Monsieur Isidore Latzoo, Président du CTR (Comité Togolais de Résistance)
• Monsieur Martin Aduayom, Secrétaire Adjoint de la CDPA (Convention Démocratique des Peuples Africains)
• Mr Bernard Gnagniko , Réprésentant du CAR (Comité d’Action pour le Renouveau)
• Monsieur Isaac Tchiakpé, Conseiller de l’UFC (Union des Forces de Changements)

Interventions des grands témoins :

Monsieur François-Xavier Verschave (Président du réseau Survie)
Mademoiselle Brigitte Améganvi (Porte-parole d’Initiative 150)
Monsieur Noël Mamère (Député – Membre de la Commission des Affaires Etrangères)
Monsieur Kofi Yamgnane

Rapporteur : M. Emmanuel Dupuy (Fondateur de Jeune Francophonie)

Débat libre avec la salle (Interventions, questions, prises de position)

Fermeture par : Monsieur G-H. B. Lonsi Koko (Président de Club Afrique)

INSCRIPTION: club-afrique@wanadoo.fr

———————————————————-

A l’appel d’un collectif d’associations et de militants :

Club Afrique – FETAF

AU SECOURS L’AFRIQUE PREND FEU AU TOGO !

Le Togo connaît une crise qui pourrait facilement le faire basculer dans le chaos. Il n’est pas nécessaire de rappeler à quel point, en Afrique, l’alternance politique reste difficile et trop souvent les “ changements ” à la tête de l’État ont engendré exactions, actes criminels ou génocidaires.
Ces situations à répétition n’ont eu pour résultats que de détériorer l’image de l’Afrique auprès d’une opinion publique mondiale et française, notamment, si peu et si mal informées des réalités de terrain.
Mais les manipulations des pays occidentaux, dont la mainmise sur l’Afrique et ses ressources ne sont plus à démontrer, ne laissent aucune marge de manœuvre aux dirigeants africains.
C’est pourquoi le cas togolais représente aujourd’hui, pour les défenseurs de la liberté et de la démocratie, un enjeu qui dépasse de très loin le seul Togo et la souffrance de son peuple. Il s’agit donc de l’avenir de toute l’Afrique.

Ne pas réagir, laisser faire, ce serait créer un précédent, une forme de “ jurisprudence ” qui autoriserait toute dictature africaine à s’institutionnaliser et s’inscrire dans la durée avec l’extrême onction des pays occidentaux dits démocratiques.
La violation flagrante des lois fondamentales (Constitution) du Togo et ce coup d’État des “ généraux du 5 février ” est simplement inadmissible pour les raisons suivantes :
– la crédibilité de l’Afrique en pâtira pendant 50 ans au moins et tous les dictateurs prendront des précautions pour assurer la succession à leurs progénitures, si ces derniers ne leur font pas une révolution de palais, en allant jusqu’aux assassinats.
– les peuples seront soumis à une dictature de père en fils où il s’en suivra une guerre civile avec son cortège de destructions et de morts.

Nous sommes Togolais, Africains, africanistes et militants engagés pour un vrai renouveau du continent dans la paix, le respect de l’autre et le développement durable. Pour nous, la solution vient avant tout des Africains.

Or, depuis le décès de Eyadema Gnassingbé et la condamnation ferme, par l’Union Africaine et de la CEDEAO, de l’organisation de sa succession, en France, seuls les citoyens togolais et leurs amis se sont exprimés pour dénoncer cette situation et faire connaître de réelles propositions de règlement d’un conflit larvé.

Il nous paraît désormais capital que ces opinions soient confrontées et que ces énergies puissent se retrouver et s’unir lors d’une réunion d’échange et de partage, dont nous espérons qu’elle aboutira à la mise en place d’une réelle coordination, capable par sa crédibilité et la démonstration de sa force, de peser réellement.

Il n’y a pas que le TSUNAMI qui tue et ravage, il y a aussi des dictatures qui en font autant, surtout si elles se consolident de père en fils.

Retrouvons-nous pour débattre de l’avenir du Togo le :

Mercredi 23 mars 2005
A 19 heures
Mairie du XIXème arrondissement
5 place Armand Carel – 75019 Paris
Bus : 48, 60, 75 – Métro : Laumiere (Ligne 5)