Source LETOGOLAIS.COM - 11/02/2004

Dispersion d’une réunion estudiantine à Lomé

Le 9 février 2004 au matin, les forces de l’ordre ont dispersé à coup de gaz lacrymogène une réunion publique au campus universitaire de Lomé où les étudiants tenaient une Assemblée Générale pour protester contre les mises à la retraite prématurée et forcée d’une dizaine d’enseignants.

A cette revendication, ils ont joint des revendications corporatistes notamment les aides universitaires et les conditions déplorables de logement et de restauration. Aux gaz lacrymogènes, les étudiants ont répondu par des jets de pierre avant de s’enfuir dans une course effrénée à travers les quartiers d’Adéwui, de la Résidence du bénin, d’Atikumè et de Tokoin Forever limitrophes du campus de Lomé. Les cours de la faculté des Lettres, de Droit et des Sciences Economiques ont été perturbés.

Neuf enseignants de l’Université de Lomé ont été mis en retraite anticipée par les autorités pour des raisons non évoquées. Mais les étudiants pensent qu’on leur reprocherait d’avoir refusé de prendre part, le 23 janvier 2004, aux cérémonies de l’inauguration de l’Université de Kara. Leur départ est considéré comme des sanctions et ce sont les étudiants qui en pâtiront. La grogne est réprimée mais les étudiants n’entendent pas reprendre les cours avant vendredi.

La rédaction letogolais.com

Copyright LETOGOLAIS © 2002