Source AFRIK.COM - 25/11/2005

Kirikou, le petit qui peut beaucoup

Retour en force du petit Africain en passe de devenir la star des fêtes de Noël

Il revient tam-tams battants ! Pour le plaisir des petits et de leurs parents, Kirikou, le minuscule héros africain, arrive avec de nouvelles aventures et une déferlante de produits dérivés. Nouvel ambassadeur de l’Unicef, une première, un personnage noir, nu de surcroît, va être la vedette de ces fêtes de fin d’année. De quoi promettre un Noël enfin coloré.


Par Anna-Alix Koffi

L’Afrique enfin bankable ! Le marketing de Noël lance son premier héros noir ! Et il vient d’Afrique (de l’Ouest) ! Il n’a ni gants blancs, ni grosses lèvres rouges, encore moins une ceinture de bananes. « C’est une opération assez exceptionnelle pour un personnage noir et nu de surcroît. Selon les différents pays, on a voulu l’habiller, le teinter, mais on a bataillé et il est resté tel que l’a conçu Michel Ocelot (le réalisateur du film, ndlr). Aux Etats-Unis, la réticence n’est pas venue de sa couleur mais plutôt de sa nudité », explique Isabelle Favre, responsable marketing de France Télévisions distribution. Aussi nu qu’innocent, le surdoué philosophe incarne un parfait ambassadeur de l’Afrique idéale.

Cocorico certes, rugissement de lion d’abord ! Kirikou, le petit Noir plein d’astuces a séduit tant et si bien que désormais, en France, beaucoup misent sur lui. « Le succès du premier film, avec plus d’un million d’entrées malgré des salles assez confidentielles et aucune publicité, 800 000 vidéos cassettes et dvds et 400 000 livres vendus, fut une véritable surprise », explique Franck Cimès, directeur des droits dérivés de France Télévisions, distributeur des Kirikou. Sur les écrans français dès le 7 décembre, il sera en concurrence directe avec Chicken Little, des studios Disney. Malgré la couleur de sa peau et sa nudité, Kirikou a été acheté dans presque tous les pays d’Europe.

De « marginal » à ambassadeur de marques

« Kirikou incarne des valeurs tellement positives. Il est intelligent, créatif, astucieux, toujours à la recherche de la solution idéale », dixit Denis Bruner, producteur des deux opus, contacté par Afrik. « Le premier était un coup de cœur pour moi, il n’y avait pas de volonté d’engagement de la part de partenaires. Les gens de licence aiment partir sur des valeurs sûres, Kirikou était un marginal ». Marginal en 1998, must have en 2005 ! Kirikou sur le linge de maison, les brosses à dents, les cahiers et les trousses... Kirikou en puzzle, en kit de broderie, métiers à tisser, peluches, dominos, sur les paquets de céréales, les gâteaux et les vêtements... Kirikou chez Leclerc, Monoprix, et dans tous les catalogues de jouets... Kirikou en fève dans la galette des rois !

Kirikou partout, mais pas n’importe où. « Ce sont des produits dérivés dont on est fiers parce qu’ils sont en rapport avec l’univers de Kirikou, les partenaires sont de qualité et répondent à ses valeurs », insiste Franck Cimès. « Je suis très fière, nous avons été enchantés par la qualité du travail de Michel Ocelot pour cette suite », déclare à Afrik Sandra Callahan, directrice commerciale des peluches Gipsy. Parmi les autres partenaires, de grandes marques telles que Descamps, Lansay ou Ravensburger. Dans un premier temps, les papeteries haut de gamme Clairefontaine ont décliné, dès septembre dernier, des articles scolaires à l’effigie du petit Africain. Plus confidentiels, trousses et sacs à dos brodés étaient également disponibles dans les petites librairies et dans les grands magasins huppés. « Nous sommes allés au-delà de l’aspect commercial. Les valeurs de la marque Repères rejoignent celles de notre héros. La marque, a défini, par exemple, une charte nutritionnelle », précise Franck Cimès, pour la chaîne des supermarchés Leclerc. Résultat : 20 millions de produits en cours de distribution.

L’Unicef aussi

Pour l’année à venir, le personnage de Kirikou sera le représentant officiel, en France, du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (Unicef). Il sera sur les cartes de vœux et les emballages cadeaux. « C’est arrivé par concours de circonstances, certaines marques comme Okaïdi et Clairefontaine étaient déjà partenaires de l’Unicef. Par ailleurs, Michel Ocelot et Les Armateurs, la maison de production, voulaient impliquer une cause liée à l’univers des enfants », indique Isabelle Favre à Afrik. « Le partenariat nous a été proposé lors du Festival de Cannes et nous avons tout de suite accepté. L’Unicef aura un pourcentage sur les produits associés (de 1 à 10%, ndlr) », poursuit Denis Bruner. Lucille Hervé, du service de communication de l’Unicef, précise que « la montée des marches à Cannes avec les enfants s’est faite en collaboration avec Unicef France. Le 20 novembre, à l’occasion de la journée mondiale des droits de l’enfant, une cinquantaine de villes ayant reçu le label Unicef organiseront des avant-premières du film dont les recettes (ventes de produits dérivés incluses) seront entièrement reversées à l’Unicef.

« Paradoxalement, à cause de la mauvaise organisation du cinéma en Afrique, le film n’a, pour le moment, été acheté qu’au Maroc et en Algérie », selon Denis Bruner. « Ce sont quelques cinémas itinérants et les copies pirates qui ont fait un peu connaître Kirikou en Afrique ». L’enchantement « Kirikou » atteindra-t-il aussi la terre natale du petit grand homme ?


Publie le mercredi 9 novembre 2005

[AFRIK.COM->www.afrik.com]

Copyright LETOGOLAIS © 2002