05/12/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Des Etats généraux de l’opposition démocratique…

DISCOURS D’INTRODUCTION DU CTR – Réunion du 19 janvier 2003 à St-Denis (France)

Mesdames, mesdemoiselles, messieurs, chers amis, chers compatriotes,

Au nom du CTR, je vous présente tous nos vœux de bonne et heureuse année 2003 : santé, paix, prospérité pour chacun d’entre vous et tous ceux qui vous sont chers.

Chers amis, l’année qui vient de commencer se présente comme l’année de tous les dangers pour les Togolais. C’est l’année où nous serons obligés de choisir entre la liberté et la servitude. Entre la démocratie et la dictature. Entre le progrès social et l’obscurantisme. Entre la dignité et la honte bue jusqu’à la lie.

Entre les deux termes de chacune de ces alternatives, le cœur du CTR ne balance pas. Il n’y a pas, il n’y a jamais eu dans notre combat politique la moindre trace d’hésitation ni d’atermoiement . Le CTR a choisi une bonne fois pour toutes le camp de la démocratie, le camp du peuple.

En disant cela, nous voudrions clairement situer les enjeux de cette rencontre. Aujourd’hui nous luttons pour la survie du Togo qui est au bord de l’implosion, en tant qu’Etat, en tant que nation. Si cette année nous ne nous mettons pas d’accord pour mettre dehors le tyran qui nous martyrise depuis 40 ans, alors ayons l’humilité de reconnaître que nous sommes des incapables et dégageons la scène que nous polluons avec nos querelles intestines pour faire place à une autre race de responsables politiques.

L’un des slogans des armées romaines victorieuses était « Vae victis », ce qui veut dire « malheur aux vaincus ».

Malheur à nous, si après tant d’années de lutte et de sacrifices. Si après tant de sang et de larmes versés nous sommes dans l’obligation d’accepter d’être des esclaves taillables et corvéables à merci sur la terre de nos Aïeux, sur notre propre sol.

Les partisans du moindre effort, pour se donner bonne conscience, s’évertuent à présenter les togolais comme un troupeau de moutons ne sachant que bêler quand le bourreau lui présente le couteau qui va leur trancher la gorge.

Le CTR n’est ni fataliste ni résigné. Le CTR dit haut et fort que les togolais ne sont pas moins courageux ni moins intelligents que les autres peuples qui ont réussis à se débarrasser de leur oppresseurs. Le problème togolais n’est pas un problème de courage ni d’intelligence.
Notre problème se trouve ailleurs. Il réside en ce culte débilitant de nos petits egos que nous avons érigé en vertu cardinale, aidés en cela par la confrérie des courtisans confondant allégeance avec militantisme. Malhonnêtement oublieux que nous sommes, qu’à un problème de survie collective il faut une réponse collective.
Réponse collective ? Oui, mais réponse réfléchie, pensée et construite. Dans ce combat aucune place ne devrait être faite à l’improvisation ni au bricolage.
Mais ne tournons pas indéfiniment autour du pot. Allons droit au but.
Sous le règne d’Etienne Eyadema, il n’y aura pas d’élections libres et transparentes au Togo. Il n’y a pas d’élections dans une monarchie héréditaire. Les dernier des idiots aurait compris cette évidence élémentaire.
Mais aujourd’hui les « savants » et les « stratèges » de notre opposition officielle en sont encore à se battre sur le nom du candidat unique qui les représenterait aux futures élections avec Eyadema , prenant ainsi le risque impardonnable de légitimer définitivement le régime barbare qui sévit au Togo depuis si longtemps, puisque, avec la nouvelle constitution-RPT, personne n’a la moindre chance de battre le dictateur de Lomé 2.
Aucune des formations politiques qui s’agitent sur le devant de la scène n’est épargnée par ce crétinisme électoraliste.
Il y a une telle confusion et une telle suffisance dans les propos et les attitudes des uns et des autres que, si nous persistons encore un peu dans cette erreur irresponsable et criminelle, nous prenons la grave responsabilité de précipiter nos populations dans le désordre sanglant d’une guerre civile.

Chers amis, l’heure est venue de faire preuve de patriotisme et d’un minimum de sérieux tout simplement. L’heure est venue du combat de libération nationale. L’heure est venue de tourner le dos à nos divisions artificielles. L’heure du grand rassemblement de tous les démocrates togolais a sonné. N’oublions jamais que « la liberté ne s’octroie pas, mais se conquiert ». Le despote EYADEMA ne se suicidera jamais par les urnes pour faire plaisir à un peuple qu’il a passé sa vie à piller et à massacrer

Le CTR propose à l’ensemble des démocrates togolais et appelle de tous ces vœux la tenue rapide à Paris dans les prochains jours, des Etats généraux de l’opposition démocratique, afin de doter les combattants de la liberté togolais d’un programme commun de lutte pour mettre à bas le régime militaro mafieux d’Etienne Gnassingbe Eyadema, qui a la prétention démentielle de transformer la terre de nos Aïeux en une dictature héréditaire de père en fils.

Au cours des débats qui vont s’ouvrir, le CTR aura l’honneur de vous présenter son plan de mobilisation populaire pour permettre aux Togolais de reconquérir leur liberté confisquée.

Ablode Gbadza ! !. La lutte continue ! !

Isidore Latzoo