Source XINHUA - 16/11/2008

Togo: La gratuité des antirétroviraux

Xinhua-15/11/08 - Le président du Réseau des associations des personnes vivant avec le VIH/Sida (RAS Plus), Augustin Dokla, a salué samedi la gratuité des médicament antirétroviraux décidée vendredi par le gouvernement, estimant qu'il importe de subventionner les bilans biologiques et le traitement des infections opportunistes qui reviennent également chers.

"Nous saluons cette décision qui soulagerait un tant soit peu la communauté des personnes vivant avec le VIH/Sida", a dit Augustin Dokla à Radio Lomé, estimant toutefois que cela n'est pas une fin en soi.

Le président du RAS Plus a indiqué qu'il faut aller au-delà de cette décision et voir tout ce qui gravite au tour du traitement notamment le bilan biologique, le traitement des infections opportunistes qui sont encore d'autres chantiers à ouvrir au niveau de la comunauté des personnes vivant avec le VIH/Sida et la société civile.

"Les médicaments ne sont pas une fin en soi, il y a le bilan biologique qu'il faut subventionner, puisque le suivi biologique est très important", a souligné Augustin Dokla, ajoutant qu'une personne sous traitement doit faire le bilan hépathique, le comptage des CD4, la charge virale et le traitement des infections opportunistes qui coûte plus cher.

Selon lui, il y a plus de 25.000 Togolais qui ont besoin des médicaments antirétroviraux, alors qu'un peu plus de 8.000 en bénéficiaient jusque-là.

Vendrredi, le gouvernement togolais a annoncé la gratuité, à compter du 17 novembre sur toute l'étendue du territoire, des médicament antirétrovitraux distribués à travers le circuit de la Centrale d'achat des médicaments essentiels génériques du Togo ( CAMEG-Togo).

Le président de RAS Plus a aussi demandé aux Togolais d'être vigilants afin que ces médicaments ne tombent dans le trafic pour aller dans les pays voisins où ils ne sont pas encore gratuits.

Copyright LETOGOLAIS © 2002