Source FRATERNITé MATIN - 10/06/2005

Kodjo du père et ... du fils. Y a drap !

Edem, le carriériste ! Oh, le bon filon ! Trouver la faille dans l’opposition pour présenter ses offres d’emploi au prince. Sitôt fait, sitôt engagé. Et le voici Premier ministre du fils, après avoir été celui du père. Il n’a cure des qu’en dira-t-on. Mais on pressentait que l’homme travaillait pour aller à la droite du fils. Au plus fort de la crise, il s’est gardé de critiquer la gestion monarchique du pouvoir après la mort du timonier. Précédemment, il faisait partie de la délégation togolaise en vue de renégocier les accords avec l’Union européenne. Enfin, il avait le profil d’un locataire qui cherchait à entrer dans la cour et à s’y installer. C’est donc fait !
Ainsi, père et fils se passent le Kodjo.

Par Christian MIGAN
Fraternité Matin


Copyright LETOGOLAIS © 2002