Source CAR - 19/10/2003

Intervention d' AGBOYIBO au Groupe PPE-DE du Parlement Européen

Intervention de Maître Yawovi AGBOYIBO
Président du CAR - Président de l’UPADD au le Groupe PPE-DE du Parlement Européen
à l’occasion de l’Assemblée Paritaire ACP-UE à Rome le 13 octobre 2003

Honorables députés du Parlement européen,

Je voudrais, avant toute chose vous remercier de m’avoir offert cette opportunité pour m’adresser à vous dans le cadre de nos relations du Dialogue de Windhoek, organe permettant au Groupe PPE-DE et aux partis africains regroupés dans l’UPADD de se concerter lors des réunions de l’Assemblée paritaire ACP-UE sur les questions d’intérêt commun.

L’UPADD et ses membres s’honorent d’avoir comme partenaire politique à l’échelon international le Groupe PPE-DE, première formation politique au Parlement Européen par le nombre de ses membres élus, sa ligne politique et son rayonnement.

C’est le lieu pour moi de rendre hommage au Groupe PPE-DE pour le soutien sans faille qu’il a apporté depuis des années et continue d’apporter aux processus démocratiques en Afrique. Vous venez encore une fois de plus de l’illustrer durant la présente session par vos pertinentes prises de position sur des situations qui prévalent dans plusieurs pays africains.

Aussi avais-je été surpris de lire le 6 octobre 2003 sur le site Internet du Gouvernement togolais un article comportant le passage ci-après : « Le Groupe PPE, le plus important du Parlement Européen pourrait présenter un rapport soutenant la reprise de la coopération avec le Togo au cours de la session de l’Assemblée Paritaire ACP-UE, prévue du 13 au 15 octobre à Rome en Italie. Un rapport positif qui pourrait être approuvé par les parlements ACP-UE. Ainsi, la Commission européenne aurait le feu vert pour annoncer le rétablissement de la coopération avec le Togo. Il semble que les responsables européens ont pris conscience de la détérioration de la situation sociale au Togo à cause de l’interruption, pendant dix ans de l’aide européenne. »

La réaction ne s’est pas fait attendre. Le Groupe PPE-DE m’a immédiatement fait part de son étonnement; lequel étonnement fut confirmé par un communiqué de presse du 8 octobre dont il me plaît de rappeler le contenu : « Le Groupe parlementaire PPE-DE rejette fermement l’insinuation contenue dans un article publié sur le site officiel de la République togolaise, daté du 5 octobre 2003 et selon laquelle il appuierait une motion demandant à l’Union Européenne de reprendre sa coopération avec le Togo, gelée depuis 1993, lors de la prochaine Assemblée Paritaire ACP-UE prévue pour se dérouler du 11 au 15 octobre à Rome. Bien au contraire le Groupe parlementaire PPE-DE s’opposera vigoureusement à une telle proposition, étant donné la situation actuelle du Togo, en particulier vu l’absence de progrès dans le processus de démocratique.

C’est la position ainsi annoncée que vous avez traduite dans votre résolution concernant l’Afrique de l’ouest. Votre Groupe a sans équivoque interpellé le Gouvernement togolais à respecter ses engagements avant la normalisation de ses relations de coopération avec l’Union Européenne.

Nous apprécions d’autant plus cette fermeté que nul n’ignore l’ampleur des lobbies que le Gouvernement togolais déploie au sein du Parlement européen pour faire croire que le Togo n’a rien à se reprocher en matière de respect des droits de l’homme, des principes démocratiques, de la bonne gouvernance et que c’est par injustice que l’Union Européenne continue à maintenir les sanctions économiques prises à son encontre.
Ces lobbies, loin de rendre service au Togo contribuent au contraire à faire perdurer les sanctions et les souffrances de nos populations. Cela fait des années que le régime togolais aurait accédé aux multiples appels à la démocratisation du pays s'il était dissuadé dans sa propension à réprimer toute résistance intérieure par des pratiques d'un autre âge: la torture, l’incarcération arbitraire des opposants politiques, le harcèlement des journalistes de la presse privée, la confiscation des médias d’Etat, le muselage de la magistrature etc…

On conçoit mal qu'il aille encore plus loin en cherchant à s'assurer de la complicité des organisations internationales qui nous servent de remparts extérieurs.
Vous comprenez, honorables députés pourquoi nos populations témoignent tant d’intérêt à votre hostilité à toute forme de complaisance envers le régime togolais. Vous vous souvenez encore des élections législatives que le Gouvernement s’était entêté à tenir en octobre 2002 sans la participation des partis de l’opposition; ce qui eut pour effet de ranger le Togo parmi les rares pays africains qui siègent en délégation monocolore dans les forums internationaux de parlementaires. Vous avez également tous en mémoire le scrutin présidentiel frauduleux de juin 2003.
Vous avez compris à juste titre qu’après de pareilles consultations électorales, il est inadmissible que le Gouvernement togolais veuille organiser des élections locales et sénatoriales sans avoir préalablement négocié un accord politique global avec l’opposition.

Il est réconfortant que vous continuiez à vous battre contre de tels comportements politiques qui ne sont guère de nature à garantir le pluralisme politique au Togo et à favoriser la reprise de la coopération avec l’Union Européenne.

Nous sommes convaincus que vous mettrez tout en ouvre pour faire partager votre position par les autres groupes du Parlement européen afin que l’Assemblée Paritaire ACP-UE prenne une décision juste qui concourt à la normalisation de la situation politique au Togo et au bien-être de nos populations.


Je vous en remercie

Copyright LETOGOLAIS © 2002