27/09/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Dialogue inter-togolais : Des avancées notables enregistrées ????

A en croire aux déclarations des leaders togolais le samedi 12 août 2006, l’on s’achemine allègrement vers un accord politique au contentieux qui oppose la classe politique de ce pays. Après quatre journées de concertations avec les principales forces vives, le médiateur burkinabè Blaise Compaoré serait en passe de réussir une mission que tous prédisaient incertaine…
« Le président Blaise Compaoré qui a été désigné comme facilitateur du dialogue inter-togolais nous a fait le point sur les efforts qu’il fait depuis plusieurs jours et nous avons constaté avec satisfaction qu’il y a eu beaucoup d’avancées. En l’état actuel de la facilitation, nous pouvons dire que nous ne nous sommes pas trompés car le dossier est en très bonne voie ». Tels sont les mots qu’a laissé entendre le samedi 12 août 2006, à sa sortie d’entretien avec le président du Faso, M. Yawovi Agboyibo, président du bureau du dialogue inter-togolais en cours à Ouagadougou.

Un dialogue entre « frères togolais », parrainé par Blaise Compaoré depuis le mardi 8 août 2006. Au regard des différentes déclarations faites par les différents leaders togolais présents à Ouagadougou samedi dernier, la conclusion d’un accord politique au contentieux qui oppose les Togolais est très probable dans les prochains jours.

La médiation burkinabè serait donc en train de réussir un pari que nombre d’observateurs préssentaient presqu’impossible. En effet, ce même samedi, a été reçu M. Gilchrist Olympio, cette autre figure de proue de l’opposition politique togolaise.

Arrivé à Ouagadougou la veille dans la soirée en provenance de Paris, le leader de l’Union des Forces du changement (UFC), succédant aux membres de son parti déjà présents à Ouagadougou depuis le début des pourparlers, est ressorti de son tête-à-tête, avec le président Compaoré, avec un grand sourire, l’air heureux et satisfait. Il confiera aux journalistes qu’il croit comprendre que le médiateur désigné poursuit ses contacts avec toutes les parties prenantes de la crise. Celui-ci, aux dires de M. Olympio, voudrait avoir une idée claire après un tour d’horizon avant de proposer un accord politique pour le pays, ainsi qu’un accord de gouvernement d’union nationale.

Ce gouvernement aux dires de M. Olympio, sera d’une durée à déterminer, mais surtout, sera responsable pour préparer les élections à venir, les législatives pour commencer. « Il faut que ces scrutins soient bien organisés. On ne veut plus répéter ce qu’on a connu au cours des 40 dernières années, qui malheureusement, ont vu trop de sang versé dans le pays. Pour le moment, tout ce que nous disons, c’est que nous essayons, chacun avec un peu de bonne volonté, de trouver une solution qui fera avancer le pays et le sortir de l’ornière actuelle », a expliqué le premier responsable de l’UFC.

En outre, M. Olympio se félicite que le président Blaise Compaoré ait été choisi pour faciliter le dialogue, son parti ayant depuis le départ exigé la désignation d’un médiateur comme préalable à toute négociation. C’est le rejet de cette proposition qui a motivé le refus de parapher les derniers accords de Lomé par l’UFC. « C’est quand il y a eu un blocage total qu’on a finalement accepté de nommer un médiateur et heureusement, nous sommes tombés sur un médiateur, Blaise Compaoré, acceptable à la majorité, sinon à la totalité des parties prenantes », a poursuivi Gilchrist Olympio.

Tenu par des engagements politiques et universitaires en Europe et aux Etats- Unis, le leader de l’UFC dit ne pas pouvoir rester à Ouagadougou pour la suite des négociations.

Mais il laisse derrière lui les autres membres de son parti chargés de conduire la destinée du parti dans la suite des pourparlers jusqu’à l’accord final dont les premiers jets sont annoncés pour les 48 où les 72 heures qui suivent. Ces pourparlers qui sont prévus pour être repris ce matin même devront enregistrer l’arrivée du président Faure annoncé pour les prochaines heures à Ouagadougou aux dires du médiateur Blaise Compaoré.

Ladji BAMA
Solange BIKABA
(Stagiaires)