26/06/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Déclaration du Parti des travailleurs sur la sanglante répression du soulèvement populaire

DECLARATION Sur la sanglante répression du soulèvement populaire spontané contre l’augmentation scélérate du prix des produits pétroliers au Togo

Le vendredi 18 juin 2010, dans un contexte pourtant marqué par une paupérisation générale des populations laborieuses du Togo, le gouvernement de collaboration Faure GNASSINGBE – Gilchrist OLYMPIO décrétait une augmentation scélérate du prix des produits pétroliers qui a fait passer :

— l’essence de 505 F CFA/litre à 580F/litre soit une augmentation de 75 F (14,85 %) ;
— le gas-oil de 500F CFA/litre à 575F/litre soit une augmentation de 75 F (15 %) ;
— le pétrole lampant de 390 F CFA/litre à 475 F/litre soit une augmentation de 85 F (21,79 %).

Il faut constater en premier lieu que la plus forte hausse, celle du pétrole lampant (21,79 %), pénalise tout particulièrement les plus démunis surtout les pauvres paysans des campagnes dont il est la principale source d’énergie pour l’éclairage nocturne. Par ailleurs, chacun sait que, comme cela a toujours été le cas par le passé, la conséquence immédiate de ce train de hausses est une inflation généralisée des prix de tous les produits de consommation courante dont ceux de première nécessité ainsi que des services.

C’est dans cette situation que, spontanément, le mardi 22 juin 2010, les catégories sociales démunies, les plus durement touchées par cette hausse drastique : conducteurs de véhicules de transport en commun et de taxi-motos se révoltaient contre ce train de hausses antisociales. Débordant les appareils des directions des syndicats et associations de leurs corporations, pour la plupart inféodées au régime RPT, elles paralysaient la circulation des engins motorisés sur toute l’étendue du territoire national.

Au lieu de répondre avec le nécessaire tact à cette explosion sociale spontanée, le gouvernement de collaboration Faure GNASSINGBE – Gilchrist OLYMPIO le réprima avec la plus brutale sauvagerie. Les forces de sécurité et de défense : Police, Gendarmerie, Forces armées togolaises (FAT), déployées par ce gouvernement ont tiré des grenades lacrymogènes et à balles réelles sur des manifestants aux mains nues qui furent pourchassés et arrêtés jusqu’à l’intérieur même des maisons dans nombre de quartiers.

Le bilan, accablant, est là car il y eut mort d’hommes :
au moins 3 citoyens tués et de nombreuses arrestations !

Le Parti des travailleurs dénonce et condamne avec la plus grande vigueur cette sauvage répression contre un mouvement spontané qui n’est que l’expression du ferme rejet d’une mesure socialement injuste ressentie par la population comme une provocation gouvernementale de plus dans un contexte politique et social déjà chargé se caractérisant notamment par :
• De puissantes marches pacifiques de plus de 200 000 personnes se succédant chaque samedi depuis 3 mois à l’appel du FRAC avec le soutien d’OBUTS, du Parti des travailleurs et de nombreuses associations populaires dénonçant le coup d’Etat électoral contre l’élection présidentielle du 4 mars 2010 qui a frauduleusement reconduit Faure GNASSINGBE au pouvoir en toute illégalité et illégitimité ;
• Des affluences massives aux audiences hebdomadaires du procès inique fomenté en sous-main par le régime RPT pour faire dissoudre de façon antidémocratique le parti OBUTS qui le met difficulté ;
• Le refus du gouvernement de satisfaire les revendications de nombreuses catégories de travailleurs dont il reconnaît pourtant lui-même la légitimité comme on le voit actuellement avec la grève des personnels des hôpitaux dont il refuse d’honorer les engagements salariaux qu’il a lui-même pris lors de négociations avec les syndicats qui se sont conclues par des accords pourtant dument signés !
• La multiplication de licenciements dans nombre de sociétés d’Etat comme c’est le cas pour les 600 employés licenciés de la SNPT (ex OTP) qui ne cessent de multiplier conférences de presse et sittings pour exiger le paiement des indemnités de licenciements qui leur sont légitimement dues ;
• La généralisation du chômage, de la précarisation et de la misère dans tout le pays, tant dans les villes que dans les campagnes en l’absence chronique d’une audacieuse politique gouvernementale de création d’emplois, seule à même d’assurer des conditions de vie décentes pour toute la population ;
• La généralisation du vol, de la corruption, de la gabegie et du pillage des richesses et ressources nationales au sommet et dans les principaux rouages de l’Etat par les tenants du pouvoir RPT.
Force est donc de constater que le gouvernement Faure GNASSINGBE – Gilchrist OLYMPIO, désavoué par le peuple togolais, n’a pour autre politique que de faire payer aux miséreuses populations la faillite de la gestion parasitaire du clan des GNASSINGBE au pouvoir depuis 43 ans au Togo.

