08/12/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Faure Gnassingbé: « bon-faux » président et déjà 140 victimes

« Un régne aussi court que sanglant » est un mémorandum sur les violations des droits de l’homme depuis le cour d’Etat et l’accession au pouvoir de Faure Gnassingbé et Abass Bonfoh. Nous publions la liste exhaustive des 140 victimes (décés, viols , bléssés), extrait d’un ouvrage que la Ligue togolaise des droits de l’Homme (LTDH) qui paraîtra prochainement et dont la présentation a été faite lundi dernier, le 14 mars 2005, au Foyer Pie XII, à Lomé. Dans sa version finale, il contiendra environ 80 à 100 pages, avec 24 planches de photos.

LISTE PROVISOIRE DES VICTIMES ENREGISTREES PAR LA LTDH A LA DATE DU 14 MARS 2005
(LISTE NON EXHAUSTIVE)

LES DECES :

— 1. AKAKPO Gloria : 19 ans, étudiante en FASEG I à l’Université de Lomé, célibataire de sexe féminin, abattue froidement par des militaires, mortes des suites de ses blessures par balles au cou, à Adakpamé, sur le chemin de retour de chez sa tante, le 27 février 2005.
— 2 AKPAKA Yao : 25 ans, chauffeur de nationalité togolaise, célibataire de sexe masculin, mort dans le quartier de Bè Aklassou, le 27 février 2005.
— 3. ALLOFA Bruno : jeune lycéen de 19 ans en classe de Première, abattu froidement par balles par des militaires à Bè Kpota, le samedi 12 février 2005, avec trois autres personnes (également décédées).
— 4. ………… : abattu froidement par balles par des militaires à Bè Kpota, le samedi 12 février 2005.
— 5. ………… : abattu froidement par balles par des militaires à Bè Kpota, le samedi 12 février 2005.
— 6. ………… : abattu froidement par balles par des militaires à Bè Kpota, le samedi 12 février 2005.
— 7. AMOUZOU Nico : abattu froidement et traîtreusement à la fin de la mutinerie à la Prison civile de Lomé, le 7 février 2005.
— 8. X……….. : mort par étouffement dans une cellule surpeuplée, suite à la mutinerie à la Prison civile de Lomé, dans la nuit du 7 au 8 février 2005.
— 9. Y……….. : mort par étouffement dans une cellule surpeuplée, suite à la mutinerie à la Prison civile de Lomé, dans la nuit du 7 au 8 février 2005.
— 10. AMOUZOU Têko : 23 ans, menuisier togolais de sexe masculin, célibataire, mort noyé dans la lagune de Bè, le 27 février 2005.
— 11. AWANOU Nandja : employé à la STG qui l’a affecté comme gardien à la société ITP, tué à bout portant le samedi 12 février 2005 à Bè, en rentrant de son travail.
— 12. DADZIE Kossi Jean : 35 ans, mécanicien, a été mitraillé le samedi 12 février 2005 par un militaire à Amoutivé-Doulassamé et est décédé au CHU Tokoin.
— 13. EZIH Efo : 12 ans, élève, mort après avoir été sauvagement battu, s’être fait ligoter les mains puis noyé dans la lagune de Bè par les forces de l’ordre, le 27 février 2005.
— 14. GNAZO Gbadoé Nicolas : 25 ans , photographe de nationalité togolaise, mort noyé dans la lagune de Bè, le 27 février 2005.
— 15. ……….. : mort noyé dans la lagune de Bè, le 27 février 2005.
— 16. KOUGBLENOU Masso : 31 ans, artiste de la chanson, froidement abattu par un militaire à Amoutivé-Doulassamé, le samedi 12 février 2005.
— 17. SEDONOU Yao : 30 ans, menuisier, célibataire de sexe masculin, tué à bout portant par balle tirée en pleine tête par un militaire au moment où il allait au W. C. la nuit, le 27 février 2005 ; le propriétaire de la maison dans laquelle il a été tué a aussi été atteint par balles à la côte.
— 18. Un homme (non encore identifié) : tué à bout portant par les militaires, le lundi 14 février 2005, à Bè NETADI, son corps a été déposé à la morgue au CHU Tokoin de Lomé par la Croix Rouge togolaise.
Il est à préciser que certains corps auraient été ramassés sur les lieux des manifestations par des véhicules militaires et des véhicules banalisés des forces de l’ordre, le samedi 12 et lundi 14 février 2005 vers une destination inconnue, selon nos informations.
— D’autres cas de décès ont été signalés à la LTDH par des parents auxquels l’accès à la morgue aurait été refusé.
