Source LE SOIR - 06/10/2008

Des médicaments contrefaits pour le Togo

Saisie de médicaments contrefaits à Zaventem


La douane de Zaventem a saisi la semaine dernière à Brussels Airport trois envois de médicaments contrefaits pour un total de 2,134 millions de pilules. Venus d'Inde, ils étaient destinés à un pays d'Afrique de l'Ouest.
Il s’agit de la plus importante saisie de médicaments contrefaits jamais effectuée en Europe, affirme Lieven Muylaert, directeur communication aux douanes et accises.

Les 2.134.000 pilules étaient conditionnées dans des plaquettes et cachées dans de grands sacs. Il s’agit de médicaments de la marque Tramal, un analgésique de la société pharmaceutique Grunenthal, et de la marque Fansidar, comprimés antimalaria de deuxième génération produits sous licence Roche. La plupart des médicaments étaient des Fansidar. « Grâce à cette saisie, on a sauvé des vies », dit M. Muylaert.

L’attention des douaniers avait été attirée par la façon dont les médicaments étaient conditionnés ainsi que par les fautes d’orthographe dans les noms repris sur l’emballage.

Les médicaments contrefaits avaient été envoyés par une société de Mumbai (Inde) et étaient en route vers Casablanca (Maroc) d’où ils devaient être envoyés vers leur destination finale, deux sociétés du Togo.

Vu la quantité de pilules saisies, il est vraisemblable qu’elles auraient dû être distribuées dans plusieurs pays de la région.

La dernière très importante saisie de médicaments contrefaits à Brussels Airport remonte à juillet 2007 lorsque 600.000 pilules d’antibiotiques contrefaits avaient été saisis, ce qui représentait près de deux-tiers des saisies de médicaments contrefaits en 2007 par les douanes belges. Ces antibiotiques contrefaits avaient alors été envoyés d’une adresse postale à Dubai.

« Les médicaments contrefaits représentent un danger énorme pour la santé publique », souligne M. Muylaert. Des enquêtes montrent qu’entre 10 et 30 % des médicaments utilisés en Afrique sont des médicaments contrefaits. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les médicaments contrefaits représenteraient 10 % du marché pharmaceutique mondial, soit 45 milliards d’euros.

Les filières de médicaments contrefaits sont majoritairement installées en Chine, suivie par l’Inde.

Les douanes belges, poursuit M. Muylaert, sont confrontées à deux sortes de trafic de médicaments. Il y a tout d’abord les importations en petites quantités de médicaments, généralement envoyées par la poste. Il s’agit la plupart du temps de pilules pour les troubles érectiles, comme le Viagra.

Il y a ensuite l’importation de grandes quantités de médicaments, effectuées par des réseaux de criminalité organisée. « Dans le cas présent, on était clairement dans le deuxième cas de figure », dit M. Muylaert.

Copyright LETOGOLAIS © 2002