28/09/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Dialogue intertogolais: mise au point de l’Alliance

Le Togo depuis plus une décennie traverse une crise politique profonde qui plonge notre pays dans la souffrance et le désespoir, et rend exsangues nos populations.

Depuis la fin de la Conférence Nationale jusqu’ à nos jours, plus d’une dizaine de négociations politiques ont ponctué notre histoire, sans qu’aucune n’ait réussi à trouver la thérapie idoine, à la résorption du déficit démocratique structurel dans notre pays.

La communauté internationale dans sa constante sollicitude envers notre peuple, n’a eu de cesse d’appeler le Gouvernement togolais à l’organisation d’un dialogue ,transparent dans un cadre structuré pour favoriser la réconciliation nationale et l’apaisement du climat politique.

Cette interpellation du Gouvernement togolais est devenue plus vive, suite aux tragiques événements qui ont marqué le scrutin présidentiel du 24 Avril 2005, où malheureusement des centaines de nos compatriotes ont péri.

Mais, force est de constater, que le Gouvernement persiste dans sa logique d’emmurement, qui dénie à la réalité contextuelle ses exigences.

Pour preuve, le dialogue national que vient d’ouvrir le Gouvernement souffre des mêmes erreurs que les précédents, vu le mépris affiché en ce qui concerne la réalité du paysage politique togolais.

Au-delà, il est affligeant pour des assises d’une telle envergure, à moins qu’il s’agisse d’un nouveau simulacre, d’ignorer les traditions républicaines ; ce qui dénote un déficit de moralité publique et une atteinte notoire à la vertu républicaine.

Il faut rappeler, que le cadre politique prévalant en 1999, est loin d’être le même aujourd’hui, eu égard à l’évolution de notre histoire politique.

L’éternel face à face mouvance présidentielle, opposition traditionnelle est devenu obsolète étant donné la transhumance de certains partis de l’opposition classique vers le pouvoir et l’émergence de nouvelles formations politiques au sein de l’opposition.

Cette nouvelle donne requiert une concertation plus large, de la classe politique et de la société civile si tant est que, le désir de réconciliation sincère est le mobile avéré du présent dialogue.

Au regard de ce qui précède et vu la gravité de la crise politique et sociale, L’ALLIANCE

RECOMMANDE AU GOUVERNEMENT :

I/ De mettre fin à la culture de l’impunité et de donner une suite judiciaire au Rapport de l’ONU du 29 Août 2005, sur les violences et les violations des droits de l’Homme, ayant marqué le scrutin présidentiel du 24 Avril 2005.

II/ D’ouvrir le dialogue à tous les acteurs politiques de la scène nationale.

III/ D’associer au dialogue tous les anciens dirigeants de l’Etat, notamment les anciens Chefs d’Etat, les anciens Premiers ministres et les anciens Président du parlement.

IV/ De Retenir comme ordre du jour du dialogue l’examen et la mise en œuvre concrète et consensuelle des 22 engagements souscrits par le Gouvernement le 14 Avril 2004, à Bruxelles.

V/ De déterminer un chronogramme précis des travaux dudit dialogue qui ne devront pas excéder deux semaines.

VI/ D’assurer la diffusion dans la transparence sur les médias publics et privés de l’évolution des travaux du dialogue, afin d’informer régulièrement nos populations et d’obtenir leur adhésion aux décisions qui seront prises.

VII/ De garantir la stricte application des décisions du dialogue.
L’Alliance en appelle au sens de responsabilité du Gouvernement afin qu’il prenne en compte ces recommandations pour sortir le Togo de sa longue et exténuante crise sociopolitique, qui hypothèque l’avenir de notre Nation.

Fait à Lomé le 05 décembre 2005

Pour le Bureau de l’Alliance, le Président
Maurice D. PERE