— Beaucoup de familles, par peur de représailles, préfèrent ne pas communiquer l’identité des blessés ou des morts à la LTDH.
— Même la Croix-Rouge togolaise, sollicitée par la LTDH, n’a pas pu lui fournir la liste des personnes blessées ou mortes depuis la répression de la manifestation des 12 et 14 février 2005, à Lomé, pour des raisons de sécurité.
— Certaines cliniques affirment avoir enregistré plusieurs cas de décès et de blessés, mais refusent de donner la moindre information sur leur nombre pour des raisons de sécurité.

LES VIOLS :

La LTDH a demandé l’ouverture d’une enquête indépendante avec l’assistance de psychologues afin de statuer sur le cas des femmes à propos desquelles il y a des allégations de viol notamment :
— 1. Une femme dans une maison au quartier Bè, le 27 février 2005.
— 2. Une autre femme dans la même maison, à Bè, le 27 février 2005.
— 3. Une autre femme dans la même maison, à Bè, le 27 février 2005.

LES BLESSES :

— 1. ABONI Komi : 29 ans, peintre, de sexe masculin, marié et père de 2 enfants, battu sauvagement par les forces de l’ordre dans sa propre maison dans le quartier de Bè le 28 février 2005.
— 2. ADADZI Komlan : 25 ans, élève en Terminale A4, de sexe masculin, célibataire, battu et blessé par des éléments des forces de l’ordre et de la milice du RPT armés de gourdins cloutés, de crosses de kalachnikovs et de marteaux, puis emmené au siège du RPT et au «Boulevard de la mort» où il a été torturé, le 12 février 2005.
— 3. ADANOU Mawulawoè : de sexe masculin, battu sauvagement par les forces de l’ordre, le 27 février 2005.
— 4. ADANKE Attiogbé : de sexe masculin, a eu son domicile saccagé à Bè-Château (Rue Dankpen) par les forces de l’ordre, alors qu’il était au travail, le 27 février 2005.
— 5. ADJETEY Adjevi Roger : 39 ans, chômeur, de sexe masculin, père d’un enfant, blessé par un groupe de 10 gendarmes qui lui ont fracturé la jambe droite, dans le quartier Bè, le 27 février 2005.
— 6. ADOUKPO Yao : 35 ans, chauffeur, veuf avec un enfant, de sexe masculin, totalement défiguré par des balles qu’il a reçues à l’œil droit et sur la tête, le 27 février 2005.
— 7. AFANDINA Komlan : 52 ans, docker au Port autonome de Lomé, battu par les forces de l’ordre au niveau de la Lagune de Bè alors qu’il revenait du travail, le 28 février 2005, a été atteint à la tête, au dos et à la jambe ; il a été hospitalisé pendant trois jours pour avoir perdu connaissance.
— 8. AFANGBEDJI Christophe : de sexe masculin, blessé par des éclats de gaz lacrymogène, le 12 février 2005.
— 9. AFANLAGNON Ayi : de sexe masculin, battu sauvagement par les forces de l’ordre avec pour conséquence des traumatismes aux yeux, aux doigts et à l’épaule.
— 10. AFANNOU Viossi : 37 ans, gardien, de sexe masculin, marié et père d’un enfant, battu par un groupe de militaires à Adoboukomé alors qu’il se rendait à son travail, le 28 février 2005.
— 11. AFIDEGNON Toto Aristide : de sexe masculin, battu et blessé par des éléments des forces de l’ordre et de la milice du RPT armés de gourdins cloutés, de crosses de kalachnikovs et de marteaux, puis emmené au siège du RPT et au «Boulevard de la mort» où il a été torturé, le 12 février 2005.
— 12. AFIDEGNON Koffi : de sexe masculin, 22 ans, torturé au siège du RPT, le 12 février 2005.
— 13. AGBAKOU Koami : 36 ans, chauffeur, de sexe masculin, marié et père de 5 enfants, battu par les forces de l’ordre à Bè Kpota, le 28 février 2005.
— 14. AGBEMETI Yaovi : blessé au retour de la marche du 19 février 2005 par un libanais qui a foncé sur la foule, près de Kanal FM, puis a pris la fuite.
— 15. AGBENOUSSAN Roger : 22 ans, menuisier, célibataire de sexe masculin, battu sauvagement par les forces de l’ordre, au quartier Bè Kpota, le 28 février 2005, il a eu une jambe cassée, une blessure à l’œil droit et à la tête, une dent perdue.
