25/06/2022

Les actualités et informations générales sur le Togo

Fuite au Bénin d’un magistrat du Comité des 7

Le juge Kokou Kpomégbé, membre du Comité des magistrats chargés d’organiser, en remplacement de la Céni, la mascarade électorale du 27 octobre dernier, a pris la fuite et s’est réfugié au Bénin. Il serait actuellement sous la protection de la Ligue Béninoise des Droits de l’Homme. Telle est l’information annoncée à la Une du journal Le Regard.

La nouvelle n’est pas encore officiellement annoncée. Mais selon les renseignements de notre rédaction, le juge Kpomégbé a quitté le Togo dimanche 27 octobre 2002 alors que ses collègues du Comité des 7 se trouvaient dans les locaux de la Céni pour superviser le déroulement des élections. Interrogé par les journalistes, le secrétariat du comité a tenté de minimiser l’événement mais a tout de même dit que l’absence du juge serait lié à une panne de voiture. Jusqu’à présent, le Comité des 7 n’a pas encore rendu publics les résultats des élections législatives anticipées alors que les dépouillements sont terminés dans tous les bureaux de vote.

Les raisons de la fuite du juge sont encore inconnues mais tout porte à croire que M. Kpomégbé n’a pas voulu cautionner la comédie électorale d’Eyadéma. M. Kpomégbé, avant sa fuite, avait sillonné avec ses collègues plusieurs préfectures de l’intérieur afin de s’assurer « du bon déroulement du processus électoral ». De retour, le 25 octobre, ce jeune magistrat ne pouvait plus supporter cette énorme supercherie qui se mettait en place depuis sa nomination forcée. La constitution togolaise précise dans son article 118 que « les magistrats en activité ne peuvent remplir d’autres charges publiques ni exercer des activités privées lucratives en dehors des cas prévus par la loi, ni se livrer à des activités politiques publiques ».

Au Togo, de nombreux juges dérogent à ces règlements. Le cas le plus éloquent est celui du juge Abalo Petchelebia. Il est le président du Comité des 7 et membre actif du RPT qu’il représente au sein de l’ex-Céni.

La rédaction