26/11/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Edem Kodjo candidat à l’élection présidentielle du 1er juin

LOME, 25 avr (AFP) – 19h50 – Edem Kodjo, président de la Convergence Patriotique Panafricaine (CPP, opposition) a annoncé vendredi au cours d’une conférence de presse à Lomé, qu’il était candidat à l’élection présidentielle togolaise du 1er juin prochain.

M. Kodjo, ancien secrétaire-général de l’Organisation de l’unité africaine (OUA) et ancien membre du Rassemblement du Peuple Togolais (RPT – parti présidentiel) a notamment été premier ministre de son pays.

« Le comité directeur de la CPP a décidé de donner investiture du parti à M. Edem Kodjo comme candidat à l’élection présidentielle », selon une déclaration lue au cours de cette conférence de presse.

Huit partis d’opposition, dont la CPP, réunis au sein de la Coalition des forces démocratiques (CFD) ont tenté en vain depuis trois mois de désigner un candidat unique pour ce scrutin.

Mercredi soir, Yawovi Agboyibor, leader du Comité d’Action pour le Renouveau (CAR) et président de la CFD, avait décidé de faire cavalier seul à moins d’une semaine de la date limite du dépôt des candidatures, fixée au 1er mai.

Selon M. Kodjo, à la suite de cette annonce, les différents partis de la CFD ont décidé de présenter chacun leur candidat individuellement, et tenteront de se mettre d’accord sur un candidat unique d’ici le 14 mai, auquel cas les autres candidats se retireraient de la course en sa faveur.

« La CPP ne désespère pas que dans un sursaut patriotique, la CFD aboutisse à une candidature unique à la faveur des consultations ultimes, dans l’intérêt supérieur du peuple togolais », selon la déclaration du comité directeur.

Le chef de l’Etat togolais, le général Gnassingbé Eyadéma, a été désigné candidat à sa propre succession vendredi, sans réelle surprise, par les instances dirigeantes du Rassemblement du Peuple Togolais (RPT, au pouvoir).

Le président Eyadéma, auquel la constitution modifiée en décembre dernier par le Parlement permet de briguer un nouveau mandat après 36 ans de pouvoir, ne s’est toutefois pas encore prononcé publiquement sur son éventuelle candidature.

Son opposant de toujours, Gilchrist Olympio, leader de l’union des Forces du Changement (UFC, principal parti d’opposition, qui a quitté la CFD) a annoncé officiellement le 28 mars dernier à Paris qu’il serait candidat.

M. Olympio a déclaré qu’il serait de retour à Lomé samedi après plusieurs années d’exil à l’étranger.