Une politique antisociale prévisible et prévue !

Comme l’indiquait déjà le Parti des travailleurs dans sa Déclaration du 1er juin 2010, au lendemain de la constitution de ce nouveau gouvernement de collaboration :
« Et, il n’y a aucun doute sur le fait qu’à travers la constitution du gouvernement Faure GNASSINGBE – HOUNGBO – Gilchrist OLYMPIO, il s’agit de poursuivre la même politique antinationale que le RPT, seul, n’est plus capable d’appliquer au compte des intérêts des grandes puissances et maffias étrangères qui ont pris en otage notre pays dont elles pillent sans vergogne les richesses matérielles et humaines.
En effet, alors que de nombreux détenus politiques sont arbitrairement maintenus dans les prisons togolaises, il est clair que ce gouvernement aura à poursuivre la mise en application des mêmes plans du régime RPT organisant la misère, la famine, la régression sociale, la ruine, le vol, le pillage, la gabegie, les divisions ethnico-régionalistes, les assassinats et violations massives des droits de l’Homme, etc.. »

3 semaines à peine après la constitution de ce gouvernement de collaboration Faure GNASSINGBE – Gilchrist OLYMPIO, nous voyons l’extraordinaire rapidité et toute la brutalité assassine avec lesquelles il met en œuvre cette politique que nous avions déjà prévue à travers les hausses scélérates actuelles.

Face à cette situation, le Parti des travailleurs soutient le soulèvement populaire en cours et exige :
1°) l’annulation inconditionnelle et immédiate de la hausse scélérate du prix des produits pétroliers décrétée le vendredi 18 juin 2010 par le gouvernement de collaboration Faure GNASSINGBE – Gilchrist OLYMPIO ;
2°) la libération inconditionnelle et immédiate de tous les manifestants et citoyens arrêtés ainsi que l’arrêt inconditionnel et immédiat de la répression contre un soulèvement populaire qui ne fait que défendre le respect de droits légitimes du peuple togolais ;
3°) l’arrestation et le châtiment des militaires, gendarmes et policiers qui ont assassiné des manifestants et citoyens innocents au mépris des dispositions de la Constitution de la IVe République du Togo qui leur garantit le droit de refuser d’exécuter des ordres illégaux ;
4°) la constitution d’une commission d’enquête indépendante pour faire toute la lumière sur les assassinats qui ont été commis et en situer toutes les responsabilités.

Le Parti des travailleurs lance un appel à la convergence de toutes les luttes sociales et citoyennes en cours dans un large mouvement d’unité pour imposer le départ du gouvernement Faure GNASSINGBE – Gilchrist OLYMPIO, seul à même d’apporter une véritable satisfaction immédiate aux revendications sociales et politiques qui en font l’objet.

Lomé, le 23 juin 2010
Pour le Parti des travailleurs,
Le Secrétaire chargé de la coordination
Claude AMEGANVI