Source VIVIEN ADONAM - 23/05/2005

TOGO ENCORE UNE POTION MAGIQUE : « LE GOUVERNEMENT D’ UNION NATIONALE » !!!

Le 19 mai certaines composantes de la Coalition de l’ « Opposition » se sont rendues à Abuja sur invitation de quinze Chefs d’Etat de la CEDEAO, ceux là même qui ont reconnu de facto le régime arbitrairement installé à Lomé dans les conditions que l’on sait. Il était à craindre que cette rencontre n’ait encore été l’occasion, pour les tenants du maintien au pas des peuples africains, d’exercer de fermes pressions sur les membres de l’Opposition pour faire entériner la grossière prise de pouvoir perpétrée au Togo le 5 février dernier.

Pour l’Opposition, il y a quelque chose de pernicieux d’avoir accepté de se rendre à cette invitation. En effet, s’il fallait malgré tout ne pas fermer la porte à toute initiative dans la cherche d’une solution au problème Togolais, ce n’est certainement pas vers la CEDEAO et vers les Etats qui ont reconnu le régime en place qu’il fallait se tourner. Ces derniers ayant suffisamment démontré que leur seule et unique préoccupation était la légitimation du pouvoir confisqué au Togo. La surprenante déclaration du Président de l’Union Africaine quelques jours après le scrutin du 24 avril préconisant que « quelque soit le résultat des votes et quelque soit le gagnant il faudrait constituer un Gouvernement d’Union Nationale » était assez édifiante à cet égard !!!

On ne pouvait qu’être consterné à entendre de telles déclarations qui ne font pas honneur à l’Afrique. Les entrechats du Président du Nigeria pour obtenir de la France une place au Conseil de Sécurité et la réduction de sa dette intérieure justifient à ses yeux le sacrifice du peuple Togolais. Il est concevable que le Nigeria place ses préoccupations d’ordre intérieur au dessus de ceux du Peuple Togolais. Mais alors qu’il se récuse, si en conscience il ne s’estime pas en mesure d’arbitrer dans l’honneur le drame du Togo. En ne se posant pas comme garant d’une éthique qui fait cruellement défaut à l’Afrique pour son accession au concert des Nations civilisées, il met en péril la crédibilité de l’Organisation qu’il préside et engage la conscience des peuples Africains dans une grave crise de confiance dont les conséquences à terme seront désastreuses.

Il apparaît à l’évidence que le véritable objectif de la réunion d’Abuja est la légitimation de Faure GNASSINGBE au pouvoir ; d’où l’idée aberrante du « Gouvernement d’Union Nationale » qui permet d’escamoter les conditions dramatiques et surréalistes dans lesquelles les élections se sont déroulées.

Seul, le mépris des Africains peut justifier l’invention de ce concept de « Gouvernement d’Union Nationale » comme aboutissement d’un processus électoral en lieu et place de l’alternance politique qui en résulte de droit.

Il est permis de se demander si les Chefs d’Etats qui jouent cette pantomime se rendent compte de la responsabilité qu’ils prennent quant à la dévalorisation de l’Afrique qu’ils ridiculisent apportant ainsi de l’eau au moulin de tous ceux qui oeuvrent à son démembrement pour en faire un champ clos de « non Etats » où les intérêts les plus sordides continueront à s’épanouir dans une totale impunité. Quant aux peuples en attendant une prochaine dévaluation du Francs CFA qui ne fera qu’aggraver sa paupérisation, ils n’ont droit qu’à des formes de gouvernements arbitraires dont ces « Responsables » qui suivent à la lettre les instructions de leurs mentors, se font les prescripteurs insistants d’une potion exotique destinée exclusivement aux Africains, et que l’on veut faire avaler au peuple Togolais sous le prétexte que celui-ci est inapte à toute forme de « démocratie ». Le « Gouvernement d’Union Nationale » est celui par le biais duquel le pouvoir en place cherche avec les soutiens que l’on sait, à perpétuer un régime illégitime et prédateur qui se goinfre du patrimoine et des richesses du pays au détriment de la population sans cesse appauvrie et aujourd’hui en détresse.

Il serait donc salutaire que la Coalition de l’Opposition ne goûte pas à cette potion là. Les perspectives d’une paix durable au Togo sont à ce prix.

Fait à Paris le 22 mai 2005.

Vivien ADONAM
Vivien.adonam@hotmail.com

Copyright LETOGOLAIS © 2002