— 16. AGBEVE Ablahou : 32 ans, soudeur, passé à tabac à Bè-Château, le 12 février 2005.
— 17. AGBEWONOU Komlanvi : 28 ans, chauffeur, de sexe masculin, marié, blessé dans le quartier Bè par les tirs de grenade lacrymogène, le 27 février 2005, au bas ventre (intestins sortis), au visage (a eu un œil hermétiquement fermé) et à la cuisse.
— 18. AGBO Mawuena : apprenti mécanicien, blessé par balle à la tête et au bras, près de l’Eglise de Pentecôte, à côté du siège de l’UFC.
— 19. AGBOLI Komi François : 32 ans, chauffeur, marié et père de deux enfants, de sexe masculin, blessé par balles au pied droit, le 27 février 2005, au moment où il déchargeait son véhicule rempli de ciment à Bè Kpota ; a été par la suite amputé de sa jambe droite.
— 20. AGBODJAN Séwa : 22 ans, apprenti soudeur à l’arc de nationalité togolaise, célibataire de sexe masculin, a eu la nuque transpercée par une balle, le 12 février 2005, a passé 17 jours au service de réanimation du CHU-Tokoin.
— 21. AGBOH T. Yao : 37ans, tailleur de sexe masculin, marié et père de 3 enfants, battu à Bè par des policiers armés de matraques, fusils et bâtons, le 28 février 2005, blessé au cou et à l’œil droit.
— 22. AGBOH Yawo Elom : 24 ans, informaticien, célibataire de sexe masculin, battu par des hommes armés le 27 février 2005, il a constamment des maux de tête
— 23. AGBOTE Anani : étudiant en FDS, à l’Université de Lomé, de sexe masculin, blessé par les forces de l’ordre à Bè Afagnakomé, le 12 février 2005.
— 24. AGBOTE Kangnivi : 38 ans, mécanicien, de sexe masculin, blessé par balles à Bè Afagnankomé le 12 février 2005.
— 25. AGLAGO Komla : de sexe masculin, victime d’un passage à tabac des forces de l’ordre ayant entraîné un traumatisme cranien, à Akodessewa, à côté de la Station Texaco, le 12 février 2005.
— 26. AKAKPO Anoumou : 34 ans, maçon, de sexe masculin, marié, blessé par balles au bras gauche et au dos, à Adakpamé, le 14 février 2005.
— 27. AKPAKPO Anounmou Yao : 18 ans, élève, de sexe masculin, blessé par balle à l’épaule gauche au bord de la lagune de Bè, le 27 février 2005.
— 28. AKPALOO Koffi : 18 ans, élève en classe de 4e, atteint aux deux jambes par balles au niveau de Zorro Bar.
— 29. AKOWOKOU Yaovi Joseph : 25 ans, apprenti coiffeur, de sexe masculin, blessé par balle à la jambe droite, le 27 février 2005, dans le quartier Bè.
— 30. AKPA Komlan : 35 ans, tailleur, de sexe masculin, marié sans enfant, battu par les forces de l’ordre, le 28 février 2005.
— 31. AKPEKO Komlan : 34 ans, agent commercial de nationalité togolaise, de sexe masculin, marié et père d’un enfant, blessé par balles au mollet (huit plaies au mollet), le 27 février 2005.
— 32. AMEDOME Koudjo : 40 ans, électricien auto, de sexe masculin, marié, blessé à la tête, à la clavicule gauche, au poignet et aux reins par des membres de la milice du RPT armés de ceinture et pilon dans sa maison à Nyékonakpoè.
— 33. AMEGNIHOUN Kokouadé: chef de chantier bâtiment, de sexe masculin, fauché par balle au niveau du cou à Akodessewa, rue Teki après 18 H, le 27 février 2005.
— 34. AMEGNIKOU Ayi : tapissier menuisier, de sexe masculin, blessé par des éclats de gaz lacrymogène, le 12 février 2005.
— 35. AMEMAKA Kossi Martin : tailleur, de sexe masculin, un tir des forces de l’ordre lui a logé une bille dans l’oeil, à côté de l’Immeuble Fiata, le 12 février 2005.
— 36. AMESSINOUKPO Adjoua : 26 ans, secrétaire, de sexe féminin, battue et torturée sauvagement à Tokoin Gbadago, le 12 février 2005.
— 37. AMEWOTEPE Fofo : 32 ans, tireur de pousse-pousse, de sexe masculin, arrêté le 25 février 2005 et battu par les militaires à l’entrée du Port Autonome de Lomé au moment où il sortait les pneus d’un client de nationalité nigériane.
