29/11/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Eyadéma tripatouille la Constitution

A l’aube de la nouvelle année 2003, les députés d’Eyadema viennent de lui offrir un « cadeau »: la révision de la constitution dont la modification de 45 articles et notamment celle de l’article 59. C’est une nouvelle version du coup d’Etat permanent au Togo.

L’article 59, tant redouté, empêchant un président de la république de briguer plus de deux mandats consécutifs, a été modifié ainsi que le souhaitait Eyadéma. C’est au cours de la session plénière de l’Assemblée nationale du 30 décembre 2002 que toute la constitution togolaise a fait l’objet d’une scandaleuse modification. Le débat a été houleux, certains élus souhaitant que les amendements à apporter à la loi fondamentale bénéficient d’un cadre de réflexion plus élargi et populaire ou soumis à un référendum, mais les caciques du RPT en ont voulu autrement et « en finir tout de suite ». Natchaba, président du parlement et principal artisan de cette modification, a demandé, à l’issue du vote imposé aux députés (80 sur 81), que « tout le monde puisse s’insérer dans ce nouveau cadre » tripatouillé. Autres modifications: le scrutin uninominal à un tour pour l’élection du président de la République comme ce fut le cas lors de la mascarade électorale du 27 octobre 2002, la création d’un Sénat, la nomination d’un Médiateur de la République, l’abaissement de l’âge requis pour être président de la République de 45 à 35 ans. Désormais plus rien ne s’oppose à ce que le président Eyadema brigue un troisième mandat en 2003 ou qu’il cède son fauteuil à son fils.

C’est un dictateur auquel ses députés viennent de donner l’occasion de se moquer une fois de plus des Togolais et d’asseoir sa dynastie. Ce vote est un nouveau bras de fer avec le peuple, la guerre est donc déclarée.

La rédaction