Source LETOGOLAIS.COM - 19/06/2006

Jeux de fiction et enjeux occultes autour du match France-Togo du 23 juin

L’équipe de France, constellée de ses stars, qui pensait, comme un tsunami, tout ravager sur son passage dans son groupe G, se retrouve dos au mur, devancée par la Corée du Sud dont elle vendait la peau avant même débuter le Mondial. Ne l’a-t-elle pas toujours battue dans leurs différentes confrontations ? Avec son match nul du 18 juin, la France ne compte que 2 points au lieu de 6 comme ses autres consoeurs têtes de série. Sa qualification étant sérieusement hypothéquée pour les huitièmes de finale, il est alors question de voir du côté des Eperviers du Togo, si une « solution françafricaine » est envisageable pour éviter à Zidane et sa bande de passer sous les fourches caudines d’une sortie prématurée et humiliante.

Didon de la farce qui se joue depuis ce Mondial avec des histoires confuses et honteuses de primes, d’entraîneur revenant ou fantôme, de vol d’équipement, de détournement, les Eperviers seront invités à lever le pied lors du match du 23 juin afin de donner à la France sa qualification. Des émissaires de Tonton Jacques, ainsi que Faure aime à donner à Chirac, grand amateur de football, sont à pied d’œuvre pour travailler le Clan qui contrôle le pouvoir politique et sportif au Togo. Tous les ingrédients sont réunis pour que fonctionne à plein régime une solution françafricaine du match du 23 juin.

En effet, on mettra la défaite des Eperviers par plus de deux buts d’écart sur le compte de leurs histoires de primes, de la mal-gouvernance de la FTF et du refus psychologique des joueurs togolais de jouer. Les émissaires de Tonton Jacques n’hésiteront pas à mettre dans la balance la prise en charge des primes appelées à dépasser de très loin celles initialement réclamées par les joueurs et à arroser tout le petit monde de la FTF, déjà confortablement couché sur les matelas d’Euros de la FIFA et de Puma, le sponsor des Eperviers. Tonton Jacques lui-même, après des mois de bouderie à la suite de l’affaire Bolloré/Dupuydauby, a fini par décrocher son téléphone pour converser avec son poulain émerveillé, à qui est promise une invitation à l’Elysée avant l’ouverture officielle des présidentielles d’avril-mai 2007.

Le Prisonnier en cavale le Français Charles Debbasch, agent trouble de la Françafrique, est mis à contribution (sonnante et trébuchante ?). Le Somnambule Premier ministre Edem Kodjo, lui aussi agent trouble de la Françafrique, est mis à contribution. John Kuffuor du Ghana et Blaise Compaoré du Burkina Faso, sont mis à contribution. Louis Michel, commissaire européen, grand faussaire de rapports sur le Togo, est mis à contribution. ATT du Mali et Mamadou Tandja du Niger sont mis à contribution. Le Sénégalais Abdoulaye Wade est aussi mis à contribution qui veut venger l’élimination que les Onze Togolais ont infligée à ses Lions de la Teranga. La FIFA, Michel Platini et Franck Beckenbauer ferment les yeux tandis que l’entraîneur-revenant des Eperviers Otto Pfister et les responsables de Puma haussent les épaules.

Il y a toute une cabale autour des Eperviers d’autant que leur qualification pour le Mondial voire pour la CAN n’était pas du tout du goût de tout le monde, même à la FTF où Rock Ganssingbé, son président, avait conscience qu’elle risquait d’exposer au monde la nature et le vrai visage du Clan qui régente le Togo. Quant à la France, elle découvre aujourd’hui qu’elle pourrait exploiter françafricainement cette qualification pour aller en huitièmes de finale. Et on ne négligea d’ailleurs rien, puisque la Miss Coupe Monde, la Togolaise Edwige Badakou, ce non événement que le Clan célèbre pour l’« image du pays », est mise aussi à contribution. Pauvres Eperviers ! Ils se sont battus comme des lions pour arracher leur place, mais les voilà réduits au rang de dindon que tout le monde veut plumer pour faire son beurre.

Personnellement je n’apprécie pas les Eperviers à travers la pauvreté de leur jeu, de la vantardise d’Emmanuel Adebayor, de leurs revendications légitimes mais peu politisées (j’aimerais les voir profiter de cette occasion exceptionnelle pour réclamer une véritable politique sportive avec équipement et centres de formation, sans aller jusqu’à revendiquer le nettoyage à la FTF et le limogeage du ministre du Sport, ce qui serait le bienvenu !). Mais vendredi 23 juin, je serai à mon poste télé pour les soutenir de toutes mes tripes afin qu’ils fassent au moins match nul de sorte que cette France orgueilleuse et égoïste, qui aime bâtir sa grandeur sur le dos des plus faibles, soit éliminée comme lors du Mondial 2002. Je leur souhaite de prendre l’exemple sur la brave Corée de Sud en cassant le jeu tricolore par la tactique appropriée. Pour l’éthique et contre la magouille françafricaine dans laquelle on cherche à les enfermer, je soutiens résolument les Eperviers. Cette victoire des Bleus sur le Togo est finalement une déplorable magouille consubstantielle à la Françafrique. Elle n’honore pas, même en l’absence de toute magouille, la France, contrainte de battre sans panache, avec deux buts d’écart, l’équipe la plus problématique de ce Mondial.

Comi M. Toulabor
CEAN-Sciences Po
Bordeaux, 19 juin 2006

Copyright LETOGOLAIS © 2002