— 38. AMOUZOU Gilles : 34 ans, promoteur culturel gérant de la boite de nuit “ Atlantis ”, célibataire de sexe masculin, a quitté le domicile à 20h 30 pour aller au travail, arrêté au marché de Bè par des militaires (bérets rouges et verts) , le 28 février 2005, qui l’ont passé à tabac. Bilan : fracture à la main gauche, lèvre supérieure fendue, mâchoire supérieure fracturée, trois dents à la mâchoire inférieure cassées, déchirure à la main droite et hématomes sur le corps.
— 39. AMOUZOU Koffi : 35 ans, conducteur de taxi-moto, a été passé à tabac et blessé par les forces de l’ordre à côté de la Pharmacie de Bè Kpéhénou, le 12 février 2005, blessures nécessitant trois points de sutures au crane.
— 40. AMOUZOU Kossi Blaise : tourneur, blessé à l’œil, au poignent et au dos, le 28 février 2005.
— 41. APETOH Essenam Céphas : étudiant en informatique de gestion, de sexe masculin, battu et blessé par des éléments des forces de l’ordre et de la milice du RPT armés de gourdins cloutés, de crosses de kalachnikovs et de marteaux, puis emmené au siège du RPT et au «Boulevard de la mort» où il a été torturé, le 12 février 2005.
— 42. APEVO Yaovi : 23 ans, menuisier à Bè (non loin du centre communautaire), célibataire de sexe masculin, blessé par balle le 27 février 2005, à la main, à l’abdomen et aux testicules où les balles sont restées logées pendant plusieurs jours. N’a reçu aucun soin à la Croix Rouge, ni à l’Hôpital du CHU-Tokoin où il n’a pas fait l’objet de l’attention nécessitée par son état.
— 43. ASSOGBA Pierre : 36 ans, transitaire, de sexe masculin, blessé par balles à l’abdomen et à l’épaule à Bè Afagnankomé le 12 février 2005.
— 44. ATCHO Karouming : 60 ans, agriculteur, blessé par balle dans la nuit du dimanche 13 février 2005, par des hommes non identifiés qui l’accusent faussement d’être à l’origine de la mort du Chef de l’Etat.
— 45. ATIDOKPÖ Kossi Godwin : 4 ans, élève, enfant de sexe masculin, blessé à l’œil droit par les jets de gaz lacrymogène dans sa maison à Klouvi.
— 46. ATTOH Ayi : 40 ans, cordonnier, de sexe masculin, marié, sauvagement battu par les forces de l’ordre, le 28 février 2005, dans le quartier Bè.
— 47. AYISSADOU Amegnona : 52 ans, commerçant, de sexe masculin, marié et père de 2 enfants, battu sauvagement par les forces de l’ordre, blessé à la tête, au genou et au pied, le 27 février 2005.
— 48. AYITE Komlavi Guy 51 ans, huissier de justice, de sexe masculin et père de famille, battu sauvagement par les forces de l’ordre le 27 février 2005 entraînant des hématomes au dos.
— 49. AYISSADOU Amenyona : 52 ans, peintre, de sexe masculin, marié et père de 3 enfants, sauvagement battu par les forces de l’ordre à Bè-Kpota, près de la lagune, blessé à la tête, au pied et au dos, le 27 février 2005.
— 50. AZIABLE Ayao : 34 ans, conducteur de taxi moto, de sexe masculin, marié et père d’un enfant, passé à tabac par les militaires bérets rouges qui lui ont cassé la jambe droite, volé une somme de 8 000 F CFA et l’ont menacé de mort.
— 51. AZIAGBE Henri : de nationalité togolaise, de sexe masculin, battu et blessé par des éléments des forces de l’ordre et de la milice du RPT armés de gourdins cloutés, de crosses de kalachnikovs et de marteaux puis emmené au siège du RPT et au «Boulevard de la mort» où il a été torturé, le 12 février 2005.
— 52. AZIATI Komi : 25 ans, peintre, célibataire, atteint par balle à l’œil droit, à Bè-Gakpoto, le 12 février 2005.
— 53. BENISSAN Tété : apprenti tailleur, blessé par un tir des forces de l’ordre dont les balles lui ont transpercé le bras gauche, et touché le ventre à Bè Château, le 12 février 2005.
— 54. BOCCOVI Kodjovi : 25 ans, conducteur de taxi moto, célibataire de sexe masculin, battu par les gendarmes au quartier Bè, blessé au genou droit le 28 février 2005.
