26/09/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Déclaration de la CNSC-TOGO : Non au Gouvernement d’apparat

La Concertation nationale de la société civile du Togo prend acte de la nomination par M. Faure Gnassingbé président du Rassemblement du Peuple Togolais (RPT) de M. Edem Kodjo, président de la Convergence Patriotique Panafricaine (CPP) au poste de Premier Ministre, à la suite de l’élection présidentielle truquée et anti-démocratique du 24 avril 2005.

La CNSC salue la détermination du peuple togolais dans sa quête de liberté et de démocratie. Elle dénonce les méthodes barbares par lesquelles le RPT et sa junte militaire tentent d’imposer à la tête du Togo le fils du dictateur Gnassingbé Eyadema. Elle salue la mémoire des centaines de morts, intervenus dans le cadre de ce processus électoral et souhaite prompt rétablissement aux milliers de blessés. Elle marque aussi sa solidarité aux plus de 30 mille réfugiés, victimes de l’arbitraire du pouvoir despotique en place.

La Concertation, au nom des militants des organisations citoyennes de base et en échos au peuple réel du Togo, salue la solidarité des peuples africains ainsi que les efforts consentis par la Commission de l’Union Africaine, les Nations Unies et l’Union Européenne afin d’aider à l’enracinement d’une culture de démocratie au Togo.

Au regard de la grave situation qui prévaut dans notre pays, la CNSC considère :

1- Que le fait de considérer Faure Gnassingbé comme président élu du Togo est une offense faite au peuple togolais et à la conscience du continent africain ;

2- Que la nomination d’Edem Kodjo à la primature est un acte inopportun et scandaleux, preuve du refus du dialogue véritable par le pouvoir autocratique du RPT et du maintien du statu quo ;

3- Qu’il ne sied à aucun démocrate togolais d’entrer dans un quelconque gouvernement avec les fossoyeurs de la démocratie.

La CNSC invite fermement les militants associatifs et responsables de la société civile à prendre leur distance vis-à-vis du Premier ministre d’apparat du clan Gnassingbé et à rejeter formellement toute offre de gouvernement. Elle les exhorte à redoubler d’efforts pour que triomphent les aspirations légitimes de l’immense majorité du peuple togolais.

Le Togo sera démocratique ou ne sera pas.

Fait à Lomé le 17 Juin 2005

Pour la Coordination Générale

Claver Amouzou