Source LETOGOLAIS.COM - 06/09/2002

Léopold GNININVI (04/09/02)

Interview réalisée le 04/09/02 par notre rédaction à Lomé

Quatre partis politiques de l’opposition démocratique ont mis en place le 05 août dernier un regroupement appelé le Front animé par l’ ADDI, le CAR, la CDPA et l’UDS-TOGO. Convaincu que c’est une union forte qui pourra rétablir un véritable Etat de droit et le respect de l’alternance au pouvoir le Front veut établir une alliance électorale sur la base du choix de candidatures uniques aux élections (législatives ou présidentielles). La coordination du Front est assurée par Me Yawovi AGBOYOBO. Dimanche dernier le Front a animé une réunion de prise de contact avec les militants au Foyer Pie XII. La rédaction propose aux lecteurs un entretien avec le Porte-parole, le Professeur M. GNININVI. Plusieurs questions de l’actualité sont abordées.


Texte intégral de l'interview accordée à notre rédaction "letogolais.com " par le Professeur Léopold GNININVI, Porte-parole LE FRONT (ADDI, CAR, CDPA, UDS-TOGO)



Letogolais.com : Il est désormais établi que le pouvoir du général Eyadema organisera les élections législatives de concert avec la commission de magistrats qu’il a mise en place. Il semble qu’une fois de plus Eyadema a dribblé l’opposition ! ?

Léopold Gnininvi : On ne parle pas de dribble quant le camp adverse garde la balle dans les mains et a le sifflet à la bouche pour jouer à l’arbitre. Je crois que EYADEMA et quelques personnes qui le soutiennent encore ont décidé de foncer tête baissée dans le mur. Malheureusement, les conséquences fâcheuses rejailliront sur tous les Togolais, civils comme militaires.


Letogolais.com . : Quelle stratégie envisage l’opposition si les élections aboutissent à une nouvelle assemblée monocolore RPT ?

L. Gnininvi :Cela ne sera pas une nouveauté au Togo. Ce qui surprendrait, c’est que des élections faites dans de telles conditions aboutissent à la constitution d’une assemblée multicolore. La question est de savoir qu’est-ce que monsieur EYADEMA pourra faire avec une assemblée qui n’est pas différente de la précédente. Je crois que nous devons plus nous préoccuper de l’alternance au Togo. Il s’agit pour le Front de mobiliser les Togolais dans le sens d’un engagement et d’une action décisive pour obtenir un changement véritable au Togo. Et pour cela la contribution de tous les Togolais est nécessaire.



Letogolais.com : Depuis quelques temps, le pouvoir en place interdit et empêche les meetings et les manifestations des partis de l’opposition. Apparemment le Front n’entend qu’employer cette voie de contestation du pouvoir. Est-ce que vous ne pensez pas que vos stratégies sont vouées à l’échec ?

L. Gnininvi . :Apparemment vous l’avez dit. Vous savez, ceux qui, au Togo, sont convaincus du caractère inéluctable du changement au Togo sont de plus en plus nombreux. Hier encore, ceux-là qui étaient à l’avant-garde du maintien du statu quo, ont fini par comprendre et à prendre le train du changement. Alors, je crois que la tâche de l’opposition se trouve grandement facilitée à condition qu’elle sache que c’est ensemble que nous vaincrons. Les quatre partis qui composent actuellement le Front en sont convaincus. Si nous présentons au peuple un front uni, nous n’aurons pas besoin de prêter le flanc à des affrontements violents, nous tomberions ainsi dans le piège tendu.


Letogolais.com : Le pouvoir actuel se maintient encore parce que vous êtes divisés. Etes-vous prêts à prouver le contraire au peuple?

L. Gnininvi : C’est la résolution que les quatre partis qui composent le Front, à savoir ADDI, CAR, CDPA, UDS-Togo ont prise. Nous souhaiterions que tous nous aident à tenir ce pari..


Letogolais.com : Quelle stratégie adopterez-vous si la mouvance présidentielle vous invitait à de nouvelles concertations?

L. Gnininvi : De quelles concertations s’agira – t – il ? Celles permettant de revenir à l’Accord-cadre de Lomé ? Je crois qu’on n’aura plus besoin de concertations, il suffira de reprendre les travaux du CPS et de demander à la CENI de reprendre le travail là où elle l’a laissé. A priori, le Front ne voit pas la nécessité d’autres concertations.



Letogolais.com : Le régime est en train de vouloir achever à tout prix le processus électoral. Le Front participera-t-il à des élections organisées par le Comité des 7 magistrats ?

L. Gnininvi : Notre position est connue de tous et nous l’avons réaffirmée dans plusieurs communiqués. Le Front n’entend pas participer à une mascarade électorale organisée par le collège des 7 magistrats c’est pour cela qu’il a appelé au rétablissement du code électoral consensuellement adopté par l’opposition et la mouvance présidentielle.

Letogolais.com : Avril 2003 est très capital pour l’alternance. A supposer que le scénario de juin 98 se répète, comment entrevoyez-vous ce cas de figure?

L. Gnininvi : Il appartiendra au peuple togolais de dire s’il est prêt à accepter un nouveau hold-up électoral.



Letogolais.com : Des opposants et journalistes sont en prison. Que faites-vous pour empêcher le pouvoir de faire condamner injustement les citoyens honnêtes par une justice aux ordres ?

L. Gnininvi : Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour que l’injustice et le déni de justice cessent au Togo. On ne saurait continuellement accepter que des militants de l’opposition soient jetés en prison sur la base de procès iniques et injustes. Nous étions tous au palais de justice et nous avons pris position en faveur de la libération des détenus. Nous demandons à tous d’agir dans ce sens.


Letogolais.com : Comment entrevoyez - vous les déchirements au niveau de la mouvance présidentielle ? Agbéyomé et Péré ont-ils balisé le chemin pour l’opposition ?

L. Gnininvi : Comme toute dictature, la dictature togolaise est arrivée à la fin de sa course. Une grande majorité des militants du RPT dans le silence attendent la fin de l’embastillement dans lequel le système les a enfermés. Quand un père de famille joue à faire peur aux voisins, il finit toujours par faire peur à ses propres enfants. Au RPT, on s’interroge. On souhaiterait parler comme le font les militants de l’opposition. On voudrait pouvoir choisir les meilleurs cadres pour le parti et surtout ramener le parti au sein de la grande famille des Togolais. Mais l’épouvantail est là. Peut-être nous appartient-il d’encourager cette évolution amorcée dans le camp adverse.

( Propos recueilli le 04/09/02 par notre rédaction à Lomé)

Copyright LETOGOLAIS © 2002