— 55. BOCCOVI Kossi : 18 ans, apprenti électricien, célibataire de sexe masculin, battu par les gendarmes le 28 février 2005, il a été sérieusement atteint a la tête et perd fréquemment connaissance.
— 56. BOLOUVI Georges Koami : 36 ans, pêcheur, de sexe masculin, marié et père de 5 enfants, a reçu une balle dans l’omoplate droite dans le quartier Bè, sur la route d’Akodessewa, le 28 février 2005.
— 57. DAHOE Yao Robert : 21 ans, apprenti chauffeur de nationalité béninoise, célibataire de sexe masculin, battu le 27 février 2005, blessé par balle à la cuisse gauche où il a une plaie.
— 58. de SOUZA Sodjinémawu : 22 ans, étudiante, célibataire de sexe féminin, sauvagement battue par les forces de l’ordre, avec des plaies ouvertes au dos, sur les fesses et les cuisses, le 27 février 2005, au quartier Bè.
— 59. DJOSSOU Apelete Koffi Godwin : 32 ans, artiste musicien, célibataire de sexe masculin, blessé le 27 février 2005.
— 60. DJIKOU Alex : 25 ans, maçon, célibataire de sexe masculin, sauvagement battu par les forces de l’ordre, le 27 février 2005, gravement atteint à la tête, dans le quartier Bè.
— 61. DOGBEAZE Senyo : 22 ans, étudiant, de sexe masculin, blessé par balles à Bè Afagnankomé le 12 février 2005.
— 62. DOMEFA Yao : chauffeur, de sexe masculin, a eu l’œil droit crevé par un éclat de grenade lacrymogène, le 12 février 2005, à Bè-Djifa.
— 63. DOMEKOUTSI Kossi : 15 ans, apprenti mécanicien, célibataire de sexe masculin, blessé au genou gauche, le 27 février 2005.
— 64. DOUMAGNO Kouami : 31 ans, enseignant, de sexe masculin, blessé à Bè le 12 février 2005.
— 65. DOUMASSO Mensa : de sexe masculin, passé à tabac avec traumatismes au crane et à l’œil gauche, le 12 février 2005.
— 66. ECCOE Dédé : couturière, grièvement blessée à la jambe, à la maison, par des éclats de grenade lacrymogène, à Bè-Gbényédji–Adidapé, le 12 février 2005.
— 67. EDOH Amegnifio : 25 ans, frigoriste, de sexe masculin, marié, sauvagement battu par les forces de l’ordre, gravement atteint à la tête.
— 68. EZIAGBEDE Kokouvi : de sexe masculin, blessé par un éclat de grenade lacrymogène à l’œil, le 27 février 2005.
— 69. FIASSE Kone : 25 ans, de sexe masculin, blessé à Bè Afagnankomé le 12 février 2005.
— 70. GABA Ekué : 22 ans, éboueur, célibataire de sexe masculin, sauvagement battu par les forces de l’ordre, le 27 février 2005, dans le quartier Bè.
— 71. GABIAM Anani Têvi : 52 ans, bijoutier, de sexe masculin, passé à tabac à son domicile puis traîné dehors, au quartier Ablogamé N° 2, le 28 février 2002.
— 72. GADEDJEKO Akuété : de sexe masculin, brûlé à la poitrine par des éclats de grenades lacrymogènes tirés par les forces de l’ordre, le 12 février 2005.
— 73. GBAGBA K. Platini : 18 ans, élève au Lycée de Gbényédji (Première D), célibataire de sexe masculin, battu le 27 février 2005 par des militaires ayant fait irruption dans leur maison sis à Bè-Ahligo alors qu’il était en train d’étudier, blessé au bras droit qui s’est enflé, souffre d’une entorse et de courbatures.
— 74. GBENAGNON Sedjro : 22 ans, de sexe masculin, blessé par balle à Bè, le 12 février 2005.
— 75. GBOGLAN Ayao : 23 ans, menuisier, blessé par balle à Bè Hédjé, le 27 février 2005.
— 76. GNASSINGBE Amah Soussadéma : 28 ans, de sexe masculin, mécanicien auto, passé à tabac à Bè-Kpota, le 12 février 2005.
— 77. GNASSOUNOU Koami : 28 ans, coiffeur, célibataire de sexe masculin, sauvagement battu par les forces de l’ordre le 27 février 2005, gravement atteint à la tête, dans le quartier Bè.
— 78. GNAZO Gbadoé Nicolas : 25 ans, photographe, célibataire de sexe masculin, assassiné le 27 février 2005, repêché mort dans la lagune de Bè, le 28 février 2005.
