Source APA - 29/07/2008

Togo: La HAAC, un instrument de blocage de la liberté de la presse

La HAAC, important facteur de blocage de la liberté de la presse au Togo, selon un rapport

APA-Lomé (Togo) La Coalition Togolaise des Défenseurs des Droits Humains (CTDDH), un regroupement d’organisations de défense des droits de l’homme, a dénoncé lundi dans un rapport « l’abus de pouvoir et d’autorité la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication (HAAC) ».

Organe de régulation de la presse, la HAAC "semble constituer aujourd’hui un important facteur de blocage de la liberté de la presse », indique le rapport qui précise que les journalistes et les organes de presse font l’objet de pression, d’intimidations et de menaces de la part de cette institutin dans l’exercice de leur profession.

« Ces dernières années, on a constaté que la pression est beaucoup mise sur les médias privés et c’est pour cela que nous avons fait ressortir leur cas parce que les médias, les journalistes aussi sont des défenseurs des droits de l’homme », a dit à APA Me Kofimessan Devotsou, président de la coalition.

Le rapport de 15 pages, intitulé « Les défenseurs des droits humains ont aussi des droits », a fait par ailleurs le point de la situation des défenseurs des droits de l’homme au Togo avec des agressions des défenseurs dont des journalistes.

« Même si, au cours de ces derniers mois, le Togo n’a pas connu de violations majeures des droits des défenseurs comme dans les années précédentes, la situation demeure toujours préoccupante », explique le texte qui a évoqué également des atteintes à la liberté de manifestations publiques pacifiques au Togo.

« Le gouvernement semble être très réservé en ce qui concerne les actions de contestation et de manifestations publiques pacifiques », ajoute le document.

La CTDDH estime par ailleurs que la question de l’impunité est un phénomène d’envergure au Togo et cela fait que « les personnes responsables de violation des droits humains récidives sans crainte d’être inquiété ».

Il y a encore des problèmes qui persistent, selon Me Devotsou.

Par ailleurs, le président de la coalition s’est inquiété du fait que le travail des défenseurs soit vu comme des activités de groupes d’opposition politique.

Les auteurs du rapport ont recommandé au gouvernement togolais de faciliter le travail des défenseurs des droits humains sur le terrain, de faire de la lutte contre l’impunité une priorité nationale et de prendre les mesures nécessaires pour que les membres du gouvernement et autres fonctionnaires de l’administration cessent de proférer des menaces à l’égard des défenseurs.

Il a été recommandé à la HAAC de notifier par écrit toute décision portant sanction en faisant référence aux dispositions de la loi violée et de considérer les professionnels de la presse comme des partenaires incontournables dans la diffusion de l’information.

Créée en avril 2002, la Coalition Togolaise des Défenseurs des Droits Humains est un réseau constitué de 17 associations qui interviennent dans la défense et dans la promotion des droits humains.

NT/aft/APA
29-07-2008

Copyright LETOGOLAIS © 2002