Source PANAPRESS - 09/06/2006

Emmanuel Adebayor, atout majeur des "Eperviers"

PANAPRESS--08/06/06--Du haut de son mètre quatre vingt-dix, le Togolais Emmanuel Adébayor portera sur ses frêles épaules les espoirs de tout son peuple lors de la Coupe du monde 2006, en Allemagne, à laquelle son pays participe pour la première de l'histoire de son football.
A vingt-deux ans, l'ancien sociétaire de l'AS Monaco (L1 française), recruté par Arsenal (D1 anglaise) avant la CAN de janvier dernier, se doit de redorer son image ternie par une CAN ratée sur fond de querelles au sein de la sélection nationale.

Et pourtant, il s'était imposé durant les éliminatoires Mondial/CAN 2006 comme l'atout numéro 1 du Onze national togolais, terminant en tête des buteurs avec onze réalisations devant l'Ivoirien Didier Drogba (9 buts) et le Nigérian Obafemi Martins (8 buts).

L'histoire de Emmanuel Adebayor ressemble à un conte de fée. Après ses premiers pas au SC de Lomé, le voilà qui tente à 15 ans l'aventure du professionnalisme. C'est le Football Club de Metz, alors en seconde division française, qui l'accueille et le révèle au monde à 17 ans.

A la pointe de l'attaque messine, il boucle sa première saison à la deuxième place du classement des buteurs avec 13 réalisations. Mais le club lorrain apparaissait trop étroit pour l'épanouissement des immenses qualités du Togolais qui a tapé dans l'œil des dirigeants monégasques.

Ces derniers s'attacheront ses services pour 3,2 millions d'euros, et le longiligne attaquant débarque sur le Rocher où le parcours de l'ASM en Ligue des champions (finale perdue contre le FC Porto) lui permet d'exprimer son potentiel aux côtés de joueurs talentueux et expérimentés comme l'Espagnol Fernando Morientes, le Congolais Shabani Nonda, le Français Ludovic Giuly ou le Croate Dado Prso.

Emmanuel Adebayor est un footballeur complet. Il peut évoluer à la pointe de l'attaque où ses qualités techniques, au-dessus de la moyenne, lui permettent de bien garder le ballon pour permettre à son équipe de remonter.

Il est aussi à l'aise en perforateur de défense avec une palette de dribles assez variée, malgré ses longues jambes.

En dépit de sa grande taille, son jeu de tête laisse néanmoins à désirer, de même sa trop grande décontraction lui joue souvent des tours devant le but adverse où il rate parfois des occasions apparemment faciles.

Après deux bonnes saisons 2004 et 2005 réussies avec, respectivement 8 et 9 buts, le joueur passe au travers de sa première moitié de saison 2006, ce qui ne l'empêche pas de susciter la convoitise de nombreux clubs, français, anglais et espagnol, notamment.

L'Olympique de Marseille (France), Arsenal, West Ham, Tottenham, Everton (Angletterre) et le Bétis de Séville (Espagne) auraient l'œil sur l'attaquant togolais qui ne cachait plus son désir d'aller voir ailleurs. Ce désir est tel que ce dernier n'a pas hésité à aller au clash avec ses dirigeants, en refusant de reprendre les entraînements après la trêve hivernale.

Cependant, il trouvera grâce aux yeux d'Arsène Wenger qui trouve en lui un belle pièce pour son attaque dominée par Thierry Henry. A Arsenal, il aura le malheur d'arriver en pleine saison de Champions League qu'il avait démarré avec l'AS Monaco.

Privé donc de matches, le jeune togolais devra néanmoins justifier en Allemagne les espoirs placés en lui, pour relever le plus grand défi du moment que constitue la Coupe du monde où l'on attend plus la surprenante équipe des "Eperviers" du Togo.

PANAPRESS

Copyright LETOGOLAIS © 2002