— 79. HEGBOR Koffi : 23 ans, enseignant célibataire de sexe masculin, battu sauvagement au quartier Bè Kpota, le 27 février 2005, jeté dans un caniveau et retrouvé 24 heures plus tard près de la lagune, blessé à l’œil droit et au visage.
— 80. HOUNKPATI Jacob : 14 ans, blessé au pied par une balle de 3 cm de long.
— 81. HOUNOUVOU Dovi : blessé par balles au bras gauche, au Rond point Bè-Gakpoto, le 12 février 2005.
— 82. HOUNKPATI Jacob : 14 ans,
— 83. HOUMAVO Yaovi : 37 ans, de sexe masculin, blessé par balles à Bè Afagnakomé le 12 février 2005.
— 84. JOHN Carlos : 25 ans ; commerçant de nationalité nigériane, de sexe masculin, blessé par les forces de l’ordre à Bè Afangnakomé le 12 février 2005.
— 85. JOHN Sonia : femme enceinte de nationalité nigériane, torturée et blessée.
— 86. JOHNSON Kouassi Jacob : 30 ans, technicien électronicien, de sexe masculin, marié, sauvagement battu par les forces de l’ordre le 28 février 2005, gravement atteint à la tête, dans le quartier Bè.
— 87. KESSOIGNI Efoue : 44 ans, bijoutier, de sexe masculin, marié et père de 5 enfants, atteint par balles au pied gauche, le 27 février 2005, plâtré par dessus sa blessure, son pied a connu un début de putréfaction.
— 88. KLIDZO Fioklou : 22 ans, commerçant, célibataire de sexe masculin, battu par un groupe de militaires lors des événements dans le quartier Bè, a perdu des dents et a été blessé au bras droit le 27 février 2005.
— 89. KOLEVI Véro : ménagère, de sexe féminin, était en train de faire la lessive quand les éclats d’une grenade lacrymogène, tirée par les forces de l’ordre dans sa maison, à côté de la boîte de nuit «Le Biblos», l’ont blessée au crane, le 12 février 2005.
— 90. KODJOAKOU Yawovi Amédénou : 25 ans, revendeur, de sexe masculin, marié, père d’un enfant, a été sauvagement battu et a été volé, le 10 mars 2005, par les militaires en faction à la Station Texaco de Bè-Gakpoto où il était parti demander des nouvelles de son petit frère, arrêté auparavant. N’arrivait plus à s’asseoir après sa bastonnade et avait du sang dans l’urine.
— 91. KODJONAKOU Pierre : chauffeur mécanicien, de sexe masculin, blessé le 27 février 2005 au Rond point de Bè-Gakpoto.
— 92. KODJOVI Yao : ans, chauffeur de sexe masculin, marié, a eu les deux mollets déchiquetés par des grenades lancées par les militaires et des blessures à la joue gauche, à Ablogamé, le 27 février 2005, après 19H.
— 93. KOMLASSAN Kokou Mawuse : 42 ans, employé de bureau, de sexe masculin, marié, tombé dans la lagune de Bè après avoir été atteint par balles à l’oreille gauche et au cou le 27 février 2005.
— 94. KOUASSI Tonato Kouassivi César : 26 ans, déclarant en douane, de sexe masculin, marié, sauvagement battu et volé par les forces de l’ordre, le 28 février 2005, dans le quartier Bè.
— 95. KOUBLENOU Frédéric : blessé par balle au visage, à Codjindji, le 12 février 2005.
— 96. KPEPE Komlan : enseignant, blessé à son domicile à Bè Dangbuipé, lors de son passage à tabac par les forces de l’ordre, le 27 février 2005.
— 97. KPODAR Ekuévi Jacques : 26 ans, maçon, de sexe masculin, marié, sauvagement battu par les forces de l’ordre, le 27 février 2005, dans le quartier Bè.
— 98. LAMBONI Bijou : 25 ans, célibataire de sexe féminin, revenait de chez sa grande sœur, atteinte par balles au bras gauche, le 27 février 2005, à Bè.
— 99. LATEVI Kossi : 14 ans, de sexe masculin, élève à l’Ecole primaire publique de Bè-Gbényédji, passé à tabac par les militaires au Marché de Bè alors qu’il allait emprunter un cahier chez un camarade pour se mettre à jour, le 12 février 2005.
— 100. LAWSON Latévi Edem : de sexe masculin, blessé par balles au dos et sur le côté, le 28 février 2005.
