Source LEMONDE.FR - 18/06/2006

Le Togo continue à défrayer la chronique

Futur adversaire de la France, le Togo fait plus parler de lui hors du terrain que sur le terrain. Après la démission de son entraîneur, Otto Pfister, qui a finalement repris ses fonctions, l'équipe africaine a créé la sensation en menaçant de boycotter son prochain match, face à la Suisse. Les joueurs togolais ont refusé pendant plusieurs heures de quitter leur hôtel dimanche matin pour partir à Dortmund, où ils doivent disputer, lundi, leur deuxième match du tournoi. Ils exigeaient une résolution immédiate du conflit qui les oppose depuis plusieurs semaines à leur fédération sur la question des primes de participation au Mondial.

Les joueurs exigent 155 000 euros chacun pour leur participation au Mondial, plus 30 000 euros par victoire et 15 000 euros par match nul. La Fédération juge ces demandes exagérées pour des joueurs orginaires d'un pays où le revenu annuel moyen par habitant est inférieur à 800 euros.

Une réunion organisée au camp de base du Togo, à Wangen a apparemment permis de débloquer la situation, et la délégation togolaise est partie pour Dortmund. En raison du retard pris sur le programme, les coéquipiers d'Emmanuel Adebayor n'ont pus'entraîner à l'horaire prévu (15h30) et leur entraînement a été repoussé à 20 heures, après celui de leurs adversaires suisses.

La Fifa (Fédération internationale de football) est intervenue pour ramener les joueurs à la raison. "Nous avons lancé un appel à la raison. Nous leur avons fait savoir qu'un refus [de jouer] serait la pire des choses, qu'ils avaient une responsabilité vis-à-vis du peuple togolais. On leur a dit aussi : "Si vous refusez de jouer, vous vous exposez à des sanctions très graves"", a indiqué Andreas Herren, un porte-parole de la Fifa. Le règlement de la Coupe du monde prévoit qu'une équipe qui ne se présente pas sur le terrain est immédiatement disqualifiée. M. Herren n'a pas précisé quelles autres sanctions seraient applicables.

Aucune équipe qualifiée ne s'est jamais retirée d'une Coupe du monde depuis que cette compétition a vu le jour en 1930. Apparemment excédé par la situation, Otto Pfister déclarait dimanche : "Je pense que [les joueurs] ont trouvé une solution mais je ne sais pas laquelle et je ne veux pas le savoir".

Avec AFP et Reuters
Publié dans LEMONDE .FR du 18/06/06

Copyright LETOGOLAIS © 2002