— 101. LOBUI Anani Kokou : 29 ans, menuisier à Bè (non loin du centre communautaire), célibataire de sexe masculin, atteint d’une balle le dimanche 27 février 2005, autour de 14h, dans les environs de la Lagune de Bè, alors qu’il marchait en groupe avec un certain nombre d’amis. La balle était encore dans son bras lorsqu’il est arrivé au siège de la LTDH.
— 102. MAMAVI Jonathan : 26 ans, commerçant, célibataire de sexe masculin, battu sauvagement par les forces de l’ordre, blessé à la tête, au pied et au dos le 27 février 2005.
— 103. MASSAH Mawusse : 25 ans, de sexe masculin, blessé le 1er mars 2005.
— 104. MAWOUENA Kokou : 17 ans, de sexe masculin, blessé par balles à Bè Afagnankomé le 12 février 2005.
— 105. MAWUENA Nicodème : de sexe masculin, artiste ponceur d’objets d’art, traumatisme à l’épaule et au dos résultant de ses blessures par balles à Adakpamé, le 12 février 2005.
— 106. MBOW Wahabou : 35 ans, bijoutier de nationalité sénégalaise, de sexe masculin, marié, sauvagement battu par les forces de l’ordre, le 27 février 2005, au quartier Bè. Il a une plaie béante au front.
— 107. MEHOTSE Roger : de sexe masculin, battu et blessé par des éléments des forces de l’ordre et de la milice du RPT armés de gourdins cloutés, de crosses de kalachnikovs et de marteaux puis emmené au siège du RPT et au «Boulevard de la mort» où il a été torturé, le 12 février 2005.
—108. MIDOWOKPO Kokou : de sexe masculin, battu et blessé par des éléments des forces de l’ordre et de la milice du RPT armés de gourdins cloutés, de crosses de kalachnikovs et de marteaux puis emmené au siège du RPT et au «Boulevard de la mort» où il a été torturé, le 12 février 2005.
— 109. MIDOWOKPO Komi : de sexe masculin, battu et blessé par des éléments des forces de l’ordre et de la milice du RPT armés de gourdins cloutés, de crosses de kalachnikovs et de marteaux puis emmené au siège du RPT et au «Boulevard de la mort» où il a été torturé, le 12 février 2005.
— 110. MISSINHOUN Kossi : 42 ans, professeur de CEG, marié et père d’un enfant, touché le 27 février 2005 par balles au pied gauche.
— 111. MLAPA Kossi : 45 ans, tailleur, de sexe masculin, marié et père de 4 enfants, battu sauvagement par le forces de l’ordre dans le quartier de Bè, le 27 février 2005, blessures au dos et à la jambe droite.
— 112. NEGLOKPE Afi : ménagère, de sexe féminin, mariée, blessée par les forces de l’ordre, le 27 février 2005.
— 113. NOUGLOZE Edem : 20 ans, élève, de sexe masculin, blessé par balles sur le côté et au dos par des militaires à Adakpamé, le 14 février 2005.
— 114. NOUWATI A. Agossou : 20 ans, élève, célibataire de sexe masculin, blessé par balles à la jambe devant sa maison, dans le quartier Amoutivé, le 12 février 2005.
— 115. N’TSOUGLO Yao : 37 ans, mécanicien, de sexe masculin, marié, sauvagement battu par les forces de l’ordre, le 27 février 2005, au quartier Bè.
— 116. OTOGNO Komlan : 17 ans, menuisier, célibataire de sexe masculin, blessé le 27 février 2005 après avoir été battu à coups de bâton par les policiers au quartier Bè, coups ayant entraîné un traumatisme crânien avec perte de connaissance puis une paralysie.
— 117. PINTO Elie Kouakou : de sexe masculin, élève en 1ère C, battu à son domicile à Aguiarkomé (Atikpodji) qui a été saccagé, le 12 février 2005.
— 118. PRINCE AGBODJAN Semeto Sewa : 19 ans, apprenti soudeur, de sexe masculin, père d’un enfant, blessé par balles à la tête, à Bè Kpota, le 12 février 2005.
— 119. SEDZRO Dogbeda : 29 ans, tailleur, de sexe masculin, blessé par balles à Bè, le 12 février 2005.
— 120. SEGNIKIN Togbe : 25 ans, cuisinier, de sexe masculin, marié et père de 6 enfants, battu par les forces de l’ordre et blessé à la tête, à Bè Plage, le 27 février 2005.
— 121. SEIDOU Korley : 43 ans, dépanneur radio de nationalité ghanéenne, de sexe masculin, marié, passé à tabac par les forces de l’ordre et blessé à l’œil droit, au quartier Bè, le 28 février 2005.
— 122. SEMANOU Eric : 18 ans, élève, a reçu une balle dans l’abdomen et au thorax à Adakpamé, le 12 février 2005.
— 123. SEMANOU Komla : 26 ans, apprenti coiffeur, célibataire de sexe masculin, blessé par balles au ventre dans leur atelier à Nutifafa, le 27 février 2005.
— 124. SEMENYA Eli : 33 ans, commerçant, de sexe masculin, blessé par les militaires à Bè, le 12 février 2005.
— 125. SENOU Kodzo : 29 ans, célibataire de sexe masculin, père de 2 enfants, blessé par balles au bras gauche, à la cuisse gauche et au ventre à Bè, le 27 février 2005.
— 126. SOUMAGBO Komi Pascal : 43 ans, peintre dessinateur en bâtiment, de sexe masculin, marié et père de 2 enfants, battu sauvagement au niveau de la lagune de Bè, le 27 février 2005, a été contraint de se jeter dans la lagune de Bè ; entorse au bras gauche, plaie au dos et au bras droit et entorse au niveau de la cheville droite.
— 127. SOWOUDJI Dodzi : de sexe masculin, battu par les militaires à son domicile, à côté de l’Hôtel Bignon (Rue Gaïtou), le 28 février 2005.
— 128. TOKLO Tovignona : 20 ans, apprenti coiffeur, célibataire de sexe masculin, blessé à la tête par les soldats dans sa maison à Nyékonakpoè, le 12 février 2005
— 129. TOKO Koffi : 35ans, chauffeur de sexe masculin, blessé par balles au thorax, à Nutifafa, le 27 février 2005.
— 130. TOUGLO M. Lucienne : 30 ans, commerçante, célibataire de sexe féminin, sauvagement battue par les forces de l’ordre, plaie ouverte au dos, sur les fesses, et les cuisses, le 27 février 2005, au quartier Bè.
— 131. TOUGLO Wilfried : 25 ans, coiffeuse, célibataire de sexe féminin, sauvagement battue par les forces de l’ordre, plaie ouverte au dos, sur les fesses et les cuisses, le 27 février 2005, au quartier Bè.
— 132. VIKPE Komlan : 31 ans, agent commercial de sexe masculin, rescapé de la lagune, le 27 février 2005, il a été blessé à la tête.
— 133. YAO Kodjovi : chauffeur, marié, de sexe de masculin, blessé au pied gauche, à Bè, le 27 février 2005.
— 134. WATCHINOU Kossi : transitaire au port autonome de Lomé, passé à tabac par les forces de l’ordre qui lui ont crevé l’œil droit, dans une maison derrière la Grande Poste de Lomé, le 12 février 2005.
— 135. WILSON Têko José : 36 ans, artiste de la chanson demeurant à Bè Kamalodo, célibataire, blessé à la jambe gauche par une grenade lacrymogène et à la colonne vertébrale par des coups de crosse de fusil le dimanche 27 février 2005.
— 136. ZAMBA Akuété : 56 ans, ancien agent à Cebevito, de sexe masculin, marié et père de 6 enfants, gravement blessé à la poitrine et au bras, le 27 février 2005, par les tirs de grenade lacrymogène dans sa chambre à Doulassamé.
— 137. ZANKLASSOU Fogan : de sexe masculin, blessé au pied par un éclat de grenade lacrymogène, à Souza Nétimé, le 12 février 2005
— 138. ZIGAN Yao Agbéviadé : 50 ans, menuisier, de sexe masculin, marié, père de 3 enfants, battu au carrefour Dekon au moment où il réparait les pneus de sa moto le 27 février 2005, blessé au visage, traumatisme multiple avec présence de sang dans l’urine.
— 139. ZINSOU Coffi : électricien auto, de sexe masculin, blessé par balle au dos et au pied à Bè-Alaglo-Gbényédji, le 27 février 2005.
— 140. ZOZO-AGLAMEY Ayao Aurélie : 39 ans, de sexe masculin, père d’un enfant, manutentionnaire à l’aéroport à la Compagnie Africa Ouest, gravement torturé dans le quartier de Bè jusqu’à avoir des caillots de sang dans le cerveau, le 12 février 2005.

LIGUE TOGOLAISE DES DROITS DE L’HOMME
LTDH 527, Rue 77 Assahoun, Tokoin-Ouest – BP 2302 – Lomé-Togo – Tél./Fax : (+228) 220 70 86 Mobile : (+228) 905 32 82 – E-mail : ltdh@justice.com